•  

    Ahmed, 8 ans, entendu au commissariat pour « Apologie du terrorisme », donne sa version des faits…

    Brimades, insultes, Ahmed, 8 ans semble avoir payé très cher son refus maladroit de « ne pas être Charlie ». Le Collectif contre l’Islamophobie en France a réalisé une vidéo dans laquelle il donne la parole à l’enfant, à son père ainsi qu’à leur avocat. Sans surprise, on se rend compte que la version livrée par les autorités et la ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, n’est pas tout à fait la même que celle de la famille…

     

    http://lesmoutonsenrages.fr/2015/02/05/ahmed-8-ans-entendu-au-commissariat-pour-apologie-du-terrorisme-donne-sa-version-des-faits/

     

    .

     

    Sur ce site,

     

     .

     .

    Tous suspects !

    La source qui sert de base à l'article ci-dessous nous a paru fiable, mais en fait, c'est un canular ! La source réelle est "La dèche du midi", un site parodique. Bref, on s'est fait avoir. Mais l'histoire est belle et bien trouvée ! DR

     

    Tous suspects, c’est le principe même de l’anti-terrorisme ! En voici une illustration, belle comme un gag de Dany Boon.

    À la mi-janvier, la DGSI alerte une brigade de gendarmerie de l’Aveyron : un présumé terroriste se prépare à partir pour le djihad et ça ce passe dans leur coin. Les gendarmes font diligence, et en à peine quelques heures, un barrage intercepte un barbu au volant d’une Citroën. Il est franchement basané ! En fouillant le véhicule, les pandores trouvent un petit arsenal : un couteau de marque Laguiole, une hachette, un fusil de chasse, les munitions qui vont avec, et un sac d’engrais qui peut servir à faire des bombes. 

    Placé en garde à vue, le barbu, qui s’appelle Raymond, s’explique. Sa barbe ? Ça fait 40 ans qu'il la porte. Il l'a rasée une fois, pour voir… mais sa femme ne lui a plus adressé la parole jusqu’à ce qu’elle repousse ! Basané ? Il est agriculteur, dit-il, et avec le soleil et le vent, derrière le pare-brise de son tracteur, on est toujours bronzé ! Le couteau ? Mais dans l’Aveyron, tout le monde a un couteau dans la poche ! La hachette ? C’est pour faire du petit bois. Le fusil ? Je suis chasseur, explique-t-il, avec permis et tout ! L’engrais ? Mais c’est pour ses champs, enfin !

    Mais que faisait-il sur cette route ? Il doit se justifier : « depuis cet hiver, j’ai été pas mal occupé dans ma ferme et je n’ai pas eu le temps de faire du bois », dit-il. Alors avec le froid qui vient il a décidé d’acheter des chutes de bois. Comment ça, des chutes de bois ? « Ben oui », dit-il, « des chutes de bois, c’est moins cher. Avant de monter en voiture, j’ai appelé ma femme sur son portable pour lui dire que je partais pour la scierie ».

    Voilà l’affaire : la DGSI écoute tout ! Et ils sont un peu à cran en ce moment à ce qu’il paraît. Alors, ils ont tout de suite prévenu les gendarmes ! Ceux-ci reconnaissent qu’ils ont été surpris lors de l’interpellation. Au lieu de hurler « Allah Akbar », comme il convient, le bougre n’a cessé de maugréer « Diou me damne ! Diou me damne ! »

    La DGSI ferait mieux d’écouter ses collègues de la DGSE
    qui, en Syrie, arme et conseille des terroristes tout à fait authentiques !

    D.R.

     


    votre commentaire
  •  
    Reçu cet appel, je relaie ! (eva)
     
     
     
    Bonsoir,
     
     
     
    Mon amie Dominique vient de recueillir ce chien, l'enlevant à un sort bien triste. Elle lui cherche une famille qui l'accueille et lui donne de bons soins et de l'amour, je vous transmets son message.
    Merci, Blandine
     
    URGENT!!!
     
    Sultan,
    ​ ​
    beau mâle de 4
    ​ ​
    ans, victime de grande maltraitance, recherche un foyer stable et motivé qui lui offrira enfin le bonheur qu'il mérite
    ​.​
    Sociable et équilibré, Sultan n'a aucune agressivité ni envers les humains ni envers ses congénères, il accepte les chats, est très calme à l'intérieur mais a néanmoins besoin d'espace pour se dépenser.

    Pour plus de précisions, merci de contacter Dominique 
     
     
    06 13 58 24 61
     
    .

    votre commentaire
  • La France fait une croix sur sa souveraineté concernant la défense terrestre

    FranceArticle

    Mots-clés : , , ,

    Nexter-KMW

     

    Lancée le 1er juillet 2014, « l’opération Kant » avance doucement dans les couloirs du Parlement. Mercredi 4 février 2015, la commission des Affaires Etrangères, de la Défense et des forces armées du Sénat auditionnait Monsieur Daniel Reiner (1) sur l’état d’avancement du projet « KANT » de rapprochement entre Nexter (2) et Krauss-Maffei Wegmann (KMW) (3). Nous en savons désormais un peu plus sur la future structure de ce géant européen, mariage franco-allemand que certains nomment « l’Airbus de l’armement terrestre ».

    Rappelons ici que le projet de loi pour la croissance et l’activité dite « loi Macron », consacre plusieurs articles au rapprochement entre ces deux entreprises.

    Extraits choisis du compte-rendu de l’audition.

    Le ton semble donné dès le début par M. Reiner :

    Les industries de défense terrestre ont longtemps été considérées comme des industries de souveraineté. Ce n’est plus le cas : la France, comme d’autres, est prête à acheter « sur étagère ».

    En cause ? Les budgets qui se contractent en Europe et en Amérique du Nord, ainsi qu’une concurrence exacerbée avec les leaders mondiaux américains General Dynamics et B.A.E.

    Présentant un carnet de commande « convenablement rempli, essentiellement grâce au marché domestique et à l’opération Scorpion », l’avenir de l’industriel français ne semble pas menacé. Selon M. Reiner :

    En 25 ans, l’État a injecté plus de 4 milliards d’euros dans cette entreprise, qui est passée de 18 000 à 3 000 emplois. Elle est actuellement profitable et consacre à peu près 20 % de son chiffre d’affaires à la recherche et développement. C’est donc une entreprise en bonne santé, dotée de belles perspectives.

    Le montage juridique de la future entité commence à se préciser, M. Reiner expose à l’auditoire les futurs contours de la société.

    Une société commune va être créée, à laquelle chacune apportera 100 % de son capital. Dénommée provisoirement « NewCo », elle pourrait aussi bien s’appeler « KANT », d’après l’acronyme qui désigne le projet.

    L’association à égalité empêche de donner à Nexter la majorité : il faudra donc privatiser cette entreprise. A cet effet, la loi devra la faire entrer dans la liste des entreprises publiques privatisables. La discussion est en cours entre l’Agence des Participations de l’État (APE) et la famille Bode-Wegmann sur la valorisation.

    Questions de l’auditoire. Après quelques réactions enjouées des sénateurs Jean-Paul Emorine et Joël Guerriau, la sénatrice du Nord Michelle Demessine, membre du groupe communiste républicain et citoyen, prend la parole et fait part de quelques inquiétudes notamment sur le siège social de la future structure.

    Mme Michelle Demessine. – Je ne pousserai pas, comme vous, un « cocorico » ! Beaucoup de questions demeurent et suscitent l’inquiétude du personnel. Certains produits resteront en concurrence, et nous savons que les Allemands sont mieux armés que nous pour exporter. Le siège social de la future société sera en Hollande…

    M. Daniel Reiner. – Oui, à La Haye.

    Mme Michelle Demessine. – Pourquoi ?

    M. Jacques Gautier, président. – Sans doute pour des raisons fiscales…

    Mme Michelle Demessine. – En pleine lutte contre l’évasion fiscale, ce n’est pas glorieux ! Les rapporteurs devront entendre les organisations syndicales.

    M. Daniel Reiner. – Nous le ferons le moment venu.

    Et Daniel Reiner qui poursuit à ce sujet :

    Pourquoi un siège à La Haye ? Les Allemands ne voulaient pas qu’il soit en France et réciproquement. Bien sûr, on a choisi un pays à fiscalité intéressante, comme l’ont fait Airbus, Air France et bien d’autres. Mais il ne s’agit que de la fiscalité des dividendes : les usines, établissements, bureaux d’études resteront là où ils sont et ils paieront leurs impôts sur place.

    A une question de la sénatrice Marie-Françoise Perol-Dumont sur la question de la sauvegarde des intérêts français, réponse de M. Reiner :

    La privatisation ne pose pas de problème : elle est simplement imposée par le rapprochement à égalité et il ne s’agit pas d’une industrie de souveraineté. Il y aura bien une action spécifique pour l’Etat, essentiellement pour les munitions, qui relèvent, elles, de la souveraineté. Notre commission ne sera pas saisie pour avis du projet de loi « Macron », puisqu’il y a une commission spéciale, où notre collègue Jean-Pierre Masseret nous représentera et suivra les articles relatifs à ce projet « KANT », en entendant si besoin les parties prenantes.

    La gouvernance est déjà prévue. Il y aura un conseil de surveillance de sept membres, dont deux seront choisis par Krauss-Maffei Wegmann, deux par l’État français et trois seront indépendants. Le président sera l’un des trois membres indépendants. Le directoire sera bicéphale et MM. Haun et Burtin seront les directeurs jusqu’à l’élaboration d’une compagnie unique. L’objectif sera de mettre en place des programmes communs pour réaliser des économies d’échelle.

    Toujours sur la question de la privatisation, le sénateur Jacques Gautier déclara :

    Mon premier amendement à la loi de programmation militaire avait été de rendre privatisable, notamment, Nexter, pour dégager des marges. Si les négociations n’aboutissent pas, il n’y aura pas de privatisation. Il faudra suivre aussi les débats sur l’article additionnel introduit par le Gouvernement avant l’article 50 du projet de loi « Macron », sur les sociétés de projet, chères au ministre de la Défense, qui entend financer ainsi les 2,2 milliards d’euros de ressources exceptionnelles, prévues pour 2015, qui ne pourront pas provenir des cessions de fréquences hertziennes.

    Et pour conclure finalement par :

    « Merci. Il s’agit d’un dossier majeur, pour les mois et les années à venir, en matière de matériels militaires. »

    Nous ne vous le faisons pas dire…

    _______________________

    (1) Daniel Reiner est élu sénateur de Meurthe-et-Moselle depuis le 23 septembre 2001. Il appartient au groupe socialiste du Sénat. Entre autres fonctions, M. Reiner est membre titulaire de la Délégation française à l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, ainsi que membre de la commission Sécurité Défense de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN. De 2012 à 2013, il membre de la Commission du Livre Blanc de la Défense et de la Sécurité Nationale, et participe à ce titre au groupe de travail des industries de Défense.

    (2) Nexter est un groupe industriel de l’armement appartenant à l’État français. Il fabrique du matériel militaire pour le combat terrestre, aéroterrestre, aéronaval et naval. Nexter résulte de la filialisation des différentes entités du groupe Giat Industries qui en devient la holding de tête (source Wikipedia).

    (3) Krauss-Maffei Wegmann est une entreprise allemande issue de la fusion des entreprises J.A Maffei et Krauss et Co, qui donnera naissance à la Krauss-Maffei, puis en 1999 à la fusion avec Wegmann. Elle fabriqua à l’origine des locomotives pour fabriquer ensuite des machines-outil pour la production d’éléments en matière plastique et produit de nombreux véhicules militaires (source Wikipedia).

     

    Les industries de défense terrestre ont longtemps été considérées comme des industries de souveraineté. Ce n’est plus le cas : la France, comme d’autres, est prête à acheter « sur étagère »

     

    http://www.agenceinfolibre.fr/la-france-fait-une-croix-sur-sa-souverainete-concernant-la-defense-terrestre/

     

    Lire aussi :

    La voix de la France, l’ONU et la Russie, lettre ouverte d’anciens résistants à Monsieur le Président de la République.

     

    .

     


    votre commentaire
  • JPEG - 37.6 ko
    Responsables indiens et chinois en discussion en 2014
    Crédit : http://www.dnaindia.com

    Cherchant à poser rapidement les bases d’un nouvel ordre économique international, les cinq pays membres des BRICS pressent le pas pour faire ratifier rapidement, par leurs institutions politiques respectives, l’accord international établissant la Nouvelle banque de développement (NBD)

    Ainsi, le gouvernement russ.e a déposé à la Douma hier un projet de loi pour ratifier l’accord signé en juillet 2014, à Fortaleza, Brésil. « L’accord vise à la création d’une institution financière multilatérale – la Nouvelle banque de développement – qui devra financer les projets d’infrastructure et de développement soutenables dans les pays membres des BRICS et les pays en voie de développement », rapporte l’agence russe itar-TASS.

    Le quotidien indien The Hindu citait le 15 décembre dernier l’ambassadeur indien en Chine, Ashok K. Kantha, disant que l’Inde avait entrepris des démarches similaires : « L’Inde a lancé le processus interne pour la ratification du Traité et nous avons bon espoir que les autres membres finaliseront le processus de ratification bientôt. »

    Le temps presse, car le système financier transatlantique est sur la corde raide. Comme le souligne le président de l’agence de notation chinoise Dadong Global Credit Rating, dans un entretien avec Itar-TASS, « je crois que nous aurons à faire face à une nouvelle crise financière d’ici les quelques années à venir. Il est difficile de donner une date exacte, mais il y a déjà des signes, tels que le volume croissant de dettes et le développement irrégulier de l’économie américaine, de pays européennes, chinoise et de celle des pays en voie de développement. » Il a ajouté que la situation est pire que celle précédant la crise de 2008.

    L’Argentine exemplaire

    De nombreux pays en voie de développement attendent beaucoup d’une coopération avec les BRICS. C’est notamment le cas de l’Argentine, comme le montre l’actuel voyage en Chine de la présidente argentine Cristina Kirchner, qui a fait part de sa grande satisfaction par rapport aux 15 accords bilatéraux qu’elle vient de signer à Beijing, en plus des 20 qui avaient été signés en juillet dernier lorsque Xi Jinping s’était rendu à Buenos Aires.

    Les accords couvrent entre autres les domaines de la culture, l’énergie nucléaire, l’aérospatial, les transports, la défense et l’agriculture. Typique de l’esprit des BRICS, l’enthousiasme particulier à l’égard du progrès scientifique et technologique dont le développement dépend, comme dans le domaine de l’infrastructure d’ailleurs, d’un engagement volontariste de l’État. Ainsi la Chine va aider l’Argentine, grâce à des accords de transfert de technologie, à construire deux nouveaux réacteurs nucléaires, Atucha 3 et Atucha 4. L’Argentine vient tout juste de compléter Atucha 2, après une interruption de plusieurs décennies.

    La présidente argentine a également rappelé que les deux gouvernements partageaient la même vision en ce qui concerne la nécessité de réformer le système financier international.

    Publié par : http://www.solidariteetprogres.org

    http://cequelesmediasnenousdisentpas.over-blog.com/2015/02/nouvelle-banque-de-developpement-nbd-des-brics-le-processus-de-ratification-est-en-cours.html

     

     Sur ce site,


    votre commentaire
  • Le ministre Fayçal Meqdad dénonce cette coalition internationale qui soutient l’Etat Islamique tout en prétendant le combattre

    ministre-meqdad

     

    Dans le journal libanais Binaa, Fayçal Meqdad, vice-ministre syrien des Affaires Etrangères et des expatriés, a estimé incroyable que la soi-disant “Coalition internationale” prétend lutter contre l’Etat Islamique alors même que des pays membres de cette coalition  fournissent un soutien clandestin à « Daech ».

    “Comment peut-on croire que cette coalition mène une bataille contre le terrorisme au moment où elle pousse les terroristes de “Daech” en Irak et les incite à commettre des actes de tuerie et de sabotage en Syrie ?”, écrit Fayçal Meqdad dans sa tribune hebdomadaire publiée par le journal libanais Binaa

    Le ministre syrien y réaffirme que sans l’appui apporté aux terroristes par certains pays arabes et occidentaux ainsi que par Israël, la guerre de la Syrie contre l’Etat Islamique et le Front al-Nosra aurait déjà pris fin.

    http://linkis.com/medias-presse.info/Jyf4


    votre commentaire