• Francis Lalanne : "J'Appelle !"

     
    Publié le 22/01/2021 à 18:59 - Mise à jour le 24/01/2021
     
     
     
    L'Appel de Francis Lalanne.
    FS
     
    Auteur(s) : FranceSoir

    TRIBUNE


    NDLR : la publication de cette tribune devait s'accompagner de la diffusion du "Défi de la vérité", avec Francis Lalanne au micro de Richard Boutry. Seulement, nous sommes temporairement bloqués pour diffuser des vidéos sur notre chaîne YouTube. L'émission sera mise en ligne dès que nous aurons reçu les explications demandées et que nous aurons résolu ce problème. Merci, chers lecteurs, de votre compréhension.

     


    APPEL À LA MOBILISATION GÉNÉRALE DU PEUPLE FRANÇAIS
    CONTRE LA TYRANNIE

    Préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789

    « Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous. »


    CHAPITRE 1 : BAS LES MASQUES

    Citoyennes et Citoyens de la France ! La Patrie est en danger.

    La criminalisation permanente des individus que nous sommes, par les structures de l’État et les médias, est constitutive de tyrannie.

    Une des chaînes de la propagande vient d’annoncer que désormais le Procureur de la République pourra poursuivre pour « mise en danger de la vie d’autrui » sans tenir compte du fait que ce délit, pour être caractérisé, se doit d’être fondé sur des preuves cumulatives...

    Autre exemple , le projet de loi donnant les pleins pouvoirs au chef de l’État et son Premier ministre pour une période indéterminée, par pérennisation de l’état dit « d’urgence sanitaire » ; et qui sera voté en ce début d’année 2021.

    Doit-on parler de la chaîne désormais interminable des confinements dont nul ne peut dire aujourd’hui quand l’actuel gouvernement entend y mettre fin ?

    Le chef de l’État et son gouvernement s’essuient les pieds sur le Droit Républicain comme sur un paillasson.

    Il faut à présent mettre l’État hors d’état de nuire au peuple français.

    Il faut à présent mettre en demeure les structures de l’État de faire cesser le trouble manifestement illicite infligé à la Nation par son gouvernement. 

    Ce trouble porte le nom que la République lui a donné en se constituant. Ce nom est « la tyrannie ».

    « L’urgence Sanitaire » est en train de devenir une maladie chronique de la République.

    Le gouvernement est en train de commettre insidieusement un coup d’État au nom de la Covid ; et s’apprête à instituer la tyrannie comme un avatar de la République, à l’insu du peuple français.

    Il convient de rappeler que l’âge moyen des décès attribués à la Covid est de 84 ans. Que le virus s’attaque donc, aux dires des statistiques, à des personnes très âgées ou sous le coup de pathologies respiratoires graves et autres maladies mortelles comme le cancer... Dans certains cas, certes, et nul ne le conteste, ce virus aggrave des pathologies multiples ! Mais n’est-ce pas le cas pour n’importe quel virus ?

    Aujourd’hui, sur le site officiel du ministère de la Santé, on peut lire 71 342 décès Covid pour 65 millions de Français, cependant cela ne veut pas dire mort de la Covid-19. Il y a d’ailleurs bien des questions sur les causes effectives de décès (mort du ou avec la Covid) pour permettre de calculer le taux de mortalité réel attribués à la Covid: cela représente 0,11% de mortalité. Le taux de survie à la Covid-19 est donc objectivement de 99,89 % (basé sur une cause de mortalité non confirmée).

    C’est sur cette base statistique que l’actuel gouvernement entend, au mépris de la Constitution, du bloc de constitutionnalité, et des principes généraux du Droit, priver les citoyennes et citoyens français de leurs droits imprescriptibles, et donner les pleins pouvoirs au chef de l’État et son gouvernement pour une période indéterminée.

     

    Par l'utilisation du système de Kelsen, la Constitution assure le respect de la démocratie en empêchant le législateur de promulguer des lois contraires à celles contenues par les textes fondateurs ; lesquels sont l'expression de la souveraineté du peuple. Ce point est fondamental.

    Tout en haut de la pyramide de Kelsen , on ne trouve pas « l’urgence sanitaire » (concept inconnu au bataillon). 

    Ni, encore moins, « le principe de précaution » !

    On trouve :
    1 - La Constitution du 4 octobre 1958, qui énonce les principes juridiques et politiques fondateurs de la 5 ème République. Elle définit le rôle des différents organes étatiques, et proclame les libertés fondamentales.

    2 - Le bloc de constitutionnalité, qui est constitué de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 ; du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 ; auxquels s’ajoute la Charte de l’environnement de 2004, ainsi que les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République (PFRLR). Exemples : la liberté d’association, le respect des droits de la défense, etc.

    Depuis le 16 Juillet 1971, ces principes ont valeur constitutionnelle.

    Il s’agit de grands principes qui sont validés par le Conseil constitutionnel dans le cadre de son activité de contrôle du respect de la Constitution.

    Exemples : le droit au respect de la vie privée, la liberté contractuelle, la liberté d’entreprendre, de travailler, le principe de continuité du service public… etc. 

    Le Conseil constitutionnel établissant et ajoutant ainsi une valeur matérielle à la valeur formelle de la Constitution.

    La Constitution de 1958 est une norme suprême qui orchestre l'organisation des pouvoirs publics.
    Elle reprend la définition de la démocratie de Lincoln dans son article 2, et assure par là l'établissement et la garantie de l'autonomie du peuple et de sa souveraineté.

    Autre point fondamental : dans son article 5, la Constitution de 1958 établit que le rôle du président de la République n’est pas de gouverner mais bien de présider

    Il doit être la clef de voûte du système institutionnel et politique français. C’est au président de la République qu'il incombe de veiller au respect de la Constitution, d'assurer le fonctionnement régulier des pouvoirs publics; enfin de garantir l'indépendance nationale et l'intégrité territoriale. Le président de la République est donc le veilleur ; la sentinelle du peuple!

    C’est pourquoi, il est aussi le chef des armées.

    Son rôle est d’être le garant de la pérennité des droits et des libertés fondamentales, ainsi que de l'indépendance de l'autorité judiciaire et la séparation des pouvoirs.
    Son rôle n’est pas de passer outre le droit républicain, et d’utiliser la Constitution contre sa « Lettre et son Esprit » pour imposer au peuple une gouvernance contraire aux principes et aux lois édictées par cette même Constitution.

    En agissant ainsi depuis le début de son mandat, et en instrumentalisant le gouvernemet, le Parlement , les Conseils d’Etat et Constitutionnel à des fins présidentialistes et totalitaires, l’actuel président de la République a failli aux obligations élémentaires pour lesquelles est élu un président de la cinquième République. Il doit donc être destitué.

    Il convient également de rappeler :

    Que ce que l’on a nommé « la seconde vague » à l’encontre de toutes les connaissances scientifiques actuelles, correspond à une augmentation des personnes testées positives et non à un accroissement de la dite « pandémie ».

    Que contrairement à ce qui est affirmé par le gouvernement, les personnes testées positives dans leur très grande majorité ne présentent aucun symptôme de la maladie ou guérissent spontanément.

    Qu’être testé positif ne signifie pas être malade et que le confinement de personnes asymptomatiques ou en bonne santé est une aberration scientifique nuisible à la santé individuelle et collective.

    Il est de même patent qu’à bien des égards, un confinement abusif peut réunir par les troubles psychologiques et pathologiques en découlant, les éléments permettant de caractériser une « mise en danger de la vie d’autrui ».

    Que les plus grands spécialistes français en la matière, les plus publiés et salués mondialement pour leurs travaux, et ceux ayant obtenus les meilleurs résultats dans le traitement de la maladie sur le terrain, sont littéralement persécutés, au motif qu’ils émettent un point de vue divergent .

    Que les traitements et soins qu’ils ont mis au point et expérimentés avec succès sont systématiquement contestés voire interdits sans motif scientifique avéré.

    Compte tenu de la personnalité et des relations de certains décideurs, il est de suspicion légitime aujourd’hui de considérer que l’interdiction de certains médicaments aurait pu avoir été prise au détriment du peuple français, pour favoriser certains intérêts particuliers. Ce dernier point pourrait facilement être mis à jour par une enquête impartiale.


    Il faut souligner que le « conseil » dit « scientifique » ainsi nommé et coopté arbitrairement par le gouvernement, n’a de « scientifique » que le nom.
    Aucun de ses membres n’est fondé à contester les travaux des plus grands virologues français ayant mis en place avec succès des protocoles de soins enrayant la pandémie.
    Il convient de s’indigner par ailleurs que certains membres du « conseil » dit « scientifique » soient en lien d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques ayant pour objectif la diffusion des remèdes et vaccins que le gouvernement veut désormais imposer à toutes les Françaises, et les Français, sans avoir aucune garantie sur leur degré d’efficience et de nocivité.

    Il faut établir que, de ce fait, aucun élément probant ne justifie ni la mise en cause des Libertés Fondamentales, ni la mise en place des mesures liberticides diligentées de manière arbitraire par l’actuel gouvernement.

    Dire que la rupture d’Égalité et la privation des Libertés Fondamentales doit être considéré comme un abus de droit caractérisé.

    Que si le pouvoir discrétionnaire sort des limites fixées par la Constitution, il devient un pouvoir arbitraire.

    La liberté prime et l’exception doit être justifiée par des éléments incontestables et probants. Dans le cas contraire, l’exception au Libertés Fondamentales doit être considérée comme un abus de pouvoir caractérisé. Dans un système juridique voué à la présomption d’innocence, on ne peut accuser la liberté sans lui accorder le bénéfice du doute ! Surtout au nom d’un principe aussi subjectif que le principe dit « de précaution ».

    Ce que l’actuel gouvernement de la France institue progressivement sous couvert d’urgence sanitaire, n’est ni plus ni moins qu’une atteinte coupable au devoir républicain de séparer les pouvoirs et de garantir les droits. 

    Article 16 de la Déclaration des Droits de L’Homme et du citoyen de 1789 :
    « Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée et la séparation des pouvoirs déterminée n’a point de constitution. »

    En détournant de leur objet les mesures prétendument sanitaires, Il s'agit bien de l'instauration d'un régime de type répressif, incompatible avec notre démocratie pluraliste.
    Il s’agit, in concreto, de l’institution par excès de pouvoir, d’un régime totalitaire. 
    Il s’agit bien de Totalitarisme.

    Article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 :
    « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme.
    Ces droits sont: la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression. »

    La verticalisation de l’autorité républicaine corrompt ici son objet au point qu’elle transforme la puissance publique en puissance oppressive. Ce qui contredit l'Esprit et la Lettre même de la constitution de1958.

    La République est donc frappée de caducité ; annulée par l’exercice totalitaire du pouvoir que pratique aujourd’hui l’Exécutif.

    L’Exécutif qui supprime tous les droits fondamentaux et s’approprie tous les pouvoirs, met par voie de conséquence le peuple français en situation d’oppression.
    La Puissance Publique s’emparant du « Bien Public » , il s’agit bien d’un coup d’État du gouvernement contre la Nation.

    Les citoyennes et citoyens de France subissent ainsi l’oppression de leurs représentants.

    Se cacher derrière le principe « d’état d’urgence », n’autorise pas le détournement de la Constitution à des fins totalitaires.

    La France n’ayant point de Constitution au terme de l’article 16, elle subit de facto « l’oppression » du gouvernement.

    Au terme de l’article 2, il est du droit constitutionnel du Peuple Français , donc de son devoir, de « résister à l’oppression » par une désobéissance civique.

    Il est également du droit et du devoir de la représentation nationale de déclencher le protocole de destitution du président de la République au terme de l’article 3 de notre Constitution ainsi que de l’article 68.

    De même, et si de besoin, il est du devoir de l’armée française pour assurer la « sûreté » du peuple français (article 2) , de procéder à la mise à pied des auteurs du coup d’État - c’est-à-dire de l’actuel gouvernement; et ce, afin de rétablir le droit républicain.

    Reste à mettre en exergue le mensonge d’État pour justifier la procédure de destitution.

    Après des atermoiements sans précédent pendant lesquels on a menti aux Fançaises et aux Fançais, on utilise le tout nouveau concept « d’urgence sanitaire » sur des bases contraires aux premiers mensonges, pour imposer désormais un pouvoir totalitaire.

    La France ne peut pas devenir un gouvernement totalitaire parce que 0,11% de ses personnes âgées auraient succombé à un nouveau virus.
    Surtout lorsqu’on s’apprête à utiliser les plus fragiles de ces personnes âgées comme cobayes pour tester de nouveaux genres de vaccins.

    Le temps presse. 

    Nous sommes en train de vivre un véritable coup d’État progressif sans précédent, visant à se draper dans un consentement populaire obtenu frauduleusement par le mensonge et la peur.

    Les jours de la République sont comptés. Nous devons agir vite. La Patrie est en danger.



    CHAPITRE II : APPEL À LA MOBILISATION DE LA REPRÉSENTATION NATIONALE

    Du manquement à l’éthique de la considération aux mensonges du gouvernement.

    « Aussi bien, par les temps corrompus que nous vivons, me bornerai-je à te recommander, pour commencer, de ne te consacrer à l’action, ni tout entier, ni toujours, mais de réserver à la considération une partie au moins de toi-même, de ton cœur, et de ton temps ».
    Bernard de Clairvaux, De la considération, cité par Corine Pelluchon dans Ethique de la considération, Seuil.

    1- Comment l’Etat a failli dans son devoir de protection de la santé individuelle et publique.

    L’Etat est à la fois le garant de la santé individuelle et publique.

    Le droit à la santé est un droit fondamental, c’est une liberté publique (préambule de la Constitution de 1946). 

    L’Etat est le débiteur de ce droit; il est en conséquence, tenu d’exécuter cette obligation en toutes circonstances, et en mettant en œuvre tous les moyens nécessaires à sa réalisation.

    Le problème touchant au manque d’équipements médicaux et en particulier aux carences de masques, de gels , de médicaments appropriés, etc., pouvait se justifier par l’effet de surprise de la crise épidémique.

    En revanche, le mensonge ne peut en aucun cas se justifier dans la gestion de la crise ; laquelle a fait l’objet, incontestablement, d’une gestion politique et non d’une gestion sanitaire rationnelle s’appuyant sur des bases scientifiques

    Pour protéger la santé des Ffrançaises et des Français, on a cru bon de créer à la va vite, un conseil dit « scientifique » pour conseiller le prince dans ses décisions sur la gestion de la dite « Pandémie »...

    On se demande bien pourquoi créer une telle entité sans même en référer aux représentants du peuple!
    Sauf, bien sûr, à vouloir créer un appareil cautionnaire aux ordres de l’État visant à justifier de ses décisions et lui servir de couverture.

    Le conseil dit « scientifique » n’a cependant jamais été capable d’apporter des réponses cohérentes, face aux contradictions de la gestion gouvernementale.

    Or, il est remarquable de constater que le gouvernement disposait déjà, avant l’épidémie, d’experts autorisées et d’institutions sanitaires qui veillent en permanence sur la santé des Françaises et des Français.

    Ledit « conseil scientifique » n’avait donc aucune raison d’être: et encore moins d’exister.
    Il s’est substitué de manière arbitraire , c’est à dire contraire au droit républicain, à l’expression de la souveraineté du peuple français.
    Ce qu’interdit l’article 3 de notre Constitution.

    Le conseil scientifique est donc un organe illégitime et complice des mensonges du gouvernement.

    L’on peut se contenter de deux exemples qui démontrent à la fois la complicité et l’incompétence du « conseil scientifique ».

    Le silence de ce « conseil » sur une étude présentée comme scientifique dans un journal de référence internationale et qui s’est par la suite révélée fausse.

    Cette fausse étude qui, pourtant, a servi au gouvernement dans sa prise de décision, montre l’inutilité du conseil qui aurait dû l’identifier.

    En effet, ce n’est pas le conseil scientifique qui a le premier alerté l’opinion publique sur le caractère fallacieux de l’étude du Lancet.
    Ce sont des gens courageux issus du monde médical qui, avec force, ont alerté les citoyennes et citoyens de France. Ils sont actuellement poursuivis et parfois sanctionnés pour avoir dit la vérité. Tandis que le conseil scientifique, lui, a été maintenu pour avoir couvert un mensonge sous l’égide du gouvernement.

    - or une fausse étude , retirée ensuite par le journal qui l’avait publiée a bien servi de source à la décision gouvernementale.

    Ladite « étude » a notamment été citée par le ministre de la Santé devant la Représentation Nationale, comme justifiant des mesures dites « sanitaires » imposées au peuple français.
    Et cela, sans que le conseil scientifique ne puisse aider le gouvernement à faire une lecture juste des études parues.

    - ce n’est pas non plus le « conseil scientifique » qui a attiré l’attention du gouvernement sur un médicament introduit sur le marché, jugé nocif par la suite, et notamment par l’OMS : le remdesivir.

    Au contraire, dans le même temps, ledit « conseil scientifique » a cautionné toutes les décisions politiques ! Notamment celle, absurde, d'interdire aux médecins la prescription d'hydroxychloroquine dans les traitements anti-Covid, jusqu'à faire retirer ce produit de la vente ; condamnant ainsi nombre de patients à un déficit de soins, donc de santé. 

    Nombre qu’il appartiendra , bien entendu, à une enquête parlementaire de déterminer.

    2- Comment l'État a failli dans sa mission, par abus de pouvoir.

    L’Etat ne doit exclure aucune opinion pouvant apporter une quelconque utilité dans la gestion d’un problème sanitaire :
    il doit faire valoir en priorité l’intérêt de la santé publique.
    Or, l'Exécutif a exclu et condamné systématiquement toutes les voix divergentes , alors que ce sont ces mêmes voix qui ont servi de garde-fou contre les divers conflits d'intérêts mis à jour par là soudaine diabolisation gouvernementale de molécules déjà testées depuis des décennies, réputées inoffensives; et dont l'efficacité contre le nouveau virus avait été établie par les plus grands spécialistes français et internationaux.

    L’Etat a donc endossé les mensonges du gouvernement pour favoriser manifestement d’autres intérêts que celui des patients. Et ce au lieu de sanctionner les menteurs.

    Le concept de l’Etat-menteur est ici effectif. Il constitue donc un trouble à l'ordre public. Un trouble manifestement illicite. Un trouble qu’il convient désormais de faire cesser par tous moyens.

    Des contradictions flagrantes dans la gestion de la crise ont été couvertes et cautionnées par l’Etat français sur la seule parole du président de la République, ce qui engage donc sa responsabilité ainsi que celle de son gouvernement. Gouvernement agissant avec lui en réunion, donc en totale complicité.

    Des ministres et des hauts responsables de l’Etat ont menti et ne sont pas sanctionnés. Pire encore: ils sont reconduits dans leurs fonctions ou promus.
    L’Oligarchie française bénéficie ainsi d’une impunité coupable, devenue intolérable.
    Le temps est venu d’y mettre un terme.

    Force est de constater que les décisions qui ont été prises sur la base de fausses informations ou d’informations contradictoires peuvent avoir un lien direct avec le taux de mortalité attribué à la Covid. Et ceci doit être estimé par la Représentation Nationale réunie en commissions.

    3- Il est également notoire que le président de la République et ses complices ont ainsi porté une atteinte grave au droit à la santé. Ce qui ouvre ici un volet pénal.

    Le droit à la santé est un droit-créance. C’est un droit pour le citoyen et en même temps une créance pour l’État ; ce dernier doit s’exécuter et avoir un comportement actif dans sa réalisation : au nom de l’intérêt général sanitaire.
    Aussi, en cas de pandémie, l’Etat doit prendre les mesures nécessaires, se prémunir de toute menace, et sauvegarder la santé publique.

    Cela étant, il est donc possible de rechercher la responsabilité pénale à travers l’atteinte au droit à la santé.

    Des malades ont été pris en charge tardivement en raison d’une pénurie de moyens, du confinement, et des mesures tardives de l’administration sanitaire.

    Il convient aussi de rechercher l’atteinte au droit à la santé à travers l’incitation au renoncement aux soins via des messages publicitaires gouvernementaux.

    Or n’est-il pas un fait acquis par la science et l’observation des chiffres, que le taux de létalité de ce virus est très largement inférieur à celui de plusieurs maladies non diagnostiquées et non soignées ?

    Le nombre de victimes françaises attribué à la Covid, et qui serait supérieur à la moyenne mondiale, ne peut-il être justifié par la gestion chaotique, l’absence de matériel, le renoncement, l'inaccessibilité des soins ? Ce dernier point doit être également éclairci par une enquête appropriée et impartiale menée par les élus du peuple français réunis dans les deux assemblées.

    La gestion de cette crise sanitaire met donc en évidence les mensonges du gouvernement et le mensonge d’Etat. Le visage que présentent le président de la République flanqué de son gouvernement n'est en aucun cas celui de la bienveillance, de la considération et de l’altérité. En particulier en ce qui concerne l’éthique médicale.

    Le discours du président de la République est foncièrement: arbitraire, inégalitaire et discriminatoire.

    Toutes les décisions prises par l'Exécutif en dépit des pouvoirs Législatif et Judiciaire, contreviennent à la Constitution, au principe inaliénable de la séparation des pouvoirs, ainsi qu'aux libertés fondamentales et imprescriptibles des citoyennes et citoyens du Peuple Français .

    Je partage l’avis de Corine Pelluchon lorsqu’elle écrit: « L’éthique de la considération est de faire en sorte que les êtres humains la ressentent ».
    La considération est donc la condition même de la responsabilité.
    Au contraire, et les exemples sont nombreux, les dispositions prises par le gouvernement au nom de la dite « Crise Sanitaire » sont bien souvent des dispositions qui relèvent de l’abus de pouvoir.

    D’ailleurs qu’entend-on exactement par « crise sanitaire » ? ( encore un concept à définir...)
    Cette étrange formule qui semble servir de fourre-tout, n’explicite-t-elle pas à elle seule, une crise qui serait surtout celle des Pouvoirs Publics ?

    Je n’ai pas comme certains grands constitutionnalistes une vision mystique ou religieuse de l’État.
    Je pense à l’instar de Léon Duguit que l’on ne déjeune pas avec une personne morale.
    Que le droit qui prime est le droit posé , le droit positif : c’est à dire le droit applicable.
    Que ce droit doit exprimer la solidarité sociale, à commencer par celle des Services Publics.
    Que si le droit objectif n’est plus appliqué par les pouvoirs intermédiaires, il revient donc au peuple d’affirmer sa toute-puissance en reprenant de lui-même , par lui-même et pour lui-même, le contrôle de sa souveraineté.

    La société française se trouve désormais dans la situation décrite par l’article l’article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : elle confond les pouvoirs et ne garantit plus les droits.
    Aux termes du même article, elle n’a donc point de Constitution.
    Dans ces conditions, c’est au Peuple Français qu’Il revient à présent de faire valoir ce que de droit, en premier lieu par l’intermédiaire de la Représentation Nationale.
    Et cela en application de l’article 68 de l’actuelle Constitution de la France.
    Soit dit, de diligenter une enquête publique pouvant aboutir à la destitution de l’actuel président de la République au motif que ce dernier a manqué et manque encore à « ses devoirs » d’une manière « manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ». C’est exactement le cas de figure que subit la France actuelle.

    L’article 68 pose clairement les conditions par lesquelles l’Assemblée Nationale et le Sénat, peuvent conduire le président de la République à répondre à un « manquement à ses devoirs » devant un groupe parlementaire constitué en Haute Cour.

    En tant que simple citoyen français, j’invoque par la présente, les motifs susceptibles de caractériser un manquement grave aux intérêts de la Nation et de l’Etat.

    Les éléments d’un mensonge de l’Etat me semblent, hélas, caractérisés et manifestement réunis.

    Dans une large mesure, la crise sanitaire est détournée de son objet à des fins de gouvernement totalitaire.

    Il est important de considérer que le Mensonge consécutif à des mensonges répétés pendant toute la période dite de « l’urgence sanitaire », éloigne le chef de l’Etat et le gouvernement français d’un horizon politique clairement déterminé, ainsi que de la considération élémentaire due au peuple français par ses mandataires politiques.

    Le souci des citoyens est complètement absent de la trajectoire menée par l’Exécutif.

    Le mensonge d’Etat pratiqué sans réserve par l’actuel gouvernement est contraire à la considération, et engendre la défiance et la désagrégation de la société française.

    Les mesures imposées aux Françaises et aux Français sous prétexte « d’urgence sanitaire », favorisent un présidentialisme sans contrôle, autoritaire, dont le seul but semble être désormais de conserver le pouvoir. Et pourquoi pas, dès l’année prochaine, en reportant les élections présidentielles pour cause de pandémie...

    Le mensonge d’Etat, caractérisé en forme de mensonges répétés, prouve que le chef de l’Etat, le premier ministre et son gouvernement n’ont pas su administrer, dans des conditions acceptables, la vie en société, la santé publique, la culture, l’économie. 

    Il est important de rappeler que la pensée politique, laquelle fonde la vie collective, doit être guidée par la convivance*. Et qu’elle doit garantir le bonheur de toutes et de tous.

    C’est le fondement même de la République.

    Aujourd’hui, les mensonges répétés du pouvoir en place engendrent une société déshumanisée, très éloignée d’un enjeu solidaire. La politique élitaire, inégalitaire, porte atteinte à l’éthique républicaine de la considération. Les mensonges répétés pendant la crise sanitaire ont renforcé la verticalité au sein de la société française en mettant en lumière l’effondrement de notre démocratie pluraliste aujourd’hui dévastée.

    Le souci des Françaises et des Français est aujourd’hui le cadet de son gouvernement.

    La préoccupation française est anéantie par l’organisation politique de la France troublée par les mensonges répétés des gouvernants. Nous assistons actuellement à un dénuement de la France sur le plan social, économique et culturel.

    La désolation du peuple français est totale.

    Le mensonge est devenu un moyen de gouvernement.

    C’est la raison pour laquelle j’en appelle aux parlementaires qui auraient constaté comme moi la déviance du pouvoir actuel, pour qu’ils demandent la saisine des deux assemblées constituées en Haute Cour de justice, afin de proclamer la destitution de l’actuel président de la République au nom du peuple français.

    Il faut 58 députés ou 35 sénateurs pour déclencher l’article 68.

    Je demande donc aux sénateurs et aux députés encore libres dans notre République de se constituer afin de faire valoir ce que de Droit.


    CHAPITRE III : APPEL À LA MOBILISATION DES FORCES ARMÉES POUR SE PORTER AU SECOURS DU PEUPLE DANS LA RECONQUÊTE DE SA SOUVERAINETÉ.

    Si par extraordinaire, Le Peuple Français ne pouvait obtenir de la Représentation Nationale la saisine de la Haute Cour de Justice en application de l’article 68 de la Constitution de la France, j’appelle les plus hauts dignitaires de l’Armée Française soucieux de faire régner l’Ordre et le Droit Républicain, à rappeler au Président de la République ainsi que sut le faire en son temps le général de Villiers, le respect de ses prérogatives et l’intérêt de la Nation.

    J’appelle les plus hauts dignitaires de l’armée française à venir au secours du peuple et à faire cesser le trouble social et politique dont souffrent depuis trop longtemps la Nation. Pour ce faire, je demande aux plus grands responsables militaires français de procéder, au nom du peuple français, à la mise à pied des auteurs du Coup d’État. Donc par voie de conséquence, de mettre fin à l’exercice du mandat de l’actuel président de la République.

    Une fois les auteurs du coup d’État mis à pied, j’appelle l’Armée Française à les faire comparaître devant un tribunal constitué en Haute Cour, pour qu’ils aient à répondre du chef de haute trahison.

    Je demande à L’Armée Française de prendre toutes mesures concernant les auteurs du coup d’État visant à faire respecter les décisions de Justice qui seront prononcées à leur endroit. De veiller à ce que la présidence intérimaire de la France, comme le prévoit notre constitution en cas de manquements présidentiels, soit bien assurée jusqu’en 2022 par l’actuel Président du Sénat. Enfin, de superviser l’organisation des élections présidentielles de 2022 aux dates prévues, et dans le respect absolu des protocoles constitutionnels fixés par le Législateur.

     

    CHAPITRE IV : APPEL À LA DÉSOBÉISSANCE CIVIQUE DE TOUS LES ACTEURS ÉCONOMIQUES, TRAVAILLEURS, INTERMITTENTS ET PERMANENTS, COMMERÇANTS, ARTISANS PROFESSIONS LIBÉRALES, PRIVÉS DE LEURS LIBERTÉS DE TRAVAILLER ET D’ENTREPRENDRE PAR L’ACTUEL GOUVERNEMENT SOUS COUVERT « D’URGENCE SANITAIRE ».

    Il est indispensable et urgent désormais que tous les métiers frappés d’interdiction de travailler, qu’ils soient du spectacle, de la restauration, et autres, (tous secteurs confondus), fassent front de manière unitaire, pour réouvrir, d’un commun accord, tous les lieux public anéantis par les mesures Covid. Commerces , restaurants, bars, musées, lieux de représentations, de culte, de réunions diverses !

    J’appelle tous les acteurs économiques du monde public et privé frappés aveuglément dans leur dignité et dans leur droit de vivre par les auteurs du coup d’État, à s’unir dans l’action concrète, pour déclarer nuls et non avenus les décrets ordonnant la fermeture des lieux de travail et de loisir.

    Les citoyennes et citoyens de France privés abusivement de leurs droits imprescriptibles doivent ainsi faire valoir leurs droits et devoirs constitutionnels de résistance à l’oppression, et libérer ainsi tous les corps de métiers actuellement pris en otage par les auteurs du coup d’État.

    Le monde du spectacle a fait valoir devant le Conseil d’Etat que la discrimination dont souffrent ses corporations est contraire aux lois de la République.

    Ce fait a été reconnu par le Juge. Il n’est donc plus à démontrer. Ce qui vaut pour une salle de spectacle vaut pour tous les lieux de réunion.

    C’est à présent à nous, citoyennes françaises et citoyens français, de faire valoir ce que de Droit en mettant fin au trouble.

    Nous sommes Le Peuple. Nous sommes souverains.

    L’État fait le Droit et doit respecter le droit qu’il fait. Si l’État ne respecte pas le droit qu’il fait , alors l’État n’est plus un État de Droit, mais une tyrannie.
    La désobéissance devient alors un droit mais aussi un devoir civique et citoyen

    Nous avons laissé accréditer la thèse qu’un droit inégalitaire était légal dans notre pays. Nous avons ainsi accepté l’inacceptable en laissant invoquer le caractère soi-disant « non essentiel » de certains métiers ! Ceci est une abomination. Dans notre République tout le monde est essentiel ; chacune et chacun sont égaux.

    Nous ne pouvons plus tolérer l’intolérable.

    Nous ne devons plus appeler Démocratie ce qui ne l’est pas.

    Nous ne pouvons plus accepter que la Covid-19, 20, 21 et bientôt 22 etc. instaure, au détriment du peuple français, une véritable dictature sanitaire.

    C’est tout le monde du travail aujourd’hui, réuni en assemblée , qui doit sonner la révolte ! Se lever et dire non ainsi que sait le faire régulièrement le monde étudiant.

    C’est aujourd’hui au monde du travail bafoué par les auteurs du coup d’État, de restaurer les valeurs inaliénables de la République, ainsi que les droits humains imprescriptibles des citoyennes et citoyens de notre pays.

    C’est au Peuple Français opprimé par ses représentants, de montrer au monde une nouvelle fois, l’exemple de la vertu civique; en lançant un grand mouvement de libération nationale qui dénonce le glissement de la démocratie pluraliste vers la technocratie totalitaire.

    J’appelle à une grande réunion intersyndicale et interprofessionnelle rassemblant les secteurs public et privé, ainsi que les non syndiqués: dans le but de mettre en place la réouverture de tous les espaces culturels, commerciaux, et autres : salles de spectacle ou commerces frappés par les mesures discriminatoires et liberticides qui leurs sont imposées en France par les dirigeants du régime actuel.

    J’appelle à « un festin d’amis » selon l’expression de Jim Morisson !

    J’appelle à une grande fête populaire ayant pour but de rétablir par le nombre, et la joie de la convivance*, les grands principes de la démocratie.

    Qu’elle devienne ainsi « L’éternité retrouvée » dont parle Arthur Rimbaud !

    Je partage la vision de Jean Marie Legloan lorsqu’il écrit que la fête est pour lui, « la métaphore du changement, donc de la démocratie ».

    Je pense , comme lui, que Jean-Jacques Rousseau a raison lorsqu’ il développe « cette idée généreuse » dans sa Lettre à d'Alembert sur les spectacles !

    Je pense moi aussi que la fête est synonyme de liberté !

    Que la démocratie est le festival permanent des idées; et, ne serait-ce qu’en cela, le plus pur archétype de la société idéale.

    Je citerai encore Jean Marie Legloan pour souhaiter que les citoyennes et citoyens de la France deviennent par ce retour à la Fraternité, les garants de la Liberté et de l’Égalité si chers au blason de la République.

    Qu’ils redeviennent, enfin, par « le recours légitime à un nouveau mouvement de démocratie, spectateurs d’eux même en faisant la fête »...

    Car ils et elles pourront ainsi regarder la Démocratie comme un moyen de trouver ensemble ce qui doit être le but de toute association politique : non pas le bonheur de certains !

    Mais bien « le bonheur de tous ».


    Francis Lalanne


     * Convivance : plaisir de vivre ensemble


    1 commentaire
  •  

     
    France enchaînée sur tous les plans: Les voeux de souverainistes
     
    Clubs "Penser la France <penserlafrance@penserlafrance.fr>
     

    [Plan général : Vœux à chacun des Français – Vœux à la Nation – Les trois crises (Crise de notre modèle énergétique et environnemental - Crise de notre modèle économique et financier  - Crise de notre système politique représentatif)  – Les deux incidents systémiques (le Covid19 : responsabilité totale des gouvernements - la présidence de Donald Trump : la bévue des Français) – L’état de conscience politique des Français est déplorable – Aucun leader d’opposition n’est à la hauteur des enjeux ( Ni Jean-Luc Mélenchon – Ni Marine Le Pen ) – Il faut réveiller le sentiment national chez les Français – Renverser le jeu, Renverser la Table – des Soubresauts ? La France en a vu d’autres – que le Peuple se lève – Tenez-vous prêts – La France ne supporte pas la médiocrité spirituelle – La France : Une grande Nation, un grand Peuple – Seul le Peuple est le souverain – « Le vent se lève… » - Meilleurs vœux 2021 à la France et aux Français.]

    _

    « Vœux 2021 aux Français » par Jean-Luc Pujo,

    président des clubs «Penser la France»

    *

    Dimanche 24 janvier 2021.

    Chers camarades et chers compagnons,

    Chers amis,

    En ce mois de janvier 2021, je tiens à vous présenter - au nom des Clubs « Penser la France » - tous nos vœux les meilleurs pour la nouvelle année.

    *

    Des vœux adressés à chacun d’entre vous, à vous-même et aux vôtres : Vœux de santé, de travail et de joies qui accompagnent l’amitié, la vie de famille et toute vie sociale épanouie.

    *

    L’année 2020 achevée fut une année particulière.

    Elle restera à bien des égards une année importante, une année charnière.

    *

    Certains d’entre nous – il est vrai - ont perdu amis et parents, dans un contexte parfois honteux, sans pouvoir les accompagner  jusqu’au bout sous des prétextes imposés tout à fait contestables.

    Nous devons avoir une pensée pour ceux des nôtres qui sont partis dans une solitude indigne d’une grande Nation.

    *

    De cette expérience pénible, nous devons tirer des leçons pour le présent et pour l’avenir.

    Pour le présent, dire combien nous comprenons – plus que jamais aujourd’hui - que la dignité humaine est la véritable mesure de notre élévation spirituelle, que rien n’est plus essentiel que le respect de la vie, donc de la fin de vie de ceux qui nous ont précédés, de ceux qui ont su nous transmettre les quelques valeurs qui sont les nôtres aujourd’hui.

    Pour l’avenir, dire que « plus jamais » nous n’accepterons ces conditions d’adieux ignobles.

    Oui ! L’année 2020 a été - à bien des égards - pénible mais elle a été aussi une épreuve dont nous devons sortir renforcés.

    Nous mesurons aujourd’hui avec plus d’acuité le sens de la liberté, de l’amitié, de la famille.

    Peut-être – certainement – le sens de la vie.

    C’est riches de toutes ces promesses que nous entrons dans cette année nouvelle.

    *

    Je tiens au nom des Clubs « Penser la France » à adresser - bien sûr - des vœux à la Nation, des vœux à la France.

    *

    La période qui s’ouvre est une période d’incertitudes et d’inquiétudes comme toutes les périodes de transition.

    Vous le savez :

    Crise magistrale de notre modèle énergétique et environnemental avec son lot d’interrogations inquiètes.

    Comment penser progrès et développement, explosion démographique et gestion des ressources naturelles ?

    Faut-il d’ailleurs accepter un impérium technoscientifique imposé à l’ensemble de l’humanité ? Certains en rêvent…

    Nous pouvons sérieusement douter du bienfait de leurs intentions.

    *

    Crise magistrale de notre modèle économique et financier :

    Crise du système monétaire international; crise du système Dollar ; endettement historique de nombreux États développés ; apparition de nouveaux types de monnaie … échappant aux États pour les concurrencer.

    Dans le même temps, nous découvrons « par miracle », des offres de financements insoupçonnables de centaines de milliards d’Euros qui – hier encore - manquaient tant à la sauvegarde toute modeste de nos services publics…

    L’endettement sans fin devient ainsi la panacée d’un système capitaliste viré en « Nef des fous »

    « Toi qui prétends vivre d’emprunt:/ Les loups n’oublieront pas le terme / Et gare au coup de pied de l’âne ! » écrivait, il y a déjà plusieurs siècles, Sébastien Brant dont nous fêterons d’ailleurs en 2021, le 500ème anniversaire.

    *

    Enfin, et ce n’est pas la moindre,

    Crise magistrale de notre système politique représentatif qui ne représente plus ni l’intérêt de notre peuple, ni l’intérêt de notre Nation.

    Les Français n’y comprennent d’ailleurs plus rien.

    Tous les processus de décisions sont pervertis par des mécanismes financiers et européens… qui nous échappent.

    Au même moment, une politique d’intégration continentale européenne s’impose à marche forcée…

    Les Français n’en veulent pas, ils le disent, et l’on feint de ne pas les entendre.

    Jusqu’à quand ce viol de la Nation ?

    *

    Encore tout récemment, n’a-t-on pas vu les deux départements du haut et du bas Rhin fusionner pour former une collectivité territoriale nouvelle - Collectivité européenne d’Alsace (CEA) - contre l’avis même des citoyens consultés ?

    Et vous vous souvenez - bien sûr - du Référendum de 2005 suivi du vote contraire du Congrès en 2008 ! Une forfaiture !

    Quand les Français disent « Non » … les élites européistes entendent « Oui ! »

    Ainsi va le « sens de l’histoire » … caricaturé au service de l’intérêt de quelques-uns contre l’intérêt de notre peuple.

    « Le peuple ? … Mais à quoi ça sert ? » Proclament nos élites arrogantes et dégénérées.

    Dégénérées à plusieurs titres … vous le savez maintenant.

    *

    Dans ce monde clos - où médias, classe politique, milieux d’affaires dansent une ronde diabolique – tout semblait pouvoir tourner sans fin … au service des mêmes.

    Et voilà que patatras !

    Voilà que surviennent deux incidents systémiques qui ont paralysé l’immense machinerie diabolique.

    D’une part, la crise du COVID19, et d’autre part, la présidence américaine de Donald Trump.

    Il nous faut en dire quelques mots.

    *

    La Crise du COVID19 tout d’abord.

    Depuis des siècles, notre vieux pays, riche de son histoire sanitaire sait bien qu’une pandémie se combat classiquement par deux mesures essentielles :

    1° dépistage massif de la population ;

    2° isolement des malades que l’on soigne.

    Or, vous le savez, la France n’avait ni test de dépistage ni masque de protection.

    Vous connaissez la suite…

    *

    Un an après les tests, les masques… aujourd’hui les vaccins.

    -          manque d’anticipation des contraintes logistiques ;

    -          insuffisances des outils numériques ;

    -          absence de lieux ad hoc ;

    -          absence de doses ;

    -          absence de vaccin Français ! dans la Patrie de Pasteur ! un comble ! et alors même que l’industrie pharmaceutique coûte aux Français « un pognon de dingue ! »

    Fiasco, scandale d’État, mensonges d’État…

    Avec un empilement de structures incroyables : « Conseil de défense sanitaire », couvert par le secret-défense, « Haute autorité de santé », « Conseil scientifique », « Direction générale de l’offre de soins », « Direction générale de la santé », « Direction générale de la cohésion sociale » en charge des EHPAD auxquels il faut rajouter : les différents responsables des campagnes de vaccinations, la CNAM, les A.R.S…

    Et … Cerise sur le gâteau … un « Conseil citoyen » tiré au sort !

    Si l’on voulait ridiculiser la France, ridiculiser son État, on ne s’y prendrait pas autrement.

    Heureusement, nous avons un leader qui ne mâche pas ses mots. Il est furieux contre le Président de la République.

    « (…) Ce n’est pas à la hauteur ni du moment, ni des Français » nous dit-il … « moi, je fais la guerre le matin, le midi, le soir. Et j’attends de tous le même engagement » proclame le grand leader Emmanuel Macron furieux contre le président de la République.

    On rit. Mais pas trop.

    A la fin 2020, seuls 44% des Français se disaient prêts à se faire vacciner. La France était 30ème sur 32 pays interrogés.

    Moins de 40% des Français disent avoir confiance en l’État et son administration.

    C’est bien sûr l’objectif : Détruire le cœur de la France, son État.

    On rit toujours. Mais pas trop.

    Les déclarations contradictoires, les mensonges, le bal des hypocrites et des faux-culs, le ridicule à un point insoupçonnable… Voilà notre situation !

    Sans oublier les disparus : Mme Buzin, la « mal nommée » et l’inénarrable Sibeth N’Dia, la « bien-nommée » et tant d’autres … les Salomon, Veran, Castex, Castaner… et tous ces médecins et professeurs intéressés directement par les grands laboratoires notamment les professeurs Lacombes, Rey et Raffi…

    Mais quelle indignité !

    Tout cela prêterait à sourire … si n’était cette grossièreté.

    C’est le règne d’« Ubu Roi » ou la France transformée en « absurdistan » !

    Un gouvernement puis deux … On ne sait même plus qui tient - parmi tous ces hâbleurs, ces indolents – le rôle de Croquignol, Filochard ou Ribouldingue.

    Une vraie bande de pied-nickelés !

    *

    Cette ironie, que cultivent tous les peuples forts qui raillent depuis toujours ceux qui prétendent les diriger, doit néanmoins être dépassée.

    Il nous faut accéder -  par la raison politique - à l’analyse politique de notre situation…

    Laquelle est-elle ?

    Oui ! La responsabilité des « pouvoirs en place » est totale.

    « Sourds aux appels des professionnels de santé et de l‘éducation, les pouvoirs en place ont obstinément poursuivi la transformation des services publics et de leurs missions, mise en œuvre insidieusement et vigoureusement par des agences gouvernementales chargées de les convertir aux logiques néolibérales » dénonce  avec raison l’intellectuel et psychanalyste Roland Gory.

    Et cette responsabilité, ils la taisent !

    «  Celle de la crise de l’hôpital et de ses dispositifs de soins générées par leur politique d’austérité, produisant des brèches dans le système de protection des populations et dans lesquelles le virus a pu s’infiltrer… »

    Pire ! « L’hygiène devient une morale et une pédagogie des conduites. Elle permet la mise en place de dispositif de surveillance, de contrôle et de normalisation dans « la conduite des conduites » des individus » dénonce une nouvelle fois Roland Gory.

    Et le tout imposé par des gouvernements technocratiques. Les pires.

    Avec leur langage administratif, de ceux qui accompagnent l’effondrement de l’esprit… « Incapable de prononcer une seule phrase qui ne fut pas un cliché », comme le dénonçait en son temps Hannah Arendt.

    Fascisme ?  Proto-fascisme ?

    Notre système politique n’est plus démocratique.

    D’ailleurs, tout le monde le constate : Les gouvernements se succèdent et rien ne change !

    « C’est du nouveau toujours vieux et du vieux toujours nouveau » selon la formule jamais démodée d’Auguste BLANQUI.

    Le summum de cette hypocrisie étant atteint par M. CASTEX en personne, lui qui officia auprès de Nicolas Sarkozy au service d’une politique de destruction de l’hôpital public Français soumis à une véritable dictature néolibérale… Il se présente aujourd’hui devant les Français comme le sauveur rigoureux et bien intentionné du mal qu’il a lui-même infligé à notre Nation.

    Un peu de fierté et un peu de décence appelleraient ces Hommes à faire pénitence, à gagner quelques vieux monastères français où ils pourraient implorer le pardon de tous. Mais non.

    Ces Hommes sans colonne spirituelle et morale n’ont honte de rien.

    *

    Après la gestion du COVID19, il nous faut examiner le cas « Donald TRUMP ».

    Les Français ont tous détesté Donald TRUMP et ils ont aimé le détester.

    Pourquoi cette bévue ?

    Pourquoi n’avoir pas constaté que ce président des États-Unis rompait avec tous les axes – ou presque – de la politique américaine, axes que précisément tous les esprits éveillés et progressistes condamnent partout dans le monde et à juste titre.

    Vous détestez l’impérium Yankee dans le monde ?

    Donald Trump a désengagé les États-Unis de toutes les zones de conflits notamment en Afghanistan, au Moyen-Orient.

    *

    Vous détestez les guerres impériales menées par les États-Unis ?

    Donald Trump est le seul président depuis des décennies à n’avoir déclenché aucune guerre.

    *

    Vous détestez l’OTAN en Europe ?

    Donald Trump a mené une politique de rupture stratégique avec l’OTAN en Europe, qui précisément a effrayé tous les chefs d’État en Europe – à commencer par Emmanuel Macron et Angela Merkel – soutenus et financés par les réseaux OTAN et CIA.

    *

    Vous détestez les inégalités sociales aux États-Unis ?

    Donald Trump a réduit comme jamais depuis 40 ans la pauvreté aux Etats-Unis.

    Même les classes pauvres noires ont vu leur niveau de vie progresser, plus que sous Barack Obama.

    Et vous vous étonnez de constater que le vote de l’électorat « noir » en faveur de TRUMP a été plus important en 2020 qu’il ne l’a été en 2016 ?

    *

    Vous détestez la paupérisation de la classe ouvrière aux États-Unis ?

    En relocalisant les industries, Trump a augmenté le niveau d’employabilité et fait reculer nettement le chômage dans la classe ouvrière Etasunienne blanche et noire confondues.

    *

    Ainsi, nous pouvons le constater, tous les Français ont été victime d’un mirage magistral organisé à dessein.

    Tous les Français ont obéit aux injonctions trompeuses de nos médias qui depuis 2016 ont rabâché des contrevérités et mis l’accent sur une personnalité atypique, tonitruante … seule capable de mettre au pas toute la classe politique américaine, qui – de droite et de gauche - règne à Washington  au mépris total du peuple américain car cette caste a d’autres ambitions planétaires avec  #BlackRock, #BigTech, #Fintech, #Citigroup-Google-Finance, #Apple, #GoldmanSachs … alliés aux #GAFAM et à #WallStreet.

    *

    Comment ne pas comprendre que Donald Trump a mené un combat, celui-là même que nous devons mener ici, en France, contre des élites totalement corrompues et entièrement financées par les mêmes réseaux transatlantiques.

    Vous en doutez ?

    Pour quelles raisons croyez-vous que Barack OBAMA et Hillary CLINTON ont appelé à voter pour Emmanuel MACRON en 2016 ?

    Pour quelles raisons croyez-vous qu’Emmanuel MACRON a tout de suite célébré Joe Biden -  en pleine nuit, le 7 janvier 2021 - posant honteusement devant leur nouveau trophée, le drapeau américain ?

    *

    Mais pourquoi les Français ignorent-ils à ce point notre réalité ?

    Les raisons qui ont poussé l’Ambassade des États-Unis à Paris à financer – depuis la présidence de Nicolas Sarkozy - des programmes de développement des minorités dans les banlieues françaises, entretenant ainsi le sentiment revanchard et haineux envers la France ?

    Les raisons qui ont poussé – en 2016 - François Hollande, Laurent Fabius et Manuel Valls à autoriser la réouverture de bases OTAN sur le sol français, une première depuis 1967 ?

    Pour quelles raisons ? Si ce n’est parce que toutes nos élites françaises sont étroitement liées aux forces que précisément Donald TRUMP a combattu avec ardeur car elles méprisent là-bas le peuple américain ; ici, le peuple Français !

    *

    Et quel spectacle pitoyable – encore récemment - de voir toute notre jeunesse ou presque défiler dans les rues françaises sur injonction des « Black Lives Matters » comme si l’histoire des Noirs aux États-Unis avait quelque chose à voir avec l’histoire des Noirs en France ?

    Oubliant ainsi – il faut le rappeler une fois de plus - qu’en France, sous la IIIème  République, on élisait des députés Noirs au Parlement français alors qu’ils étaient brûlés vifs ou lynchés aux États-Unis ?

    Et d’ailleurs, ce n’était pas des députés « noirs » mais avant toute chose, bel et bien des citoyens français, représentant de la Nation.

    Que cela plaise ou non, notre histoire française est bien plus glorieuse que celle des États-Unis. Sur ce sujet, comme sur beaucoup d’autres.

    Mais qui donc cherche à illusionner notre jeunesse ? A l’instruire à une réalité malsaine ?

    *

    L’état de conscience politique des Français est déplorable.

    Notre peuple ne comprend plus rien sauf qu’il est floué.

    Ses représentants – ceux de la majorité comme ceux de l’opposition – entretiennent une immense supercherie.

    Aucun des leaders contestataires imposés par les Médias n’est à la hauteur des enjeux (..)

    *

    Alors « Finie la France » ?

    Non !

    De tout cela nous pouvons sortir par le haut… même si nous devons passer par quelques soubresauts.

    La France en a vu d’autres…

    *

    Il nous faut réveiller le sentiment national chez les Français et nous préparer à renverser le jeu !

    Et le plus sûr moyen de renverser le jeu, c’est de renverser la Table.

    C’est ce qui explique notre présence sous l’ARC de TRIOMPHE en feu, un certain 1er décembre 2018.

    C’était l’immense joie du peuple retrouvé chantant La Marseillaise.

    C’est cela la France !

    Quand sonne l’heure de la trahison puis de l’abandon … toujours le peuple se lève.

    1789 !1793 ! 1830 ! 1848 ! La Commune de Paris comme la fraternité des tranchées de 14 !

    Les combattants de l’Ombre, ceux de La Résistance française, qui tombèrent fusillés en hurlant « Vive la France » !

    Oui ! De semblables moments approchent.

    Où que vous soyez. Qui que vous soyez : tenez-vous prêt !

    *

    CONCLUSION

    Pour terminer ces vœux, il nous faut reparler de la France. C’est notre conclusion.

    Mal dirigée par des Hommes indignes qui ne l’aiment pas, qui ne l’aiment plus, la France est aujourd’hui une Nation malheureuse.

    Car la France est une Nation qui ne supporte pas la médiocrité spirituelle.

    Elle est la patrie de la Liberté-action, la patrie de l’Égalité-Action, la patrie de la Fraternité-action.

    En dessous de ce triple objectif élevé, la France meurt comme on s’éteint d’avoir perdu toute raison d’être, d’être à soi, d’être au monde, plein de ce vague à l’âme… empli d’un sentiment intime et amer, le reniement de son propre destin.

    La France est une grande Nation, portée par un grand peuple pour peu qu’on lui assigne le service des grands idéaux, ceux qui portent l’entière Humanité.

    La France ne survivra qu’à cette condition … plus une.

    Il faut redonner le pouvoir au peuple.

    Car seul le peuple est le souverain.

    *

    A tous les Français en lutte, à tous ceux qui servent la France sur tous les théâtres du monde et à tous ceux des Français qui se désespèrent.

    Nous vous disons … « Le vent se lève ! »

    Bonne année 2021 à chacune et chacun d’entre vous tous !

    Et Bonne année 2021 à la France !

    Merci.

    Jean-Luc Pujo*

    _

    Jean-Luc Pujo préside les Clubs « Penser la France ». Il est écrivain, rédacteur en chef du journal « Politique-actu.com », membre de la SGDL et  de la SACEM.#penserlafrance

    CONTACT: penserlafrance@penserlafrance.fr 

     

    ._______________

     

    Reçu ce jour :

     

     
     
    Avenir Solidaire
     
      Voir notre site Internet  
     
     
     
    29 1 21 Lettre, destinée aux élus locaux, est également envoyée pour information à l’attention :
    - Du Président de la République ;
    - Du Président du Sénat, Sénatrices et Sénateurs ;
    - Du Président de l’Assemblée nationale, Députées et Députés ;
    - Du Premier ministre ;
    - Du Président du Conseil Constitutionnel, Conseillères et Conseillers ;
    - Du Vice-président du Conseil d’État, Conseillères et Conseillers ;
    - Du Président du Conseil économique, social et environnemental, Conseillères et Conseillers ;
    - Du Premier Président de la Cours des comptes, du Procureur général, Magistrates et Magistrats ;
    - Des Présidentes, Présidents, Conseillères et Conseillers, des Assemblées territoriales, des Conseils territoriaux, des Conseils départementaux.

    Cette lettre est également adressée aux médias.
     

    Lisle-sur-Tarn le 21 janvier 2021
     

    2021
    GRAND CHANGEMENT OU CONTINUITÉ !
     


    Madame le Maire, Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers,


    L’avenir de la Nation est dans la souveraineté du Peuple !

    Cette souveraineté doit être nécessairement exprimée dans une véritable démocratie.

    Ce pouvoir doit ainsi permettre au Peuple d’élire les dirigeants de son choix véritable ou de les destituer s’ils ne respectent pas leurs engagements.

    Cette souveraineté va ainsi permettre d’en finir avec les divagations gouvernementales, législatives et parfois de justice, fondées sur la raison du plus fort.
    Cette souveraineté va également permettre d’en finir avec des divagations d’institutions internationales, tout autant fondées sur la raison du plus fort.

    De par sa volonté de justice sociale, le Peuple est maintenant en mesure d’assumer ce pouvoir.
    Cette souveraineté doit être établie et construite durablement sur la base de la coopération et du partage, une forme de solidarité active, volontaire.

    Vos communes sont les institutions sociales, solides, desquelles le Peuple est le plus proche pour développer la première étape de ce processus.
    Il vous appartient d’anticiper.

    Vous pouvez inviter vos concitoyens à se retrouver avec vous, en concertation, dans vos communes.
    De cette concertation avec vos concitoyens, vont émerger des idées pouvant être concrétisées et mises en pratique et, ainsi, rendre crédibles la coopération et le partage.

    Ces expériences locales vont forger une connaissance et une volonté pouvant être ensuite exprimées solidairement au plan national.
    Cette préparation est porteuse de la véritable souveraineté du Peuple et de la Nation.

    Ainsi découvrirons-nous la véritable richesse de la vie, celle qui dépasse les simples possessions matérielles !

    Je vous souhaite pour cette nouvelle année 2021 espoir, justice, confiance, bonheur, fraternité et paix.


    Soyez assurés, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers, de mon profond respect pour votre dévouement à vos concitoyens.


     
    Gérard PRIVAT
    Président d’Action Solidaire

    votre commentaire
  • #USA : Comprendre ce que fait Donald #Trump

    Publié par Brujitafr sur 9 Novembre 2020

    http://www.brujitafr.fr/2020/11/usa-comprendre-ce-que-fait-donald-trump.html

     (blog à visiter absolument, tout est fait par les Réseaux sociaux pour le masquer)

    #USA : Comprendre ce que fait Donald #Trump
     
    Le moment est venu de comprendre ce que fait Donald Trump et de décrypter l’ambigüité de la manière dont il le fait. Le controversé président a un agenda beaucoup plus clair qu’on ne peut l’imaginer sur la politique étrangère et les affaires intérieures, mais puisqu’il doit rester au pouvoir ou même en vie pour atteindre ses objectifs, sa stratégie est si raffinée et subtile que presque personne ne la comprend. Son objectif global est si ambitieux qu’il emprunte des courbes elliptiques aléatoires pour aller du point A au point B, en utilisant des méthodes qui déconcertent les gens sur leur compréhension de l’homme. Cela inclut la plupart des journalistes indépendants et les analystes alternatifs, comme les grands médias occidentaux propagateurs de fausses nouvelles et une grande majorité de la population.

    En ce qui concerne sa stratégie, je pourrais faire une analogie rapide et précise avec les médicaments : la plupart des pilules sont destinées à guérir un problème, mais elles sont accompagnées de toute une série d’effets secondaires. Eh bien, Trump utilise ces médicaments uniquement pour leurs effets secondaires, alors que la première intention de la pilule est ce qui le maintient au pouvoir et en vie. À la fin de cet article, vous verrez que cette métaphore s’applique à presque toutes les décisions, actions ou déclarations qu’il a faites. À partir du moment où vous comprendrez Trump, vous serez en mesure d’apprécier l’extraordinaire mandat présidentiel qu’il accomplit, comme aucun prédécesseur n’a jamais été proche de le faire.

    Pour commencer, clarifions le seul aspect de sa mission qui est sans détour et terriblement direct : il est le premier et seul président US à s’être jamais attaqué au pire défaut collectif de l’humanité, soit son ignorance totale de la réalité. Parce que les médias et l’éducation sont tous deux contrôlés par la poignée de milliardaires qui dirigent la planète, nous ne savons rien de notre histoire qui a été tordue à sec par les vainqueurs, et nous ne savons absolument rien sur notre monde actuel. En entrant dans l’arène politique, Donald a popularisé l’expression « fake news » (fausses nouvelles) pour convaincre les citoyens US, tout comme la population mondiale, que les médias mentent toujours. L’expression est maintenant devenue banale, mais réalisez-vous à quel point il est choquant de constater que presque tout ce que vous pensez savoir est totalement faux ? Les mensonges médiatiques ne couvrent pas seulement l’histoire et la politique, mais ils ont façonné votre fausse perception sur des sujets comme l’économie, l’alimentation, le climat, la santé; sur tout. Et si je vous disais que nous savons exactement qui a tiré sur JFK depuis le monticule herbeux, que la connaissance préalable de Pearl Harbor a été prouvée en cour, que l’effet de serre du CO2 est scientifiquement absurde, que notre argent est créé par des prêts de banques qui n’ont même pas les fonds, ou que la science démontre avec une certitude absolue que le 11 septembre fut une opération interne américaine ? Avez-vous déjà entendu parler d’un journaliste mainstream, d’un documentaire de PBS ou d’un professeur d’université parlant de tout cela ? 44 présidents se sont succédés sans jamais soulever un mot de cet énorme problème, avant que le 45ème n’arrive. Trump comprend que la libération des gens de cette profonde ignorance est le premier pas vers la liberté totale, or il a immédiatement commencé à appeler les journalistes mainstream par ce qu’ils sont : des menteurs pathologiques.

    « Des milliers de professionnels de la santé mentale sont d’accord avec Woodward et l’auteur de l’article d’opinion du New York Times : Trump est dangereux » – Bandy X. Lee, The Conversation 2018

    « La question n’est pas de savoir si le Président est fou, mais s’il est fou comme un renard ou fou comme un fou » – Masha Gessen, The New Yorker 2017

    Soyons clairs : pour l’establishment, Trump n’est nullement déficient, mais il est plutôt considéré comme le destructeur potentiel de leur monde. Depuis qu’il a emménagé à la Maison-Blanche, Trump a été dépeint comme un narcissique, un raciste, un sexiste et un climato-sceptique, chargé d’un passé louche et affublé de troubles mentaux. Même si environ 60% des Américains ne font plus confiance aux médias, plusieurs ont avalé l’histoire que Trump pourrait être cinglé ou inapte à diriger, et les statistiques sont encore plus élevées à l’extérieur des États-Unis. Bien sûr, Donald ne fait rien de spécial pour changer la perception profondément négative que tant de journalistes et de gens ont de lui. Il est ouvertement scandaleux et provocateur sur Twitter, il apparait impulsif et même stupide la plupart du temps, agit de façon irrationnelle, ment tous les jours, et distribue des sanctions et des menaces comme si c’était des bonbons sortis de la hotte d’un elfe dans un centre commercial en décembre. D’emblée, on peut détruire un mythe médiatique persistant : l’image que projette Trump est autodestructrice, et c’est exactement le contraire dont les pervers narcissiques agissent, puisqu’ils veulent être aimés et admirés par tous. Donald ne se soucie tout simplement pas que vous l’aimiez ou non, ce qui fait de lui l’ultime anti narcissique, par sa définition psychologique de base. Et ce n’est même pas ouvert aux opinions, c’est un fait tout simple et indéniable.


    Son plan général se dégage d’une de ses devises préférées : « Nous redonnerons le pouvoir au peuple » , parce que les États-Unis et leur toile impérialiste tissée à travers le monde ont été entre les mains de quelques banquiers mondialistes, industriels militaires et des multinationales depuis plus d’un siècle. Pour accomplir sa mission, il doit mettre fin aux guerres à l’étranger, ramener les soldats à la maison, démanteler l’OTAN et la CIA, prendre le contrôle de la Réserve Fédérale, couper tout lien avec les alliés étrangers, abolir le système financier Swift, démolir le pouvoir de propagande des médias, drainer le marais de l’État Profond qui dirige les agences d’espionnage et neutraliser le gouvernement parallèle qui se tapis dans les bureaux du Conseil des Relations Étrangères et de la Commission Trilatérale. Bref, il doit détruire le Nouvel Ordre Mondial et son idéologie mondialiste. La tâche est immense et dangereuse, c’est le moins qu’on puisse dire. Heureusement, il n’est pas seul.

    Avant d’aborder ses tactiques et techniques, nous devons en savoir un peu plus sur ce qui se passe réellement dans le monde. 

    La puissante Russie

    Depuis Pierre le Grand, toute l’histoire de la Russie est une démonstration permanente de sa volonté de maintenir son indépendance politique et économique vis-à-vis des banques internationales et de l’impérialisme, poussant cette grande nation à aider de nombreux autres pays à conserver leur propre indépendance. Par deux fois, la Russie a aidé les États-Unis contre l’Empire britannique/Rothschild, d’abord en les soutenant ouvertement pendant la guerre d’Indépendance, puis encore pendant la guerre civile, alors que Rothschild finançait les Confédérés pour démanteler la nation et la ramener sous la coupe de l’Empire colonial Britannique. La Russie a également détruit Napoléon et les Nazis, tous deux financés par des banques internationales comme outils pour écraser des nations économiquement indépendantes. L’indépendance est dans l’ADN russe. Au terme de presque une décennie d’oligarchie occidentale ayant pris le contrôle de l’économie russe après la chute de l’URSS en 1991, Poutine a pris le pouvoir et a immédiatement drainé le marais russe. Depuis lors, chacune de ses actions vise à détruire l’Empire US, ou l’entité qui a remplacé l’Empire Britannique en 1944, qui est aussi la dénomination non-associée aux théories de la conspiration du Nouvel Ordre Mondial. Ce nouvel empire est fondamentalement le même modèle des banques centrales, avec juste un groupe légèrement différent de propriétaires qui ont changé l’Armée royale Britannique pour l’OTAN, comme Gestapo mondiale.

    Jusqu’à l’arrivée de Trump, Poutine luttait seul contre le Nouvel Ordre Mondial dont l’obsession séculaire est le contrôle du marché mondial du pétrole, puisque le pétrole est le sang qui coule dans les veines de toute l’économie mondiale. Le pétrole a mille fois plus de valeur que l’or. Les cargos, les avions et les armées ne fonctionnent pas avec des batteries. Par conséquent, pour contrer les mondialistes, Poutine a mis au point les meilleurs systèmes de missiles offensifs et défensifs, de sorte que la Russie peut désormais protéger tous les producteurs de pétrole indépendants comme la Syrie, le Venezuela et l’Iran. Les banquiers centraux et le gouvernement de l’ombre US s’accrochent toujours à leur plan mourant, car sans une victoire en Syrie, il n’y a pas d’élargissement d’Israël, mettant ainsi fin au fantasme centenaire d’unir la production pétrolière du Moyen-Orient entre les mains du Nouvel Ordre Mondial. Demandez à Lord Balfour si vous avez le moindre doute. C’est ça le véritable enjeu de la guerre de Syrie, il ne s’agit rien de moins que d’y arriver ou de mourir.


    Un siècle de mensonges

    Maintenant, parce qu’un gouvernement de l’ombre commande directement la CIA et l’OTAN au nom des banques et des industries, Trump n’a aucun contrôle sur l’appareil militaire. L’État Profond est un chapelet de fonctionnaires permanents gouvernant Washington et le Pentagone qui ne répondent qu’à leurs ordres. Si vous croyez toujours que c’est le « Commandant en chef » qui commande, expliquez pourquoi chaque fois que Trump ordonne de se retirer de Syrie et d’Afghanistan, des troupes supplémentaires arrivent ? Au moment où j’écris ce texte, les troupes US et de l’OTAN se sont retirées des zones kurdes, se sont rendues en Irak et sont revenues avec du matériel plus lourd autour des réserves pétrolières de la Syrie. Donald doit encore drainer le marais avant que le Pentagone n’écoute ce qu’il dit. Trump devrait être outré et dénoncer à haute voix que le commandement militaire ne se soucie pas de ce qu’il pense, mais cela déclencherait un chaos inimaginable, et peut-être même une guerre civile aux États-Unis, si les citoyens qui possèdent environ 393 millions d’armes dans leurs maisons apprenaient que des intérêts privés sont en charge de l’armée. Cela soulèverait également une question très simple, mais dramatique : « Quel est exactement le but de la démocratie ? » Ces armes domestiques sont les barrières de titane qui protègent la population d’un Big Brother totalitaire.

    Il faut se rendre compte à quel point l’armée US et les agences d’espionnage se donnent du mal pour créer des opérations sous faux-drapeau (false flags) depuis plus d’un siècle, de sorte que leurs interventions semblent toujours justes, au nom de la promotion de la démocratie, des droits humains et de la justice sur la planète. Ils ont fait sauter le navire Maine en 1898 pour entrer dans la guerre hispano-étasunienne, puis le Lusitania en 1915 pour entrer dans la Première guerre mondiale. Ils ont poussé le Japon à attaquer Pearl Harbor en 1941, étaient au courant de l’attaque 10 jours à l’avance et n’ont rien dit à la base hawaïenne. Ils ont inventé une agression de torpilles nord-vietnamiennes contre leurs navires dans la baie du Tonkin pour justifier l’envoi de soldats sur le sol vietnamien. Ils ont inventé une histoire de soldats irakiens détruisant des pouponnières pour envahir le Koweït en 1991. Ils ont inventé des armes de destruction massive pour attaquer de nouveau l’Irak en 2003 et ont organisé l’opération du 11 septembre 2001 pour déchirer la Constitution de 1789, attaquer l’Afghanistan et lancer une guerre interminable contre le terrorisme. Ce masque de vertu totalement factice doit être préservé pour contrôler l’opinion des citoyens US et leur arsenal domestique, qui doivent croire qu’ils portent les chapeaux blancs des cowboys de la démocratie.


    Or, comment Trump a-t-il réagi quand il a appris que les troupes US revenaient en Syrie ? Il a répété encore et encore dans chaque interview et déclaration que « nous avons sécurisé les champs pétroliers de Syrie », et a même ajouté « je pense envoyer Exxon dans la région pour s’occuper du pétrole syrien.» Les néoconservateurs, les sionistes et les banques étaient ravis, mais le reste du monde est outré, car la grande majorité ne comprend pas que Trump avale cette pilule uniquement pour ses effets secondaires. Sur le flacon est écrit en petits caractères que « l’utilisation de cette drogue pourrait forcer les troupes US-OTAN à quitter la Syrie sous la pression de la communauté mondiale unie et de la population US ahurie ». Trump a rendu la situation insoutenable pour l’OTAN de rester en Syrie, et la façon dont il a répété cette position profondément choquante et politiquement incorrecte dévoile clairement sa véritable intention. Il a détruit plus d’un siècle de fausses vertus en une seule phrase.

    Trump est une anomalie historique

    Trump n’est que le quatrième président dans l’histoire des États-Unis à se battre pour le peuple, contrairement aux 41 autres qui ont principalement canalisé l’argent du peuple dans un pipeline de dollars aboutissant dans des banques privées. Il y a d’abord eu Andrew Jackson qui fut tiré à bout pourtant après avoir détruit la Second Bank des États-Unis, qu’il accusait ouvertement d’être contrôlée par les Rothschild et la City de Londres. Puis, Abraham Lincoln fut assassiné après avoir imprimé ses « greenbacks » (billets verts), monnaie nationale que l’État a émise pour payer les soldats parce que Lincoln refusait d’emprunter des Rothschild à 24% d’intérêt. Ensuite, il y a eu JFK, qui a été tué pour une douzaine de raisons qui allaient toutes à l’encontre des profits des banques et de l’industrie militaire, et maintenant Donald Trump qui vocifère qu’il va « rendre l’Amérique au peuple ».

    Comme la plupart des hommes d’affaires, Trump déteste les banques, pour le pouvoir formidable qu’elles ont sur l’économie. Il suffit de jeter un coup d’œil au livre unique d’Henry Ford, « The International Jew », pour découvrir sa méfiance et sa haine profondes envers les banques internationales. Les entreprises de Trump ont beaucoup souffert à cause de ces institutions qui vous vendent un parapluie, pour le reprendre dès qu’il se met à pleuvoir. Le contrôle des banques privées sur la création monétaire et les taux d’intérêt, à travers chaque banque centrale de presque tous les pays, est un pouvoir permanent sur les nations, bien au-delà du cycle éphémère des politiciens. En l’an 2000, ces pillards de nations n’étaient plus qu’à quelques pas de leur rêve totalitaire planétaire, mais deux détails subsitaient : Vladimir Poutine et 393 millions d’armes US. Puis est arrivé Donald au visage orange, la dernière pièce du puzzle dont nous, le peuple, avions besoin pour mettre fin à 250 ans de l’empire des banques.

    Techniques et tactiques

    Au début de son mandat, Trump a naïvement tenté l’approche directe, en s’entourant de rebelles de l’establishment comme Michael Flynn et Steve Bannon, puis en aliénant chacun de ses alliés étrangers, déchirant leurs traités de libre-échange, imposant des taxes sur les importations et les insultant en pleine face lors des rencontres du G7 de 2017 et de 2018. La réaction fut forte et tout le monde s’est mis à focaliser sur l’absurdité du Russiagate, qui semblait la seule option pour arrêter l’homme sur son chemin de la destruction du mondialisme. Comme on pouvait s’y attendre, l’approche directe n’a mené nulle part ; Flynn et Bannon ont dû partir, et Trump fut emmêlé dans une poignée d’enquêtes lui faisant réaliser qu’il n’obtiendrait rien avec la transparence. Il devait trouver un moyen d’anéantir les personnes les plus dangereuses de la planète, mais en même temps, rester au pouvoir et en vie. Il fallait devenir plus malin.

    C’est à ce moment que son génie a explosé sur le monde. Il a complètement changé sa stratégie et son approche, a commencé à prendre des décisions absurdes et à tweeter des déclarations scandaleuses. Aussi menaçantes et dangereuses que certains d’entre elles puissent paraitre, Trump ne les a pas verbalisées pour leur signification au premier degré, mais visait plutôt leurs effets secondaires. Et sans se soucier de ce que les gens pensaient de lui, car seuls les résultats comptent à la fin. Il a même joué au bouffon sur Twitter, avait l’air naïf, fou ou carrément idiot, peut-être dans l’espoir de faire croire qu’il ne savait pas ce qu’il faisait, et qu’il ne pouvait pas être si dangereux. Trump qui était déjà politiquement incorrect, a poussé beaucoup plus loin pour montrer l’horrible visage que les États-Unis cachent derrière leur masque.

     
    Le premier test de sa nouvelle approche fut d’arrêter le danger croissant d’une attaque et d’une invasion de la Corée du Nord par l’OTAN. Trump a insulté Kim Jung-Un sur Twitter, l’a appelé Rocket Man et a menacé de nucléariser la Corée du Nord au ras du sol. Son ire s’est déchainée pendant des semaines, jusqu’à ce que tout le monde s’aperçoive que ce n’étaient pas là de bonnes raisons pour attaquer un pays. Il a paralysé l’OTAN. Trump a ensuite rencontré Rocket Man, et ils ont marché dans le parc avec la naissance d’une belle amitié, riant ensemble, tout en n’accomplissant absolument rien dans leurs négociations, car ils n’ont rien à négocier. Beaucoup parlaient du prix Nobel de la paix, parce que beaucoup ne savent pas qu’il est généralement remis pour blanchir des criminels de guerre comme Obama ou Kissinger.

    Puis ce fut le tour du Venezuela. Trump a poussé sa tactique un peu plus loin, pour s’assurer que personne ne puisse soutenir une attaque contre le pays libre. Il a mis les pires néoconservateurs disponibles sur l’affaire: Elliott Abrams, anciennement condamné pour conspiration dans l’affaire Iran-Contras dans les années ’80 et John Bolton, célèbre belliciste au premier degré. Trump a ensuite confirmé Juan Guaido comme son choix personnel pour la présidence du Venezuela; une marionnette vide si stupide qu’il ne peut même pas comprendre à quel point on l’utilise. Une fois de plus, Trump a menacé de réduire le pays en cendres, tandis que la communauté mondiale désapprouvait le manque total de subtilité et de diplomatie dans le comportement de Trump, avec pour résultat final que le Brésil et la Colombie ont reculé en déclarant qu’ils ne voulaient rien avoir à faire avec une attaque sur le Venezuela. La prescription de Trump n’a laissé que 40 pays satellites dans le monde, avec des présidents et des premiers ministres suffisamment dénués de cervelle pour soutenir timidement Guaido le bouffon. Donald a coché la case à côté du Venezuela sur sa liste, et a continué de défiler vers le bas.

    Puis vinrent les deux cadeaux à Israël : Jérusalem en tant que capitale, et le plateau du Golan syrien en tant que possession confirmée. Netanyahou qui n’est pas le crayon le plus aiguisé dans le coffre a sauté de joie, et tout le monde criait que Trump était un sioniste. Le véritable résultat fut que l’ensemble du Moyen-Orient s’est uni contre Israël, que plus personne ne peut soutenir. Même leur complice historique, l’Arabie Saoudite, a dû désapprouver ouvertement cette lourde gifle à l’Islam. Les cadeaux jumeaux de Trump étaient en fait des coups de poignard dans le dos de l’État d’Israël, dont l’avenir ne semble pas très prometteur, puisque l’OTAN devra bientôt quitter la région. Case cochée à nouveau.

    Alors que la réalité s’installe

    Mais ce n’est pas tout ! Avec son absence de contrôle sur l’OTAN et l’armée, Trump est très limité dans ses actions. À première vue, la multiplication des sanctions économiques contre des pays comme la Russie, la Turquie, la Chine, l’Iran, le Venezuela et d’autres pays semble dure et impitoyable, mais la réalité de ces sanctions a poussé ces pays hors du système financier Swift conçu pour maintenir les pays esclaves dans l’hégémonie du dollar, et ils glissent tous entre les mains des banques internationales. Elles ont forcé la Russie, la Chine et l’Inde à créer un système alternatif de paiements commerciaux basé sur les monnaies nationales, au lieu du dollar tout-puissant. La réalité bipolaire du monde est maintenant officielle, et avec ses prochaines sanctions à venir, Trump poussera encore plus de pays hors du système Swift pour rejoindre l’autre camp, au moment où d’importantes banques commencent à tomber en Europe.

    Même dans l’ouragan politique entourant Trump, il trouve encore le temps d’afficher son humour arrogant presque enfantin. Regardez sa dernière moquerie grandiose d’Hillary Clinton et de Barrack Obama, alors qu’il s’est assis avec des généraux aux traits tendus, pour prendre une photo dans une « salle de situation » alors qu’ils simulaient la surveillance de la mort de Baghdadi quelque part où il ne pouvait pas être, exactement comme ses prédécesseurs criminels l’ont fait il y a longtemps avec le faux assassinat de Ben Laden. Il a même poussé la blague jusqu’à ajouter les détails d’un chien reconnaissant le faux calife de Daesh en reniflant ses sous-vêtements. Maintenant que vous comprenez qui est vraiment Trump, vous serez également en mesure d’apprécier le spectacle, dans toute sa splendeur et sa vraie signification.

    « Nous avons sécurisé les champs de pétrole de Syrie.» Avec cette courte phrase, Trump joint sa voix à celle du Général Smedley Butler qui fit vibrer le monde il y a 80 ans avec un petit livre intitulé « La Guerre est un racket.» Piller et voler du pétrole n’est certainement pas aussi vertueux que de promouvoir la démocratie et la justice. Ce qui m’étonne, ce sont ces nombreux journalistes et analystes « alternatifs », qui connaissent sur le bout des doigts tous les problèmes techniques dans l’histoire officielle du 11 septembre, ou la réalité scientifique de l’absurde réchauffement climatique anthropique, mais qui n’ont toujours aucune idée de ce que fait Trump, 3 ans après le début de son mandat, car ils ont été convaincus par les grands médias que Trump était un malade mental.


    Pour ceux qui doutent encore du programme de Trump, croyez-vous vraiment que l’implosion évidente de l’impérialisme US sur la planète soit une coïncidence ? Croyez-vous toujours que c’est à cause de l’influence russe sur les élections de 2016 que la CIA, le FBI, tous les médias, le Congrès US, la Réserve Fédérale, le Parti Démocrate et la moitié belliciste des républicains travaillent contre lui et tentent même de le destituer ? Comme la plupart de ce qui sort des médias, la réalité est exactement le contraire de ce que l’on vous dit : Trump est peut-être l’homme le plus dévoué qui ait jamais mis les pieds dans le bureau ovale. Et certainement le plus ambitieux et politiquement incorrect. 

    Conclusion

    Le monde changera radicalement entre 2020 et 2024. Le deuxième et dernier mandat de Trump coïncide avec le dernier mandat de Poutine en tant que Président de la Russie. Il se peut qu’il n’y ait pas une autre coïncidence comme celle-ci avant très longtemps, et les deux savent que c’est maintenant, ou peut-être jamais. Ensemble, ils doivent mettre fin à l’OTAN, à Swift, et l’Union Européenne devrait s’effondrer. Le terrorisme et le réchauffement climatique anthropique sauteront dans le tourbillon et disparaitront avec leurs créateurs. Trump devra drainer le marais de la CIA et du Pentagone et nationaliser la Réserve Fédérale. Avec Xi et Modi, ils pourraient mettre un terme définitif de l’ingérence des banques privées dans les affaires publiques, en refusant de payer un seul sou de leurs dettes, et refonder l’économie mondiale en se tournant vers les monnaies nationales produites par les gouvernements, et les banques privées tomberont comme des dominos, sans plus de serviteurs comme Obama pour les sauver à vos frais. Après, une paix et une prospérité insupportables pourraient errer sur la planète, car nos impôts paieront pour le développement de nos pays au lieu d’acheter du matériel militaire inutile et payer des intérêts sur les prêts des banquiers qui n’avaient même pas ces fonds en premier lieu.

    Si vous ne comprenez toujours pas Donald Trump après avoir lu ce qui précède, vous êtes sans espoir. Ou vous êtes peut-être Trudeau, Macron, Guaido, ou tout autre idiot utile, ignorant que le tapis sous vos pieds a déjà glissé. 
     
    Sylvain Laforest.

    Source
    Traduit par Réseau International
     

    votre commentaire
  • Comment Tikhanovskaya veut ouvrir la voie coloniale à la Biélorussie

     
     
     
    Il n'y a aucun doute, l'opposition biélorusse, avec Svetlana Tikhanovskaya, a un leader d'une qualité exceptionnelle. En tout cas, parfaitement dans l'air du temps. Alors qu'elle demande aux chefs d'Etat étrangers de ne pas reconnaître sa défaite électorale, prévue par les estimations de vote, qu'elle demande le départ de Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaya ne prévoit pas de se présenter en cas d'organisation de nouvelles élections. Autrement dit, elle n'est pas là pour proposer un autre cours pour la Biélorussie, elle est là pour détruire. De quel leader de l'opposition parle-t-on ? A chaque nouveau Maïdan, la qualité des marionnettes est en chute, finalement Tikhanovskaya n'est là que pour conduire la Biélorussie sur la voie de la colonisation directe. Elle doit en parler aujourd'hui avec le vice-secrétaire d'Etat américain.
     

    Nous avions déjà parlé du parcours très original de Svetalana Tikhanovskyaya pour prétendre à un poste de président, sans n'avoir jamais fait de politique (voir notre texte ici). La technologie est bien rodée : mettre en place quelqu'un qui n'a aucune chance de gagner, ainsi quand il perd, il crie haut et fort à la manipulation des élections, ce que le monde global soutient avec joie et bonheur, par l'intermédiaire de ses médias et de ses dirigeants-fantômes.
     
    Or, ces figures d'un instant n'ont aucune carrure politique et même ce triste spectacle demande des acteurs d'un autre rang. Revenons à notre chère égérie portée aux nues par les médias main stream, reprenant docilement le discours du monde global.
     
    Lors de sa conférence de presse donnée en Lituanie, lorsqu'un journaliste lui demande pourquoi, avec des estimations de vote au maximum à 13%, elle estime avoir gagné les élections, Tikhanovskaya, sortie promptement de sa zone de confort vilnusienne, panique, refuse de répondre et les services d'ordre sortent manu militari ce journaliste, qui ose poser une question sensée. Il est vrai qu'il est plus facile d'enregistrer des vidéos en anglais ...
     
    Cela n'aurait pourtant pas été difficile de trouver quelque chose à dire. Ou bien pense-t-elle qu'un chef d'Etat n'aura jamais à répondre à aucune question délicate ?
     
    En fait, c'est beaucoup plus simple, elle ne veut pas être élue. Car, après que son état-major ait déclaré, comme nous l'avions souligné, qu'ils ne demandent aucun nouveau décompte et aucun deuxième tour, Svetlana Tikhanovskaya, ne voulant prendre aucun risque, a déclaré que même si de nouvelles élections étaient organisées, elle n'y participerait pas.
     
    Bref, une candidate estimée au mieux à 13%, perd des élections avec un score à peu près équivalent, conteste les résultats, mais ne veut pas accéder au pouvoir. C'est ça, ce qu'on appelle un leader politique aujourd'hui ? A chaque nouvelle ingérence, le niveau des marionnettes est en chute libre. Au moins en Ukraine, ceux qui étaient sur le Maïdan voulaient le pouvoir. 
     
    Elle, elle n'est là que pour détruire. Et puisque le tireur de ficelle arrive en Lituanie pour donner ses ordres, Tikhanovskaya rencontrera Stephen Biegun, le vice-secrétaire d'Etat, pour discuter de la suite. 
     
    Ainsi, dans la chaîne de l'ingérence, après le stade du Maïdan, nous revenons aux politiques coloniales directes. Puisqu'elle ne veut pas le pouvoir elle l'offre à une puissance extérieure. C'est beau le progrès!
     
     
     
    .
    • Tout à fait d'accord avec votre article. Vous avez cependant oublié une chose : la visite de BHL à Tikhanovskaya à Vilnius.
      D'après les déclarations de S. Lavrov le 23/08/20, elle a fait quelques propositions qui montrent exactement dans quel camp elle se situe et par qui elle est manipulée : le retrait de son pays de la CEEA, de l'OTSC et, à plus long terme, l'entrée dans l'UE et l'OTAN, imposer la langue biélorusse et évincer le russe etc, etc en quelque sorte le scénario ukrainien appliqué à la Biélorussie.
      Je souhaite bon courage à Loukachenko et qu'il tienne bon. 

    •  

      Tout à fait d'accord : une amie russe me faisait remarquer que déjà, une femme n'avait aucune chance de gagner une élection en Biélorussie, ce que bien sûr les montreurs de cette marionnette et elle-même ne pouvaient ignorer.
      Autre chose relevée par une amie russe qui a souvent passé ses vacances là-bas : Tikhanovskaïa n'a pas d'accent biélorusse, mais par un russe classique. Donc une candidate importée ( née en Pologne, ayant vécu en Irlande...).
      Son programme a été supprimé, mais tout de même, il avait été prévu des élections législatives immédiates, autrement dit l'élimination des autres représentants élus par le peuple, par des valets achetés par l'Occident ( le cas s'est aussi présenté en Argentine, et fait des centaines de milliers de victimes, sous De la Roa et Menem).
      Et puis le programme comprenait aussi une politique à l'Ukraine, nationaliste russophobe et ... avec introduction de chaînes baltes et polonaises etc ... le nationalisme est souvent une arme de division étrangère, tout au moins à l'Est.

     

    Pour ma part, je considère que ceux qui jouent un jeu dangereux sont en Occident. On ne peut manquer de relever qu'alors que le climat social était serein en Biélorussie ( à titre indicatif, le niveau des retraites est 3 fois celui en Ukraine et le coût de la vie, la moitié, d'après l'évaluation d'une amie dont la mère y a voyagé récemment, mais aussi jadis, et a pu par ailleurs faire une étude comparative de l'évolution des niveaux de vie en Russie (où elle vit), en Biélorussie et en Lituanie où elle visite ses amies de l'époque soviétique, toutes sont des professeurs d'université ou des médecins - sauf que la médecin est devenue caissière en Lituanie et que toutes les riches fermes sont devenues des ruines).
    Alors pourquoi cette explosion soudaine, en Biélorussie, alors que le Covid n'y a fait que 603 morts : du fait du système de santé ... et sans masques ni confinement ?

    Eh bien l'explication logique est forcément ailleurs, où là les enjeux sont vifs : Joe Biden et sa clique qui se sont illustrés lors du Maïdan, ont en point de mire la présidentielle et ce n'est certainement pas avec un programme social qu'ils comptent combattre Trump...il faut motiver les soutiens de l'Etat profond. Au Venezuela, Guaido est grillé ...il n'avait d'ailleurs pas non plus la vocation d'être élu, mais juste de provoquer un chaos médiatisé et justifiant une invasion ( les USA n'ont pas renoncé).
    Or, avant même l'élection au Bélarus, des troubles étaient prévus et parfaitement organisés depuis la Pologne, via un média, Nextia, et par l'envoi d'émeutiers : un jeu dangereux, on en conviendra. C'est parfaitement acté : un ami polonais en a même été avisé par des Polonais de Varsovie, tout fiers"d'aller apporter la liberté au Bélarus"selon leurs propres mots. l'ingérence existe donc bel et bien, et sans complexe. Difficile de croire tout de même à l'innocence totale de l'oie blanche Tikhanovskaïa qui de son propre aveu n'a jamais souhaité devenir présidente, lorsqu'elle pose avec BHL et sinon, fraie avec des professionnels ...elle sait qu'elle joue un rôle d'amorce, pour ensuite disparaître... comment une véritable candide oserait-elle revendiquer la victoire avec 10% contre 80% ? Que se passerait-il si on lui donnait le pouvoir ? on aurait alors un véritable chaos, et l'invasion probable de groupes armés étrangers occidentaux...
    Ensuite, question "irresponsable provocation", que dire des manoeuvres de l'OTAN qui depuis 10 ans singent l'Occupation militaire de Kaliningrad ?
    Que dire de ces concours d'une école de diplomatie espagnole qui il y a 3 ans avait proposé comme sujet : " suite à l'occupation militaire du Bélarus par la Russie : que doit faire l'UE pour contrer les Russes ?"

    Je trouve Loukachenko bien posé par rapport à toutes ces velléités d'agression occidentale, où l'UE n'a rien à gagner, à part son propre anéantissement, pour les beaux yeux des Etats-Unis, un thème qui n'est pas sans rappeler celui du Cheval Roux, d'Elsa Triolet...


    votre commentaire
  •  

    Marchandisation de l’embryon par le Dr Nicole DELEPINE

    - article censuré et récupéré

     

    Marchandisation de l’embryon par Nicole DELEPINE

     

     

    Le Pr Jean-Louis Touraine ose dire qu’il s’agit d’une « urgence sanitaire » en pleine crise organisée du Covid et obligation de port des masques, interdiction de la chloroquine etc.


    C’est selon le rapporteur une loi de rupture. C’est ce même rapporteur qui explique sur les médias qu’on portera le masque tant que le fameux vaccin anti-coronavirus ne sera pas injecté à plus de 80 % de la population et prévoit donc la vente de deux fois sept milliards de vaccins.

     

    Folie vaccinale, folie marchande


    L’embryon n’est plus qu’une source de cellules pour vendre, vendre et encore vendre. Quel mécanisme politique peut-il conduire à de telles dérives, même pour beaucoup d’argent ?

     

    Mise en garde explicite contre la marchandisation de l’embryon


    Écoutez la vidéo exceptionnelle d’un médecin honnête qui découvre le monde de la politique. Alexandra Cause-Henrion nous parle de la loi bioéthique qui sera votée en cette fin de juillet 2020 au moment même où l’on prive de leur liberté tous les Français en leur imposant le masque obligatoire sans aucune justification sanitaire, l’épidémie étant terminée et le masque inutile et de plus dangereux au moins pour les plus fragiles.https://youtu.be/tH6qwnxk2lE

     

    « Loi de Bioéthique : Sont-ils devenus fous ? » Alexandra Caude-Henrion

    Le début de cette vidéo pose le problème d’emblée. Le texte écrit par les sénateurs : « nul n’a le droit à l’enfant » a été supprimé : l’urgence a été de faire sauter cette phrase pourtant capitale. Mme Caude-Henrion présente son expérience de la commission à laquelle elle a participé avec beaucoup de déception parce qu’elle en espérait beaucoup et qu’il n’y a pas eu d’ « embryon » de discussion.

     

    Une mesure dite sociétale


    Faire porter aux deux femmes lesbiennes un enfant par chacune des deux à son tour ! Immense danger médical pour les deux et pour le futur bébé. Une loi dite sociétale qui entraîne énormément de risques médicaux chez des personnes saines.

    Cette mesure dite Ropa, acronyme incompréhensible, sort du chapeau et personne n’en a entendu parler précédemment. Sans indication médicale évidemment. On prend l’ovocyte fécondé d’une des deux femmes, porté par l’une. On l’extrait pour le réimplanter quelque temps plus tard chez l’autre partenaire. Proposez de telles manipulations montre que ces législateurs sont sans limites, qu’ils manipulent tous les couples de lesbiennes en faisant croire qu’on peut faire ce genre de pratiques couramment, extrêmement lourdes et risquées pour les deux femmes et l’enfant à venir. Chocs d’injections hormonales pour l’une comme pour l’autre à haut risque, qui parfois arrivent au décès. Mais ce sont des supermarchés super-juteux. La folie n’a plus de limites. L’enfant, s’il naît, ne saura jamais quelle est vraiment sa mère. Insupportable frustration à vie. Honteux.

     

    Le but ultime de la loi en cours de vote à l’assemblée : fabriquer des organes de remplacement à vendre.


    Plus globalement, cette loi est une loi d’institutionnalisation du corps vivant et de l’embryon en pièces détachées. Le nom de bioéthique n’a plus de sens dans cette négation de l’être vivant, cette néantisation de l’embryon et marchandisation accélérée du corps. Le but étant de fabriquer et de vendre évidemment des organes. Un énorme marché mondial.

    N’importe qui est habilité à faire toute expérience sur l’embryon humain qui le tue évidemment. On est à 150 000 embryons congelés non réclamés, dont personne ne se sert, donc utilisable pour les expériences par n’importe qui. Cette nouvelle loi supprime les limites de l’utilisation des embryons congelés inutilisés qui existaient dans les précédentes moutures pourtant déjà très avancées.

    Le masque nous fait taire, c’est sa fonction réelle en cette période, et comme dit cette remarquable et courageuse biologiste, « je ne sais plus si vous me tirez la langue ou si vous me souriez pendant que je vous explique tout cela ». Néanmoins il faut réagir à cette loi si peu « discutée » bien que le mot ait perdu son sens à l’Assemblée nationale, « en urgence » alors qu’au minimum un débat sur le décret imposant un masque obligatoire aurait pu au moins y être débattu….

    Ne serait-ce que pour savoir ce que devient le jugement du Conseil d’État d’avril 2020 extrait : “de plus, en laissant entendre qu’une protection couvrant la bouche et le nez peut constituer une protection efficace, quel que soit le procédé utilisé, l’arrêté est de nature à induire en erreur les personnes concernées et à introduire de la confusion dans les messages délivrés à la population par ces autorités. ”https://www.actu-juridique.fr/administratif/port-du-masque-obligatoire-devant-le-conseil-detat-la-neutralisation-du-pouvoir-de-police-des-maires-dans-le-cadre-de-letat-durgence-sanitaire/

    Des juristes pourraient-il approfondir pour nous sortir du marasme actuel ? En tous cas, il est clair que ces nuages de fumée Covid alors que l’épidémie est terminée sont instrumentalisés pour MASQUER efficacement les monstrueuses évolutions sociétales qu’on voudrait nous imposer depuis cette décennie.

    Rappelons que le rapporteur de cette loi dite de bioéthique actuelle était aussi le rapporteur de l’épouvantable loi Touraine votée à vingt députés en fin 2015 avec son co-rapporteur le ministre Véran, toujours en place malgré l’interdiction de la chloroquine et le décret Rivotril. Cette équipe poursuit son œuvre de destruction de l’humain. Ils n’y arriveront pas, mais combien de victimes entre-temps ?

    Nicole Delépine

    https://chaosinformation.wordpress.com/2020/07/28/medias-presse-infomarchandisation-de-lembryon-par-nicole-delepine-article-censure-et-recupere/

     


    votre commentaire