• Le projet de loi relatif au Renseignement, examiné à l’Assemblée nationale en procédure accélérée, cible toute forme de contestation des choix politiques nationaux, européens et internationaux et vise à étouffer tout débat sur des projets comme l’accord UE-Canada, l’accord UE-USA,  puisque l’article 1 vise à modifier l’Art. L. 811-3. du Code de la Sécurité Intérieure, en y intégrant ceci :

    « Art. L. 811-3. – Les services spécialisés de renseignement peuvent, dans l’exercice de leurs missions, être autorisés à recourir aux techniques prévues au titre V du présent livre pour le recueil des renseignements relatifs aux intérêts publics suivants :

    « 1° La sécurité nationale ;

    « 2° Les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France ;

    « 3° Les intérêts économiques et scientifiques essentiels de la France ;

    « 4° La prévention du terrorisme ;

    « 5° La prévention de la reconstitution ou du maintien de groupement dissous en application de l’article L. 212-1 ;

    « 6° La prévention de la criminalité et de la délinquance organisées;

    « 7° La prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique.

    Projet de Loi à consulter ici :

    http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl2669.asp

    Ainsi donc en critiquant les choix européens et internationaux du gouvernement français, on risque d’être accusé de menacer « les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France ».

    Va-t-on être poursuivi parce qu’on dénoncera le caractère antidémocratique des institutions européennes, des traités européens, des accords de l’OMC, de l’adhésion à l’OTAN ?

    Va-t-on être poursuivi lorsqu’on dénoncera la politique nucléaire de la France, d’EDF et d’Aréva ?

    Le PS de Hollande-Valls-Cambadélis-Aubry, c’est la SFIO qui réprimait et condamnait les mineurs en grève, qui poursuivait les Français hostiles à la colonisation, qui adhérait à l’OTAN, qui offrait les secrets nucléaires à Israël.

    On se trouve devant un texte pire que le Patriot Act de Georges W. Bush  ! Ce gouvernement PS qui tue tous les acquis sociaux s’en prend maintenant à nos libertés les plus fondamentales. C’est logique puisque pour imposer l’un, il faut s’attaquer à l’autre.

    Qui ne voit l’usage qu’il font des évènements dramatiques pour en profiter ? Qui ne voit poindre le danger qui nous menace ? Qui ne voit la société que mettent en place les libéraux de droite et ceux qui osent encore se dire de gauche ?

    Ne demeurons pas passifs. Tant que c’est encore possible de se révolter. Retrouvons la solidarité des Résistants. Refusons l’indifférence. Nous sommes tous concernés. C’est maintenant qu’il faut élever une protestation massive. Avant qu’il soit trop tard et que nous soyons enfermés dans une société digne d’Orwell. Rappelons-nous Martin Niemöller :

    Quand ils sont venus chercher les communistes,

    Je n’ai rien dit,
 je n’étais pas communiste.

    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

    Je n’ai rien dit,
 je n’étais pas syndicaliste.

    Quand ils sont venus chercher les juifs,

    Je n’ai pas protesté, 
je n’étais pas juif.

    Quand ils sont venus chercher les catholiques,

    Je n’ai pas protesté, 
je n’étais pas catholique.

    Puis ils sont venus me chercher,

    Et il ne restait personne pour protester.

    rmj

    (pourrai-je encore écrire de la sorte une fois cette loi votée ?)

    http://www.jennar.fr/?p=4292

     

     


    votre commentaire
  • L’Empire du Chaos s’installe en Europe. L’ État islamique en Ukraine

    22 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La Russie, #La France, #Europe supranationale, #L'OTAN., #La guerre, #le nazisme, #Le fascisme, #Terrorisme, #AMERIQUE

    L’Empire du Chaos s’installe en Europe. L’ État islamique en Ukraine.

    L’ État islamique en Ukraine

     

    Justin RaimondoJustin Raimondo

    Par Justin Raimondo – Le 6 mars 2015 – Source Antiwar.com 

    Kiev et les djihadistes: une sombre alliance

    L’Empire du Chaos s’installe en Europe
    L’ État islamique en Ukraine

    Alors que nous combattons l’État islamique, l’EI, alias ISIS, en Irak et en Syrie, et que les responsables américains soulignent le prétendu danger d’une attaque sur le territoire américain, Washington et le Califat se battent du même côté en Ukraine. Dans une remarquable série d’articles dans l’Intercept, Marcin Mamon s’est penché sur un aspect du conflit en Ukraine auquel personne d’autre n’a fait attention: le rôle joué par le Bataillon Doudaïev, «une force de combat des islamistes radicaux composée de Tchétchènes, mais incluant également des combattants de tout le Caucase ainsi que quelques Ukrainiens».

    Les clés des organisations clandestines islamistes en Ukraine ont été remises à Mamon par un contact à Istanbul, Khalid, qui commande la branche ISIS locale. «Nos frères sont là», a-t-il dit à Mamon, et le journaliste s’est rendu en Ukraine où il a été mis en rapport avec un contact nommé Ruslan, qui l’a conduit au camp clandestin de Munayev.

    Portant le nom du premier président de la Tchétchénie séparatiste, Djokhar Doudaïev, le bataillon Doudaïev était commandé par Isa Munayev, récemment tué dans l’est de l’Ukraine. Imprégnés d’une haine fanatique des Russes, qui soutiennent les rebelles de l’Est, les hommes de Munayev estiment également qu’ils paient une dette, puisque les bataillons du Secteur Droit ultra-nationaliste qui aujourd’hui luttent pour Kiev ont apparemment aidé les Tchétchènes dans le passé. Le Secteur Droit est un groupe paramilitaire ouvertement néo-fasciste qui a fourni une grande partie des forces qui ont rendu possible le coup d’État contre Viktor Ianoukovitch, l’ancien président ukrainien. Organisés en différents bataillons, dont la célèbre Brigade Azov, ils idolâtrent les collaborateurs nazis de la Seconde Guerre mondiale, qui ont combattu les troupes soviétiques: les ultra-nationalistes ont été accusés d’avoir commis des atrocités dans le Donbass, ainsi que de terroriser leurs adversaires politiques sur le front intérieur. D’après Mamon, ils ont également été impliqués dans la lutte contre les Russes dans la lointaine Tchétchénie, où l’ancien gros bonnet du Secteur Droit Oleksandr Muzychko a combattu aux côtés de Munayev et des frères contre les Russes.

    Comme Ruslan l’a dit à Mamon:

    « Je suis ici aujourd’hui parce que mon frère, Isa, nous a appelés et a dit: ‹Il est temps de rembourser votre dette. Il fut un temps où les frères de l’Ukraine sont venus [en Tchétchénie] et se sont battus contre l’ennemi commun, l’agresseur, l’occupant.›. »

    A côté de cette solennelle éthique du guerrier, une autre raison probable du soutien de l’EI à Kiev est l’accès à des cibles occidentales, données ainsi aux terroristes. Comme Mamon l’indique:

    «L’Ukraine est en train de devenir une étape importante pour les frères comme Ruslan. En Ukraine, vous pouvez acheter un passeport et une nouvelle identité. Pour 15 000 dollars, un combattant reçoit un nouveau nom et un document juridique attestant de sa citoyenneté ukrainienne. L’Ukraine ne fait pas partie de l’Union européenne, mais c’est une voie facile pour l’immigration vers l’Ouest. Les Ukrainiens ont peu de difficultés à obtenir des visas pour la Pologne voisine, où ils peuvent travailler sur les chantiers et dans les restaurants, comblant le vide laissé par les millions de Polonais qui sont partis à la recherche de travail au Royaume-Uni et en Allemagne. »

    On nous dit que l’EI prévoit des attaques terroristes en Europe, et que les forces de sécurité sont occupées à recenser tous les suspects du continent; pourtant voici ce trou béant dans les défenses de l’Ouest, par où les frères s’infiltrent tranquillement, sans que les médias occidentaux en rendent compte. En coopération avec des groupes ultra-nationalistes comme le Secteur Droit, qui ont également créé leurs bataillons semi-autonomes, les islamistes d’Ukraine, brandissant des passeports ukrainiens, ont ouvert une passerelle vers l’Ouest.

    Les demandes faites à Washington de commencer à fournir des armes létales au régime ukrainien font maintenant partie du débat de politique étrangère à Washington, avec les habituels suspects exhortant l’administration à ouvrir le robinet d’armement. Pourtant, les Ukrainiens disent qu’ils obtiennent déjà une aide létale de pays qu’ils refusent d’identifier, selon le membre officiel du Conseil de sécurité nationale ukrainienne Oleg Gladovsky:

    «[L’aide provient] d’endroits où nous n’avons aucune influence et où il n’y a pas de tollé public à ce sujet (que nous avons nous-mêmes contribué à créer dans certains endroits, malheureusement). C’est de ces pays que nous sommes en train de recevoir de l’aide létale

    Alors d’où vient cette aide?

    «Dans l’est de l’Ukraine, écrit Mamon, le drapeau vert du djihad flotte sur certaines bases des bataillons privés.» Mais comment ces groupes de combat sont-ils privés?

    L’armée ukrainienne en loques, composée de conscrits peu motivés et mal armés, ne fait pas le poids contre les séparatistes, qui se battent sur leur propre territoire contre un envahisseur. Le régime de Kiev dépend de ces armées privées pour fournir une colonne vertébrale à sa force de combat, et il semble y avoir une relation symbiotique difficile entre l’armée ukrainienne régulière et ces volontaires, avec une approche non interventionniste adoptée par Kiev pour ces derniers . Si le régime ukrainien reconnait ouvertement aujourd’hui obtenir de l’aide de pays non nommés, il est normal de se poser la question: le Bataillon Doudaïev obtient-il une aide directe à partir des mêmes sources que celles qui équipent en armes les rebelles islamistes radicaux de Syrie – le Qatar, le Koweït, les Émirats arabes unis et les Saoudiens?

    Comme les rebelles modérés syriens financés et soutenus par les Etats-Unis rejoignent l’EI en masse, le réseau djihadiste international étend ses tentacules en Ukraine pour reprendre le combat au nom de leurs frères.

    L’un des principaux liens entre les factions ultra-nationalistes ukrainiennes et les islamistes était Oleksandr Muzychko, qui a combattu aux côtés du chef terroriste tchétchène Chamil Bassaïev – le cerveau derrière le massacre de l’école de Beslan – dans les guerres de Tchétchénie. L’année dernière, Muzychko a été tué dans une fusillade avec les policiers ukrainiens. Mais avant de disparaître, il était le visage public très évident du mouvement ultra-nationaliste d’Ukraine.

    Dans une vidéo devenue virale, Muzychko et un groupe de ses compagnons du commando Secteur Droit sont entrés dans le bureau du procureur de la ville de Rivne, dans le nord-ouest de l’Ukraine, et ont giflé le procureur coupable de ne pas faire son travail à la satisfaction de Muzychko. Il a également fait irruption dans une réunion du conseil de la ville de Rivne, brandissant un fusil, et déclarant que le Secteur Droit ne désarmerait jamais. Alors que les autorités ont sans aucun doute trouvé les singeries de Muzychko ennuyeuses, ce genre de chose est normal dans la nouvelle Ukraine. Et il est probable que c’est son implication clandestine avec l’EI, bien plus que ses pitreries publiques, qui a provoqué la colère des autorités: elles lui ont tendu une embuscade et l’ont abattu le 24 mars de l’année dernière. Son implication avec la cellule EI en Ukraine est-elle devenue de plus en plus évidente, même pour ceux en Occident qui s’étaient contentés regarder de l’autre côté?

    Que les autorités de Kiev travaillent avec un avant-poste de l’EI est implicite dans toute l’article de Mamon: quand ce dernier s’est rendu au campement de Munayev en compagnie de Ruslan, ils n’ont eu aucune difficulté aux points de contrôle de l’armée ukrainienne, où la possibilité de percevoir des pots de vin ne faisait aucun doute, et ils sont passés à travers. Tout au long de l’article de Mamon nous entendons Munayev se plaindre de la pauvreté: le Bataillon Doudaïev, nous dit-on, doit dépendre d’activités criminelles pour financer le djihad. Pourtant, un oligarque mineur, nommé Dima leur remet 20 000 dollars, et il est question de vendre au marché noir de l’ambre à des «acheteurs du golfe Persique, y compris de riches cheikhs» – peut-être les mêmes riches donateurs qui ont si généreusement financé l’EI.

    Les liens entre le régime de Kiev et l’enclave de l’EI en Ukraine sont nombreux, et seulement à demi cachés. Lorsque Mamon est arrivé au camp de Munayev, il a été accueilli par une voiture blindée qui, nous dit-on, a été donnée par Ihor Kolomoisky, l’un des hommes les plus riches d’Ukraine, récemment nommé gouverneur de Dniepropetrovsk. Kolomoisky, malgré son héritage juif, n’a aucun scrupule à s’allier à des groupes ouvertement antisémites comme le Secteur Droit, dont il a financé les bataillons: comme les djihadistes affiliés à l’EI, auxquels il a offert une voiture blindée, il ne pense qu’à la lutte contre Vladimir Poutine, qu’il méprise.

    Une autre indication de l’alliance EI-Kiev est l’évasion d’Adam Osmaev, commandant-adjoint du Bataillon Doudaïev, d’une prison ukrainienne où il purgeait une peine pour avoir fomenté l’assassinat de Poutine. Après le coup d’état à Kiev, Munayev et ses compagnons ont fait sortir Osmaev de prison: quand ils ont été confrontés à la police ukrainienne à un barrage, ils ont été mystérieusement autorisés à passer. Comme le rapporte Mamon:

    «Après une impasse dramatique, les Ukrainiens ont permis aux Tchétchènes de filer. (Il n’y a pas moyen de confirmer le récit de Ruslan, mais à l’automne 2014, le tribunal d’Odessa a soudainement déclaré qu’Osmaev avait suffisamment purgé sa peine et il a été libéré.) Osmaev et Munayev sont revenus à Kiev, et le bataillon Doudaïev a été créé.»

    «De temps en temps, écrit Mamon, Munayev rencontre des représentants du Service de sécurité ukrainien, connu sous le nom de SBU.»

    Le Bataillon Doudaïev compte environ 500 combattants, mais il y a aussi d’autres brigades djihadistes en Ukraine, organisées dans le Bataillon Sheikh Mansour, qui s’est détaché du Bataillon Doudaïev et «est basé à proximité de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine», ainsi que deux autres groupes composés des Tatars de Crimée, comptant chacun environ 500 djihadistes.

    Comme l’aide des États-Unis coule à flot en Ukraine, dans quelle mesure va-t-elle retomber sur ces alliés de l’EI – et quelle sera son utilisation future? Si John McCain et Lindsey Graham arrivent à leurs fins, les armes américaines vont bientôt se trouver dans les mains de ces terroristes, dont il est sûr que le djihad contre les Russes se tournera vers l’Ouest et frappera les capitales de l’Europe.

    C’est un retour de flamme avec une vengeance: nous créons nos propres ennemis, et leur donnons les armes pour nous faire du mal, alors même que nous affirmons notre besoin d’une surveillance universelle pour les combattre. Les savants fous formulant la politique étrangère américaine sont en train de créer une armée de monstres de Frankenstein – qui ne manqueront pas d’attaquer leurs créateurs bercés d’illusions.

    Traduit par Claude, relu par Diane et jj pour le Saker Francophone


    votre commentaire

  • Police de la pensée – Manuel Valls lance ses « cyber-patrouilleurs » à l’assaut du net


    manuel-valls-MPI

    Contrôler l’internet, museler les derniers ilots de pensée libre, priver toute véritable opposition de moyen de contourner les médias mainstream, réduire l’internet à la française à une bouillie politiquement correcte, c’est cela l’obsession de Manuel Valls en ce moment.

    Maintenant que l’examen de la loi sur le renseignement a été bouclé par les députés, le premier ministre socialiste présente son plan de lutte contre le racisme qui s’accompagne de la mise en place d’une « unité de cyber-patrouilleurs » chargée de traquer les contenus à censurer sous les ordres du ministère de l’intérieur.

    Ces « cyber-patrouilleurs » recevront pour mission d’exiger le retrait des contenus qui déplaisent à Manuel Valls et ses séides en prenant contact avec les hébergeurs, et d’identifier leurs auteurs afin d’engager contre eux des poursuites en justice.

    Cette « unité de cyber-patrouilleurs » sera composée d’officiers de la police judiciaire, en liaison avec la plateforme PHAROS (Plateforme d’Harmonisation, d’Analyse, de Recoupement et d’Orientation des Signalements), qui invité déjà les internautes à se transformer en « corbeaux » dénonçant les contenus insoumis à la pensée unique.

    « Les résultats de cette unité seront présentés chaque année en toute transparence. Soyons clairs : même si c’est difficile, la passivité sur Internet, c’est fini », a vociféré Manuel Valls qui a également appelé au durcissement des sanctions. « Les paroles, les écrits de haine, qu’ils soient racistes ou homophobes ne relèvent plus du droit de la presse mais du droit pénal avec des peines adaptées. Le caractère aggravant du racisme et de l’antisémitisme pour un délit de droit commun sera, en outre, inscrit dans le droit pénal ».

    Le gouvernement envisage aussi la création d’un « e-rappel à la loi » pour décourager la récidive et la promotion d’un « contre-discours efficace », propagande officielle façon Big Brother.

     

    big-brother-valls

    Manuel Valls voudrait par ailleurs trouver le moyen de forcer les hébergeurs de contenus destinés au public français à disposer d’une représentation juridique en France afin de soumettre tout l’internet disponible en France à son bon vouloir. La France n’a plus de leçon à donner à la Chine qui avait négocié avec Google la censure du net sur son territoire.

    Le début de l' »offensive » (sic) est annoncé pour cet été. Profitez donc bien des derniers mois de relative liberté (déjà fort entamée) !

    On notera une fois de plus que l’initiative gouvernementale de contrôle de l’internet n’a par contre aucune intention de déployer de tels moyens pour censurer les contenus pornographiques, pédophiles, sadiques, etc, qui fleurissent sur le net et ont une influence réellement nuisible sur notre société.

    http://www.medias-presse.info/police-de-la-pensee-manuel-valls-lance-ses-cyber-patrouilleurs-a-lassaut-du-net/29728?utm_source=OxiMailing&utm_medium=e-mail&utm_campaign=mpi_77

     


    votre commentaire
  • Photo de Jean-Claude Lefort.

    Salah Hamouri reçu au Quai d'Orsay !

    A la demande de l‘AFPS, Salah Hamouri a été reçu hier au Quai d’Orsay par M. Martin Briens, directeur-adjoint du cabinet du Ministre, et de M. Aurélien Chauvier, en charge de Jérusalem et des Territoires palestiniens. Il était accompagné de Taoufiq Tahani, président de l’association et de Jean-Claude Lefort, coordinateur du Comité de soutien.

    Salah Hamouri a expliqué concrètement les éléments effarants devant lesquels il se trouve, à savoir une interdiction formelle de six mois, signifiée par un ordre militaire totalement arbitraire, d’entrer dans les Territoires au nom de la « sécurité d’Israël » ceci sans aucun élément à lui reprocher et alors que, résident de Jérusalem-Est annexée, il suit des cours de Droit dans une université située à Ramallah, cours qui doivent se terminer en juillet avec son examen pour devenir avocat. Cet « ordre » le prive de cette possibilité et, plus généralement de sa liberté de circulation. Tout ceci après avoir fait 7 ans de prison et alors qu’il reconstruit courageusement sa vie.

    Sa situation a fait l’objet d’un large soutien dans notre pays pour que les autorités françaises n’acceptent pas cette situation et agissent pour que soit purement et simplement levé cet acte illégal et arbitraire inacceptable.

    Accent a notamment été mis sur le fait que Jérusalem-Est est annexée et que cette situation est condamnée et non reconnue par la « communauté internationale », spécialement par le Conseil de sécurité de l’ONU dont notre pays est membre permanent. Il ne s’agit donc, en aucun cas, d’un acte qui relèverait de la souveraineté israélienne mais bien d’un acte totalement inacceptable, illégal et arbitraire.

    Israël a annexé la partie Est de la ville. Quoi qu’en disent les dirigeants israéliens, cette partie de la ville, qui doit devenir capitale de l’Etat palestinien, ne lui appartient pas. Il est exclu qu’il puisse subsister la moindre ambiguïté sur ce point. Salah Hamouri, qui est privé de la dimension palestinienne de sa bi-nationalité du fait de cette annexion, est donc de facto un citoyen uniquement français en droit. Son cas ne peut donc laisser indifférent les autorités françaises placées devant une violation flagrante de la liberté d’expression frappant l’un de nos concitoyens.

    Au terme de l’entretien, qui s’est déroulé dans un climat attentif, engagement a été pris, du côté du Quai, d’agir dans ce sens auprès des autorités israéliennes pour une levée pure et simple de cet « ordre ». Déjà le Consulat général français de Jérusalem s’est activé en ce sens. Ses efforts seront renforcés par une volonté affirmée du ministère.

    Nous entendons pour notre part suivre attentivement l’évolution de la situation et continuer à nous mobiliser et à mobiliser largement pour que le droit l’emporte contre son déni – un déni systématique qui touche d’autres jeunes en plus de Salah.

    Paris, le 16 avril 2015
    Taoufiq Tahani et Jean-Claude Lefort

    https://www.facebook.com/salah.hamouri?pnref=lhc

     


    votre commentaire
  • jeudi 9 avril 2015

    MESSAGE AUX FORCES ARMÉES FRANÇAISES

     
    A LA VEILLE DE LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE QUI METTRAIT LES PAYS EUROPÉENS SOUS LES BOMBES (Voir ici le système russe S-500)
     
    LISEZ BIEN LE MESSAGE SUIVANT:
    Déclaration officielle

      "Nous, les militaires tchécoslovaques de réserve, rejetons unanimement toute participation dans des batailles qui sont des actes géopolitiques d’agression par l’élite globaliste par le biais de l’OTAN et le soutien de nos gouvernements.
     
      Nous avons juré de défendre notre patrie des républiques tchèque et slovaque. Nous avons juré de protéger la liberté et l’indépendance de nos nations fières et indépendantes pour lesquelles nos ancêtres ont donné leurs vies dans des guerres mondiales.
      Nous sommes guidés par ce serment dans une initiative civile de gérer une situation de crise. La liberté et l’indépendance sont mises en danger depuis longtemps par un système de réprésentation pseudo-démocratique, où un représentant élu n’a aucune obligation de faire avancer les intérêts des électeurs et citoyens et en pratique, les lois ne représentent que les intérêts personnels des législateurs, les intérêts des partis politiques et des groupes d’intérêts économiques. Notre patrie est sous la pression des élites mondialistes et des groupes d’intérêts économiques, qui éliminent le pouvoir du peuple, des citoyens, au travers du système de démocratie représentative.
     
      Notre constitution qui a été délibérément faussée et notre charte des droits et des libertés sont en train d’être perverties et les lois constitutionnelles violées par les législateurs eux-mêmes.
      Le pouvoir législatif est en train d’être privatisée, le pouvoir exécutif est en train d’être politisé et le pouvoir judiciaire corrompu par les groupes de pression (lobbies) qui font voter des lois et font monter la pression sur nos gouvernements.
      Les résultats de tout ceci sont un déficit public inremboursable, une désindustrialisation, la privatisation des propriétés de la république et des budgets frauduleux, une dépendance alimentaire et énergétique, la privatisation des ressources naturelles ainsi que des fonds de retraites et de santé des citoyens. Notre pays a été divisé illégalement, pillé, endetté, les gens réduits en esclavage et leurs familles liquidées par le génocide de la repossession, l’infrastructure nationale a été transférée aux mains des entreprises occidentales. Un chaos destructeur et le désespoir dominent le sentiment de la communauté.
     
      Pour cette raison, nous les soldats de réserve tchécoslovaques reconnaissons le serment que nous avons fait au sein de l’armée et ensemble, nous avons eu une vision concernant la défense de nos nations. Nous rejetons de manière inéquivoque le fait de combattre dans les rangs de l’OTAN contre la Fédération de Russie et autres nations slaves et nous avons par là-même l’intention de nous dresser fermement contre toute liquidation plus avancée de notre démocratie au moyen de la pression civique organisée. Nous nous unissons dans une situation de crise et en utilisant nos techniques et capacités militaires et civiles acquises, nous avons la ferme intention de créer un mouvement de pression civique suffisamment fort et organisé pour la période de temps qui sera nécessaire pour mettre en place nos buts patriotiques.
     
      Nous prêtons serment d’allégeance à nos patries respectives des républiques tchèque et slovaque.
     
      Nous, militaires de réserve tchécoslovaques, mèneront ce serment à bien !"
     
     
      Après l'Italie, l'Espagne, le Portugal, la Roumanie... voilà maintenant la Tchéquie et la Slovaquie qui se déclarent contre la guerre mondiale que veulent les américains et leurs vassaux, les dirigeants européens.
     
      Des citoyens Français ont conçu une solution qui résoudrait cet état mondial de crise . Son application commence par l'éviction des politiciens et l'instauration d'un gouvernement provisoire le 14 juillet 2015. 
     
    FORCES ARMÉES FRANÇAISES: 
     
    VOTRE DEVOIR EST-IL ENVERS LA NATION (territoire et peuple de France), OU ENVERS UNE PETITE MAFIA POLITIQUE CHERCHANT À ENTRAÎNER LA DESTRUCTION DE NOTRE NATION POUR QUELQUES PROFITS PERSONNELS ?
     
     
     
     
    Pour des informations vraiment complètes sur ce mouvement du 14 juillet, n'hésitez pas à participer à l'une des rencontres qui se réalisent sur toute la France:

    RENCONTRES 
     
    http://mvt14.blogspot.fr/2015/04/message-aux-forces-armees-francaises.html
    .

    votre commentaire