• ,

     

    Dictature France dès 8mn, et pendant une bonne dizaine de mn.

    Un résumé à écouter absolument et à relayer partout

     

    Et si vous avez juste 6 mn, voyez à partir de 14mn,

    et liste vers 18mn

    .

     

    Eric Fiorile est l'auteur d'un livre remarquable

    que je vous recommande

     

     

     


    votre commentaire
  • La sacralisation de l’Etat d’Israël,

    La sacralisation de l’Etat d’Israël

    Lors du 75e anniversaire de la Rafle du Vel’ d’Hiv’, Emmanuel Macron, en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, a déclaré, sous les applaudissements de l’assistance, que :

    « Nous ne céderons rien à l’antisionisme, car il est la forme réinventée de l’antisémitisme. »

    Le lobby judéo-sioniste a réussi, grâce au régime républicain [1], cet exploit proprement « magique » ; celui de sacraliser l’Etat d’Israël, rendre tabou toute critique radicale du sionisme et du judaïsme et frapper d’anathème tous ceux qui remettent en question la légitimité et l’action de l’Etat hébreu. Et ce dans un régime (la République française) supposé être areligieux [2], axiologiquement neutre et ne reconnaissant la suprématie d’aucune religion.

    Du moins c’est ce qu’imagine l’historien israélien Shlomo Sand, qui a écrit une lettre en réponse à la déclaration d’Emmanuel Macron. Naïvement, il explique au Président :

    « Voici précisément le moment de vous expliquer pourquoi je vous écris, et pourquoi, je me définis comme non-sioniste, ou antisioniste, sans pour autant devenir anti-juif. Votre parti politique inscrit, dans son intitulé : « La République », c’est pourquoi je présume que vous êtes un fervent républicain. Et dussé-je vous étonner : c’est aussi mon cas. Donc, étant démocrate et républicain, je ne puis, comme le font sans exception tous les sionistes, de droite comme de gauche, soutenir un Etat juif. Le Ministère de l’Intérieur israélien recense 75% de ses citoyens comme juifs, 21% comme musulmans et chrétiens arabes et 4% comme « autres ». Or, selon l’esprit de ses lois, Israël n’appartient pas à l’ensemble des Israéliens, mais aux juifs du monde entier qui n’ont pas l’intention de venir y vivre.
    Ainsi, par exemple, Israël appartient beaucoup plus à Bernard Henry-Levy et à Alain Finkielkraut qu’à mes étudiants palestino-israéliens qui s’expriment en hébreu, parfois mieux que moi-même ! Israël espère aussi qu’un jour viendra où tous les gens du CRIF, et leurs « supporters » y émigreront ! Je connais même des français antisémites que cette perspective enchante ! En revanche, on a pu entendre deux ministres israéliens, proches de Benjamin Netanyahou, émettre l’idée selon laquelle il faut encourager le « transfert » des Israéliens arabes, sans que personne n’ait émis la demande qu’ils démissionnent de leurs fonctions.
    Voilà pourquoi, Monsieur le Président, je ne peux être sioniste. Je suis un citoyen désireux que l’Etat dans lequel il vit soit une République israélienne, et non pas un Etat communautaire juif. Descendant de juifs qui ont tant souffert de discriminations, je ne veux pas vivre dans un Etat, qui, par son autodéfinition, fait de moi un citoyen doté de privilèges. A votre avis, Monsieur le Président : cela fait-il de moi un antisémite ?
     » [3]

    La sacralisation du peuple juif

    La sacralisation en cours de l’Etat hébreu nécessitait au préalable celle du peuple juif. Dans l’époque contemporaine, où règne, du moins en apparence, l’athéisme, il fallait, pour faire accepter aux goyim (les non-juifs [4]) occidentaux l’idée de la sacralité des juifs, inventer un culte « profane », ou plus précisément, un culte dépourvu de transcendance.

    Ce culte, aujourd’hui admis en Occident, est celui de la shoah (mot hébreu signifiant « catastrophe »). Ce culte fut édifié par un holocauste (terme torahique désignant un sacrifice expiatoire ou rémunératoire) humain. L’holocauste humain était pratiqué par nombre de peuples païens antiques, tandis que les hébreux, pour expier leurs fautes, s’épargner le courroux de l’Eternel-Dieu, ou obtenir de Lui des avantages matériels, pratiquaient le sacrifice animal.

    Mais dans le cas du culte shoatique, l’objectif était de le substituer au Christianisme pour remplacer Jésus par un autre dieu-messie (c’est au XVIe siècle, avec la kabbale lourianique, que les juifs ont été substitué au Machiach attendu [5]), le peuple juif sanctifié. Ainsi le sacrifice sur la Croix est remplacé par la Chambre à gaz et le four crématoire, le Golgotha par Auschwitz, le chemin de croix par les rails de train où passaient les wagons de déportés (d’où la commémoration quasi-religieuse du Vel’ d’Hiv’).

    D’ailleurs, le célèbre rabbin Ron Chaya, qui enseigne dans une école talmudique à Jérusalem, affirmera (dans un français approximatif) que :

    « Les bienfaits de la shoah, c’est inimaginable ! Inimaginable !
    Grâce à quoi l’on vit aujourd’hui, si ce n’est pas par le mérite de cette souffrance ? Tout à coup, après la shoah… l’organisation des Nations Unis donne la Terre d’Israël
    (la Palestine) au peuple juif. Et par quel mérite, si ce n’est par la souffrance de tous ces juifs qui sont partis ?
    Ces souffrances, c’est terrible, mais pour un peu de souffrance, tu reçois l’infini, ça vaut l’coup !
     » [6].

    Cette capacité des hommes politiques juifs a instiller leurs idées au sein des peuples et imposer leurs lois, était déjà pointé du doigt par Sénèque (1-65) : « Les Romains ont adopté le sabbat » [7], déplore-t-il, et ailleurs, parlant des juifs il écrit « Cette abominable nation est parvenu à répandre ses usages dans le monde entier ; les vaincus ont donné des lois aux vainqueurs. » [8]

    Le grand historien du judaïsme et du messianisme juif, Gershom Scholem, ne dit pas autre chose lorsqu’il explique le but ultime des mystiques juifs :

    « Une fois le judaïsme rabbinique cristallisé dans la Halakhah (la Loi juive formée par la Torah et le Talmud), les forces créatives, ranimées par un nouvel élan religieux – qui ne tentèrent pas ni ne furent jamais en mesure de modifier le judaïsme halakhique solidement établi –, trouvèrent à s’exprimer, pour la plupart, dans le mouvement kabbalistique.
    Elles œuvrèrent le plus souvent de l’intérieur, s’efforçant de transformer la Torah pour faire de la loi du peuple d’Israël la loi secrète propre à l’univers et, par suite, à donner au juif, hassid ou zaddik
    (les mystiques « pieux » et « justes »), un rôle vital dans le monde. » [9]

    Ici, Gershom Scholem nous dit en substance que la finalité du judaïsme poltitique, via sa mystique, est de faire de la Loi des juifs la loi secrète universelle, afin d’insuffler aux autres religions, idéologies, philosophies, aussi bien qu’aux institutions et à l’organisation des Etats, l’esprit du judaïsme. Ceci en vue de faire adhérer à leur insu les non-juifs à cette loi – ignorance liée à son caractère occulte – pour que ne subsiste en fin de compte que le judaïsme sous ses divers visages ou habillages.

    Aujourd’hui, ce qui est exigé des goyim, c’est d’accepter sans résister, la sacralité du peuple juif et son règne. Ceci fut affirmé notamment par l’essayiste et journaliste politique juif français Bernard Lazare (1865-1903) :

    « Sans la Loi, sans Israël (le peuple juif) pour la pratiquer, le monde ne serait pas, Dieu le ferait entrer dans le néant ; et le monde ne connaîtra le bonheur que lorsqu’il sera soumis à l’empire universel de cette loi, c’est-à-dire à l’empire des juifs. » [10]

    Espérance de domination universelle présente dans toute la littérature juive moderne, comme l’a très largement démontré Hervé Ryssen dans ses travaux.
    Mais au Ier siècle déjà, cette espérance de domination universelle était affirmée, notamment par le philosophe juif d’Alexandrie, Philon (25 av. J.-C- 50 ap. J.-C) lorsqu’il recommandait à ses coreligionnaires de ne pas irriter les Sophistes, pour ne pas provoquer d’émeutes, et d’attendre patiemment leur châtiment, qui arrivera le jour où l’Empire juif sera établi sur le monde entier [11].

    Quant à Cicéron (106 av. J.-C-43 av. J.-C), il décrivait un phénomène tout à fait contemporain : avant la destruction du Second Temple, les juifs installés à Rome et qui s’y enrichissaient, utilisaient les deniers qu’ils tiraient de la République romaine pour soutenir Jérusalem [12].

    L’Etat d’Israël et le sionisme : à l’origine d’un nouvel antisémitisme ?

    Comme l’a exposé Bernard Lazare dans son ouvrage « L’antisémitisme, son histoire et ses causes », depuis l’Antiquité, à Rome, à Alexandrie et ailleurs, puis durant tout le Moyen-Âge en Europe, la présence des juifs et leurs activités (notamment économique) a systématiquement déclenché l’antijudaïsme des peuples.

    Cette question se pose à nouveau mais de manière différente aux époques précédentes, pour deux raisons : la mondialisation, qui permet, entre autres choses, et via internet, de diffuser la même information, les mêmes faits, la même réalité, instantanément et partout dans le monde. Et l’existence de l’Etat d’Israël dont les atrocités qu’il commet et l’incroyable insolence qu’il affiche ne manquent pas d’atteindre presque tous les habitants de la planète.
    La conséquence en est la montée graduelle, et à terme exponentielle, de l’antijudaïsme et de l’antisémitisme, de manière simultanée dans de nombreux pays du monde. Car de fait, ce ne sont pas les antisionistes qui amalgament le judaïsme et le sionisme, mais les juifs sionistes eux-mêmes.
    Comment ne pas voir, dans le racialisme et le racisme pratiqués dans l’Etat hébreu autre chose que l’application des lois juives ? Lois qui étaient jusqu’ici largement méconnues des masses non-juives.

    A titre d’exemple représentatif du lien étroit existant entre le judaïsme et le sionisme, et entre l’Etat d’Israël et les prêtres juifs, j’évoquerai le fameux Yossef Ovadia (1920-2013), Grand Rabbin d’Israël qui fut le fondateur et le guide spirituel du Shass, troisième plus important parti en Israël. Ce Yossef Ovadia, décédé en 2013, était considéré comme une sommité et son influence politique était incontestable, au point que le journaliste franco-israélien Marius Schattner écrivait à son sujet : « Il s’est imposé comme faiseur de rois de la quasi-totalité des gouvernements israéliens depuis trente ans » [13]

    Après la mort de Yossef Ovadia, le Premier ministre Benjamin Netanyahou lui a rendu un vibrant hommage en le qualifiant de « géant de la Torah » et « guide pour une multitude ». Peu de temps avant sa mort, le rabbin reçut la visite du président israélien Shimon Pérez. Il était aussi important pour les dirigeants que pour le peuple israélien qui était au nombre de 700 000 à son enterrement, ce qui représente un dixième de la population israélienne.

    Le discours et la vision politique de celui qui fut jusqu’à sa mort récente la plus haute autorité religieuse d’Israël, se situent dans la droite ligne de la loi juive (Torah et Talmud).
    Conformément aux promesses d’extermination des peuples voisins des hébreux énoncés dans le Deutéronome et dans le livre de Josué, le Rabbi Ovadia a déclaré au sujet des Palestiniens :

    « Puissent-ils disparaître de la Terre. Puisse Dieu envoyer un fléau aux Palestiniens, ces enfants d’Ismaël, ces vils ennemis d’Israël. » [14]

    En 2001, Yossef Ovadia, dans un sermon, a appelé à l’extermination pure et simple des arabes :

    « Il est interdit d’avoir pitié d’eux. Vous devez envoyer des missiles et les annihiler. Ils sont mauvais et détestables » et il ajoute « Le Seigneur retournera les actions des Arabes contre eux-mêmes, épuisera leur semence et les exterminera, les dévastera et les bannira de ce monde » [15]

    Ayelet Shaked, l’actuelle ministre de la Justice israélienne, appela, lorsqu’elle était membre de la Knesset (parlement israélien), durant le bombardement de Gaza en juillet 2014, à « tuer toutes les mères palestiniennes » [16]. Une proposition génocidaire ingénieuse faisant écho aux propos de Yossef Ovadia qui parlait d’épuiser la semence des Arabes [17].

    En 2012, Yossef Ovadia a appelé tous les juifs à prier pour l’annihilation de l’Iran. Ce qui est intéressant, c’est que, précédemment à cet appel, des dirigeants du ministère de la défense, ainsi que le président du Conseil à la Sécurité Nationale Ya’akov Amidor et le ministre de l’intérieur Eli Yishai, avait rendu visite au rabbin pour le persuader de soutenir une éventuelle attaque d’Israël contre l’Iran. Mais Ovadia avait déjà tenu un discours similaire à propos de l’Iran, une semaine avant de recevoir la visite de ces dirigeants israéliens [18].

    Selon la loi juive, comme l’explique Yossef Ovadia, si les non-juifs méritent de vivre, ce n’est que pour servir Israël :

    « Les Goyim sont nés seulement pour nous servir. Sans cela, ils n’ont pas leur place dans le monde – seulement à servir le Peuple d’Israël ».

    Ne s’arrêtant pas là le rabbin poursuit en expliquant pourquoi les non-juifs jouissent d’une significative longévité :

    « Ils ont besoin de mourir, mais Dieu leur donne la longévité. Pourquoi ? Imaginez qu’un âne appartenant à un juif meurt, le juif perdrait son argent. Ils ont une longue durée de vie pour bien travailler pour nous ».

    Le Rabbi Ovadia précise encore sa pensée, en parfaite conformité avec les enseignements de la Bible hébraïque, lorsqu’il avoue très ingénument :

    « Pourquoi les goyim sont-ils nécessaires ? Ils vont travailler, ils cultivent, ils récoltent… C’est pourquoi les goyim ont été créés » [19]

    Certains de ceux qui n’auront pas lu la Bible hébraïque, diront que Yossef Ovadia l’a lu de travers. Bien au contraire, ce grand érudit la connaissait par cœur et la suivait à la lettre. Ovadia ne fait que se conformer à ce passage (parmi d’autres) biblique que l’on trouve dans le livre d’Isaïe :

    « Des gens du dehors seront là pour paître vos troupeaux ; les fils d’étrangers seront vos laboureurs et vos vignerons. Et vous serez appelé prêtres de l’Eternel, on vous nommera ministre de notre dieu. Vous jouirez de la richesse des nations et vous tirerez gloire de leur splendeur » (Isaïe, 61 :5-6)

    D’après l’enseignement de la Bible hébraïque, les peuples étrangers vivant près d’Israël et en Israël ne doivent leur survie qu’à leur statut d’esclave potentiel, sans cela, ils doivent être exterminés (voir comment le Foyer national juif puis l’Etat d’Israël ont mis en application la stratégie de conquête du livre de Josué dans mon ouvrage : Occident et Islam – Sources et genèse messianiques du sionisme).
    Servir ou mourir, tel est le destin des Palestiniens et des peuples voisins d’Israël ou ceux qui sont les victimes désignées de sa vindicte.

    Yossef Ovadia n’est pas une exception dans le monde rabbinique, il en est l’incarnation, lui qui est considéré comme le maître de la génération.

    Et cette horrible réalité de la Bible hébraïque, aujourd’hui, c’est l’Etat d’Israël, qui met en application la loi juive, et le sionisme international (qui défend les intérêts de cet Etat), qui permettent aux masses du monde entier d’en prendre connaissance.
    Le lien de causalité entre sionisme et antisémitisme se situe là, et non pas dans la lutte antisioniste.

    La question juive, et plus précisément celle de l’antijudaïsme, est par conséquent inséparable de la question sioniste et de la politique israélienne.

    Youssef Hindi

    Notes

    [1A ce sujet, lire mon article : « La République et la kabbale, une histoire occultée », Geopolintel : http://www.geopolintel.fr/article19…

    [2Sur la religion de la République française, voir : Youssef Hindi, La mystique de la laïcité, Généalogie de la religion républicaine, Sigest, 2017.

    [5Voir : Youssef Hindi, op. cit., chapitre II.

    [6Voir la vidéo sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=Fa0…

    [7Hist. Nat., XIII, 4.

    [8Epître XCV. Cité par Bernard Lazare, L’antisémitisme, son histoire et ses causes, 1894, réédité par Kontre Kulture, 2012, p. 31.

    [9Gershom Scholem, La kabbale : une introduction, thèmes et biographies, Gallimard, 2003, pp. 46-47.

    [10Bernard Lazare, op. cit. p. 15.

    [11Cité par Bernard Lazare, op. cit. p. 27.

    [12Cité par Bernard Lazare, op. cit. p. 30.

    [13Cyrille Louis, « Disparition d’un « géant de la Torah » », Le Figaro, 07/10/2013.

    [14Courrier International, Les dérapages incontrôlés du rabbin Ovadia Yossef, 10/09/2010.

    [15BBC News, Rabbi calls for annihilation of Arabs, 10/04/2010.

    [16Press TV, Mothers of all Palestinians must be killed : israeli MP, 16/07/2014.

    [17Projet d’extermination et génocidaire dont l’originaire se trouve dans le corpus biblique. Voir : Youssef Hindi, Occident et Islam – Sources et genèse messianiques du sionisme, chapitre IV, 2015, Sigest.

    [18Haarets, Shas spiritual leader calls on Jews to pray for annihilation of Iran, 26/08/2012.

    [19The Times Of Israel, 5 of Ovadia Yosef’s most controversial quotations, 09/10/2013.

    source: http://www.geopolintel.fr/article1992.html

    http://reseauinternational.net/la-sacralisation-de-letat-disrael/

     

    La bataille d’Ersal laisse Israël pantois

    La bataille d’Ersal laisse Israël pantois

     

    Les médias israéliens refusent de commenter la victoire du Hezbollah à Ersal où la Résistance a presque démantelé le Front al-Nosra, branche syrienne d’al-Qaïda.

    Al-Akhbar s’intéresse dans un récent article signé Yahya Dabouq à la bataille d’Ersal et à l’« étrange couverture médiatique » accordée par la presse écrite et orale d’Israël à cet événement :

    « Une fois n’est pas coutume, les médias israéliens refusent de commenter la fulgurante victoire du Hezbollah dans l’Est libanais, sur les hauteurs stratégiques d’Ersal où la Résistance a presque démantelé al-Nosra, branche syrienne d’al-Qaïda. Ce silence inhabituel est d’autant plus étrange que la portée de la bataille stratégique d’Ersal dépasse largement le seul Liban et ne manquera pas de se manifester au cours de toute confrontation à venir entre Israël et l’axe de Résistance.

    Mais pourquoi ce silence radio côté israélien ? Plusieurs hypothèses : il y a d’abord la menace stratégique que fait peser la défaite des terroristes d’al-Nosra sur les intérêts d’Israël. En qualité de bras exécutant de l’armée israélienne en Syrie et au sud du Liban, la défaite des terroristes qaïdistes d’al-Nosra ne peut que constituer un avertissement : sans les nosratistes, finie l’idée de déstabiliser le sud du Liban ou encore de créer dans le Sud syrien une “Armée de la Syrie du Sud”, l’équivalent de l’armée d’Antoine Lahad qui servait dans les années 70 les intérêts israéliens au Liban.

    Le silence israélien pourrait aussi s’expliquer par la nature des combats à Ersal : dans cette région, le Hezbollah se bat vaillamment contre les terroristes takfiristes qui tuent invariablement et indistinctement sunnites, chiites et chrétiens… Le fait d’évoquer ce combat antiterroriste de la Résistance revient à remettre en cause le discours alimenté jusqu’ici par les médias israéliens, lesquels traitent le Hezbollah d’organisation terroriste. Les rares journaux israéliens qui évoquent la bataille d’Ersal insinuent d’ailleurs qu’il s’agit d’affrontements sunnites-chiites. Ces rapports se concentrent surtout sur le “bilan lourd des pertes de la Résistance” sans évidemment parler des pertes dans les rangs terroristes.

    Mais le silence israélien peut-il durer définitivement ? Les analystes militaires d’Israël finiront par sortir de leur torpeur, comme cela a été le cas pour la bataille d’Alep. La complexité de cette bataille sur le plan tactique et stratégique a poussé Israël à y revenir. À Ersal aussi, Israël va finir par reconnaître la supériorité du Hezbollah dans des combats asymétriques menés, non pas comme en Syrie en environnement urbain, mais bien au cœur des régions montagneuses. Mais au-delà de tout cela, il y a un rêve qui vient de se briser à Ersal, celui qui voulait liguer le Liban contre le Hezbollah : en dépit des efforts intenses de Tel-Aviv et de ses amis arabes et américains, c’est tout le Liban politique, même les personnalités les plus hostiles à la Résistance, qui a cautionné l’offensive antiterroriste du mouvement de résistance libanais, et ce, au grand dam d’Israël qui perd là un autre atout stratégique.

    source:

    http://parstoday.com/fr/news/middle_east-i41954-la_bataille_d’ersal_laisse_israël_pantois

    http://reseauinternational.net/la-bataille-dersal-laisse-israel-pantois/

     

    Encore Israël sur ce site : 

    Israël Echec et Mat au plateau du Golan | Réseau International

    Syrie : sale temps pour Israël | Réseau International

    Syrie: colère russe contre Israël | Réseau International

    Comment Israël, premier ennemi de l'Islam, devient le premier ...

    Colère et amertume en Israël, la Troisième Guerre Mondiale n'a pas ...

    Pour la première fois de son Histoire, Israël a eu vraiment peur ...

    Israël paiera le prix fort de la stratégie de chaos US | Réseau ...

    v

     


    votre commentaire
  •  

    La façade de l’ « en même temps » s’effondre.

    http://patrick-le-hyaric.fr/l-en-meme-temps/

     
    Les aides personnelles au logement, dont les APL, subiront une baisse de 5 euros par mois à partir d'octobre.

    Les aides personnelles au logement, dont les APL, subiront une baisse de 5 euros par mois à partir d'octobre.

     

    La nomination d’un premier ministre de droite, épaulé par deux ministres de la même tendance à Bercy, disait déjà de quel côté penchait le candidat Macron derrière son faux nez de l’ « en même temps »  de gauche et de droite. Lorsque le 10 juillet dernier, le quotidien des milieux d’affaires britanniques, le Financial Times, lui fait remarquer que ses baisses d’impôts pour les riches sont le signe d’une politique « plutôt » de droite, le Président de la République répond tout de go : «Et à quoi vous attendiez vous ?». En vérité, cet « en même temps, » laissant croire qu’on pouvait à la fois mener une politique de gauche et de droite ne visait qu’à tromper les gens en cachant le fond d’une vieille politique néolibérale qui partout sème inégalité, chômage et précarité.

    Une vieille politique qui laisse la multitude de celles et ceux qui ont donné de la force à la France sur le bord de la route. Ceci est théorisé depuis les couloirs du « château » et résumé dans cette phrase qui loin d’être une maladresse est un fondement : « Les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien ». Ces derniers seront encore plus relégués avec les insupportables dernières décisions. Le pouvoir enlève cinq euros par mois à plus de six millions de personnes allocataires des aides personnalisées au logement, ceux là même qui terminent le mois à dix euros près. Alors que les cadeaux fiscaux aux plus fortunés se multiplient, il fait bloquer les salaires, et veut augmenter la CSG.

    Tout entier il se dévoue au service des puissances d’argent et se montre insensible aux souffrances des plus défavorisés au point de décider de laisser basculer des millions de jeunes, de travailleurs et de privés d’emploi dans le « rien » de la pauvreté et de la souffrance sociale.

    Pire, avec ce nouveau régime, les plus faibles paient pour garnir les comptes en banque des plus riches et non pas pour réduire quelque déficit que ce soit selon les nouvelles fables destinées à hypnotiser les foules. La commission européenne, le fond monétaire international et les milieux financiers se réjouissent du programme présidentiel de droite : flexibilisation et précarisation du travail, et réduction des crédits publics utiles pour satisfaire aux demandes des petits comptables de Bruxelles ou de Berlin. C’est la voie de l’aggravation des injustices, inefficace de surcroit en empêchant la nécessaire relance créatrice d’emplois et permettant la transition environnementale. Les nouveaux transferts de richesse aux forces de l’argent ne font qu’alimenter une bulle financière qui pourrait replonger le monde dans les affres d’une nouvelle crise financière fatale aux petites entreprises, aux banques coopératives, à l’emploi et aux services publics.

    On ne peut investir dans l’avenir pour éduquer, soigner mieux les gens, loger ou transporter tout le monde en respectant l’environnement, mieux les informer ou leur permettre de se cultiver, avec moins de services publics ou en privatisant leurs missions. Il n’y a pas non plus d’efficacité économique ni même d’amélioration de la productivité dans un gouffre d’inégalités.

    Il est donc d’intérêt général de ne pas laisser faire. Que les étudiants et tous les autres qui vont se voir amputer d’une partie de l’allocation logement, les jeunes privés de place à l’université, les collectivités et tous leurs administrés qui risquent d’être privés de services publics locaux, celles et ceux qui ne supportent pas qu’on réduise l’aide publique au développement alors que le pouvoir renonce au projet de taxations des transactions financières, toutes celles et ceux qui ne supportent pas cette dérive visant à inclure l’état d’urgence dans la loi, qui vont subir les nouveaux reculs sociaux et démocratiques contenus dans le nouveau projet  de loi improprement baptisé « travail », si tous ceux-là se manifestent et manifestent sans attendre, alors l’intérêt public sera dans de bonnes mains.

    A l’inverse, laisser faire préparerait des désenchantements douloureux et dangereux, au cœur d’une crise aggravée de la démocratie et de la politique. Les désillusions doivent se transformer en force du changement et non contribuer aux pires régressions.

    (..) suite ici :

    http://patrick-le-hyaric.fr/l-en-meme-temps/

     

    Gérard Filoche

    Comment le cynique Macron a trompé les Français, et les terribles conséquences pour "les gens qui ne sont rien"

    Voir aussi, ici : ALERTE ! Travailleurs, jeunes.. Macron prépare un hold up de 470 milliards contre vous !


      

    L'Assemblée nationale convoquée le 9 août ! Le renouveau politique En Marche : voter la nuit se réunir en août.

     

    TOUS DEBOUT, EN LUTTE, PARTICULIEREMENT ETUDIANTS ET LYCEENS PRIVES D'AVENIR, JUSQU'A SATISFACTION TOTALE

     

    .

     

    .


    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "pédophiles sataniques"

    Poutine: « L’Occident est contrôlé

    par des pédophiles sataniques. »

     

    Le président russe Vladimir Poutine s’est prononcé contre l’épidémie des réseaux de pédophile qui ont pris le contrôle des États-Unis, du Royaume-Uni et d’autres nations Occidentales.

    Malgré sa convergence récente et fructueuse avec le Président Trump, il reste ferme sur sa position originale que la culture à l’Ouest est manipulée par « des pédophiles Sataniques ». Avant sa réunion récente avec Donald Trump au dernier sommet du G20 à Hambourg, Poutine avait publié un avertissement annonçant que si les réseaux de pédophile d’élite n’étaient pas exposés, alors il « commencerait à donner des noms ».

    Bien que la réunion historique ait été considérée par les deux parties comme un succès, avec des résolutions prometteuses sur le conflit syrien et les allégations de piratage informatique, la position de Poutine en matière d’élites perpétuant l’abus d’enfants est la suivante:

     » L’Europe et l’Occident prospèrent sur une culture de pédophilie et le Satanisme. »

     

    « Partageant ses projectives après sa réunion avec M. Trump, Poutine a dit qu’ils avaient créé les conditions d’une nouvelle ère de coopération décrivant leur conversation comme « une percée »et « un énorme pas en avant  « dans le combat contre l’ordre mondial pédophile satanique actuel. »

    Le président Poutine a mis en évidence le satanisme et la pédophilie comme un des principaux défis contemporain faisant face au  la Russie. Dans un discours limpide au Club de Discussion International Valdai, Poutine a décrit « la normalisation de pédophilie » comme un signe clair « de la dégradation morale rampante de l’Europe et de l’Occident ».

    Poutine a observé que « les partisans d’un libéralisme extrême, de style occidental,             « oubliaient le fait que des problèmes militaro-politiques et les conditions sociales générales empirent et qu’une grande partie du monde est en train d’oublier les valeurs essentielles de décence humaine. »

    Se concentrant sur les défis proposés à la Russie dans un contexte international tant en matière de politique étrangère que sur le plan de la valeur morale, Poutine a dénoncé le satanisme qu’il sait depuis longtemps être responsable de pourrir au cœur le tissu de l’Amérique:  » Nous voyons que beaucoup de pays Euro-atlantiques rejettent en réalité leurs racines, y compris les valeurs Chrétiennes qui constituent la base de civilisation Occidentale. Ils nient les principes moraux et toutes les identités traditionnelles : nationales, culturelles, religieuses et même sexuelles. Ils mettent en œuvre des politiques qui mettent sur le même plan de grandes familles avec des partenariats de même sexe, la croyance en Dieu avec la croyance en Satan. « 

    GFM rapporte : Ceci est un commentaire stupéfiant venant d’un leader mondial quand les habitants de l’Occident et les Européens en particulier sont habitués à une combinaison de simple propagande, de rhétorique politique bien lisse et de discours directif  -« le directeur parle »- qui ne révèle typiquement rien, occulte la réalité selon le plan.
    Ne s’y laissant pas prendre Poutine ajoute: « Les excès de justesse politique ont atteint le point où les gens parlent sérieusement d’enregistrer des partis politiques dont le but est de promouvoir la pédophilie. » Un autre abus qui devrait résonner dans les esprits engourdis des Européens « progressistes » et des occidentaux enrichis en fluor.

    Combien d’autres leaders mondiaux se sont prononcés de la normalisation insidieuse et de plus en plus répandue et de la promotion de pédophilie? Obama a-t-il ordonné des arrestations de pédophile massives? L’un ou l’autre Clinton? Bush a fait ou dit quoi que ce soit de significatif sur l’épidémie de pédophilie? (Non. Avez-vous considéré qu’ils pourraient être trop lourdement investis dans l’omerta?)

    Poutine applaudirait sans aucun doute les efforts du Président Trump dans l’organisation de l’arrestation d’environ 1,500 pédophiles sur le sol américain quelques semaines après son arrivée à la Maison Blanche. Où étaient « les progressistes » et « les libéraux » quand cela s’est effectivement produit? Criant toujours d’Hillary?

    Fin 2012 (Obama était toujours en fonction), Poutine a en réalité passé une accord controversé avec le support emphatique de la Duma pour interdire aux parents adoptifs américains d’adopter des enfants russes dans le but d’en protéger simultanément un certain nombre d’opérations de trafic d’enfant en niant, aussi tragique que cela soit, l’existence de beaucoup d’orphelins. L’Amérique adopte plus d’enfants russes annuellement qu’une autre nation.

    Poutine a expliqué que « le pays ne sera pas responsable » de l’abus d’enfants russes par des pédophiles américains. Censément, le Premier ministre russe a averti que l’interdiction demeurera jusqu’à ce que le Président Trump s’occupe de l’épidémie de trafic sexuel et tienne sa promesse « de drainer le marais » pédophile des élites à Washington D.C.

    Il apparaît probable qu’un réseau de pédophiles d’élite dans le D.C. utilise l’adoption pour entraîner des enfants dans le trafic sexuel infantile – ce qui n’étonne personne considérant la saturation célèbre de pédophiles dans les machines politiques de l’Amérique.

    Evoquant la crise de morale qui empire, Poutine a critiqué l’érosion de la religion traditionnelle ainsi que de de ses fondations morales et a noté la dérision implicite « du multiculturalisme » dont les effets insidieux sont passé sous silence: « Les gens dans beaucoup de pays européens sont embarrassés ou ont peur de parler de leurs affiliations religieuses. Les vacances sont supprimées ou même nommées différemment; leur essence est cachée, comme l’est leur fondation morale.

    Les gens essayent agressivement d’exporter ce modèle dans le monde entier. Je suis convaincu que ceci ouvre un chemin direct à la dégradation et le primitivisme, aboutissant à une crise démographique et morale profonde. »

    « L’ours russe » a explicitement critiqué les formes contemporaines « de multiculturalisme », le qualifiant « à bien des égards de modèle transplanté, artificiel … basé en paiement du passé colonial. »
     

    Il est méconnu que la marque inventée et obligatoire actuelle « de multiculturalisme » rabâchée à tant d’entre vous fait partie de la conception de sioniste ayant pour but de réaliser la totalité la domination mondiale (renversant délibérément l’intégrité culturelle nationale et son identité – le multiculturalisme comme une sorte de cheval de Troie). 

    Tout aussi méconnue dans le discours de Poutine figurait une large allusion doublée d’une critique caustique du Nouvel Ordre Mondial a.k.a., un ordre du jour  gouvernemental mondial (Zio-globalist), dont le prix est l’esclavage mondial, comme Poutine lui-même explique:

    « Nous voyons des tentatives de  ranimer d’une façon ou d’une autre un modèle normalisé de monde unipolaire, troubler les institutions de droit international et la souveraineté nationale. Un monde à ce point unipolaire et normalisé n’exige pas d’états souverains; il exige des vassaux. Dans un sens historique cela s’élève à un rejet de sa propre identité, de la diversité donnée par Dieu au monde. »

    Il est évident qu’avec la sortie d’Obama du Bureau ovale et de l’arrivée de Trump, la Russie et l’Amérique ont plus en commun maintenant que les évènements récents. Sans ce changement, nous n’aurions jamais pu nous attendre à une telle opposition (américaine-russe) mutuelle manifeste aux réseaux de pédophile occultes opérant partout dans la politique occidentale et les sociétés (ndlr: secrètes) en général.

    Peut-être verrons-nous après tout le réseau « d’élite » de pédophiles et de satanistes recevoir ce qu’il mérite de notre vivant.

     

    Voir aussi :

    Michael Jackson : l’homme le plus harcelé de ce début du 21ème siècle parce qu’il voulait dévoiler ce qu’il avait fini par savoir

     

    .


    votre commentaire
  •  

    Résultat de recherche d'images pour "macron voyou"

    Macron prépare la plus terrible attaque contre nos salaires de toute l’histoire de notre pays. Du jamais vu.

    La mort du salaire brut

     

    Macron prépare la plus terrible attaque contre nos salaires de toute l’histoire de notre pays. Du jamais vu.

    Il va supprimer le salaire brut.

    Les grands médias des 9 milliardaires font mine de nier ou déforment la réalité : comme si seul comptait le salaire net en bas de la feuille de paie.

    Mais non, c’est le salaire brut qui compte !

    Réexpliquons le à nos concitoyens car le pouvoir cherche à supprimer les feuilles de paie papier et à les « simplifier » pour pas qu’on voit la manœuvre.

    Le salaire net c’est pour payer la force de travail.

    Le salaire brut c’est pour payer la reproduction de la force de travail.

    Le salaire net on vit avec au mois le mois

    Le salaire brut on vit avec tout au long de la vie.

    Le salaire net vous permet de consommer et de vivre quotidiennement.

    Le salaire brut vous permet de faire face à tous les aléas de la vie, quand vous avez besoin de logement, quand vous êtes en charge de famille, quand vous êtes malades, quand vous avez un accident du travail ou une maladie professionnelle, quand vous êtes au chômage, et quand vous êtes en retraite.

    Les cotisations ne sont pas des impôts, elles sont obligatoirement pré affectées à ce pourquoi elles sont collectées, elles ne vont pas aux caisses publiques, car les différentes  caisses de Sécurité sociale sont de droit privé (et devraient être gérées par les cotisants, les représentants des salariés normalement élus comme cela l’était à l’origine de la « Sécu ». Allez revoir le film « La sociale » de Gilles Perret).

    Le salaire brut ce n’est pas une « charge » comme ils le disent, c’est un bonheur.

    C’est une partie du salaire mutualisée et redistribuée à chacun selon ses besoins, c’est ce qu’il y a de plus beau dans notre pays.

    Le salaire brut vous est redonné en « temps différé » quand vous êtes malades, en « temps indirect » pour le logement, mais aussi en « temps réel » quand vous êtes en retraite (car dans ce cas il va en direct, de ceux qui travaillent à ceux qui sont en retraite, la retraite par répartition n’est pas une épargne !).

    C’est le capital, l’actionnaire, l’employeur qui paient votre protection sociale, le salaire brut, chaque mois, en même temps que votre salaire.

    Macron a déjà supprimé les cotisations familiales, il a baissé les cotisations parfois jusqu’à 1,6 ou 1,9 fois le smic.  Là, il supprime et remplace tout par l’impôt.

    C’est vous, par vos impôts, qui paierez dorénavant à la place de votre patron. Un hold up de 470 milliards contre vous ! Un cadeau géant de 470 milliards pour le Medef.

    Pour tenter de masquer ça, ils vont augmenter de quelques euros votre salaire net, mais baisser de centaines d’euros votre salaire brut.

    Ils baissent le haut de la feuille de paie en faisant croire qu’ils augmentent le bas de celle-ci. C’est un coup de bonneteau.

    Et c’est pourquoi Macron diffère le prélèvement de l’impôt à la source prévu fin janvier 2018, purement pour manipuler, cacher cette énorme arnaque.

    Gérard Filoche

    http://www.filoche.net/2017/07/31/macron-prepare-la-plus-terrible-attaque-contre-nos-salaires-de-toute-l%e2%80%99histoire-de-notre-pays-du-jamais-vu/#.WX8ziqF8_Ac.twitter

     

    A RELAYER AUPRES DES TRAVAILLEURS, DES JEUNES, DES FRANCAIS avant les grandes mobilisations de la Rentrée, devant réunir Travailleurs, Etudiants, Lycéens... et leurs familles (eva)

    ALERTE ! Travailleurs, jeunes.. Macron prépare un hold up de 470 milliards contre vous !

     

    En 55 ans de militantisme, Gérard Filoche a publie 35 livres sur les questions sociales, travail santé, Sécu, à votre attention

     

    ALERTE ! Travailleurs, jeunes.. Macron prépare un hold up de 470 milliards contre vous !

     

    Conseillé :

    Macron ciblé par la CIA ?

     

    Voir aussi :

    Est-ce que le code du travail a un effet sur l’emploi ? – Le blog de Gérard Filoche

    Macron ordonne : de CDI et CDD en contrats de chantiers, de mission, de projets, de tâches

     

     

     

    ALERTE ! Travailleurs, jeunes.. Macron prépare un hold up de 470 milliards contre vous !

     

    .

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires