• Macron est l'incarnation du Système dans toute son horreur

    , 

    Macron, démissionnaire triomphant. 6 7 2018

    Macron, démissionnaire triomphant.

    par

    Faire de la politique, c’est accepter d’entrer en conflit avec l’Histoire

    S’il est une vérité que la présidence d’Emmanuel Macron nous rappelle quotidiennement, c’est celle-ci : bien plus qu’une ère de post-modernité, de post-vérité, notre époque est avant tout celle du post-politique. C’est une époque où le politique se définit avant tout par son refus de pratiquer son métier. Ce métier, il préfère le déléguer, si possible sans renoncer à l’apparat et aux rituels que l’on réserve traditionnellement au Souverain.

    Faire de la politique, c’est accepter d’entrer en conflit avec l’Histoire, c’est exercer sa volonté de sculpter le réel, que l’on soit maire d’une commune de mille habitants, ou chargé de fixer le cap d’une nation. La politique disparaît lorsque s’éteint cette volonté.

    Dans une vidéo de quelques minutes, face caméra, le chef de l’Etat nous invite aujourd’hui à participer à un forum – de quoi, pour quoi, nous n’en saurons rien – à l’occasion de la commémoration du centenaire de l’Armistice de 1918. Ce document fascinant nous informe en outre d’une catastrophe à venir : nous vivons dans une époque où la paix est menacée. Nous vivons dans une époque où la prospérité est en danger. Plus que jamais, nous affirme d’une voix ténébreuse, docte et mielleuse à la fois le Président, il est urgent de renouveler cette promesse que nous nous étions faite en 1918 : « Plus jamais ça ». On imagine la scène – costumes d’époque inclus.

    La spécificité de ce président, c’est qu’il est sans doute le premier à revendiquer ce caractère post-politique comme étant la marque de son progressisme et de sa modernité. S’il est assez manifeste que les présidences françaises précédentes étaient sorties de l’Histoire, à des degrés divers, Emmanuel Macron est bien au-delà de ses prédécesseurs : en filigrane, nous comprenons que l’Histoire n’est pour lui qu’un vestige un peu gênant. Elle n’est plus que honteuse et décorative à la fois, lorsqu’il s’agit de semer au vent une référence mondaine donnant du cachet, comme on dit à l’ENA, à un discours un peu plat.

    L’Histoire n’est même plus une notion pertinente, remplacée qu’elle a été par le Progrès. Ce président toise l’Histoire, ne la connaît pas, ne s’y intéresse même pas. La vidéo que j’ai mentionnée plus haut est à ce titre fascinante : on y comprend que les nationalismes et le repli (sic) menacent la paix. Rien n’est dit sur les raisons de la montée des nationalismes, en Europe et ailleurs ; rien n’est dit s’agissant du mouvement de repli qui caractérise la plupart des sociétés occidentales aujourd’hui. Avant-hier, la Hongrie et la Pologne ; hier l’Autriche ; aujourd’hui l’Italie et la Slovénie. Les Etats-Unis, naturellement, depuis 2016.

    Tout est bon, en d’autres termes, pour s’estimer dispensé d’analyser les CONSEQUENCES de la mondialisation, de la construction européenne telle qu’elle a été pensée depuis plus de quarante ans, de la course crétine, cupide et suicidaire à la fois, du capitalisme financiarisé dans sa mouture actuelle, menée dans un vacarme assourdissant et une lumière criarde de casino.

    Celui que les Français ont élu pour faire l’Histoire, ou en tout cas pour les représenter à sa table, n’en est que le commentateur. Ses propos appartiennent à un registre : celui du journalisme, tour à tour indigné et doctement moralisant, vis-à-vis de tous ces affreux régimes qui poussent miraculeusement sur le Vieux continent depuis plusieurs années, ne suscitant rien d’autre que de vagues haussements de sourcils à Bruxelles. Ces imbéciles, incapables de comprendre les bienfaits du Grand Marché européen. Ces êtres primaires, pour ne pas dire primitifs, qui osent refuser le Progrès.

    Nous vivons dans un monde d’indicateurs chiffrés

    Le fait est que nous vivons dans un monde d’indicateurs chiffrés. Nous ne pouvons plus plaider l’inconscience, et nous ne pourrons pas la plaider devant les générations futures, qu’il s’agisse des désastres environnementaux ou des cataclysmes financiers à venir. Tous ces voyants statistiques, si chers à Alain Supiot (dont on ne saurait trop recommander la lecture de tous les ouvrages, d’Homo juridicus à La Gouvernance par les nombres), nous l’affirment avec une morne constance et une impitoyable acuité. Notre monde n’a jamais été aussi bien modélisé, et cette modélisation n’a jamais été aussi facilement et finement accessible à une part aussi importante, fût-elle minoritaire, de l’humanité. Et l’avenir que ces modèles nous prédisent, si la trajectoire ne change pas profondément, glace le sang.

    Il n’est pas ici question d’assommer le lecteur avec des chiffres, des ribambelles de statistiques accablantes. Résumons plutôt, grossièrement, la situation économique que nous traversons dans l’indifférence relative de nos gouvernants : l’endettement, public et privé, a atteint des niveaux qui feraient passer ceux d’avant 2008 pour d’innocentes plaisanteries. L’argent n’a jamais coulé à un débit aussi frénétique, aidé par les politiques monétaires dites non conventionnelles menées par les grandes banques centrales depuis près de dix ans. Et tous ces efforts ne suffisent pas à relancer l’économie réelle, puisque ces milliers de milliards, à l’image des cadeaux fiscaux faits par Donald Trump aux entreprises cette année, servent essentiellement à financer…de l’endettement peu productif, des dividendes et des rachats d’actions.

    Alors que faut-il attendre, aujourd’hui, d’un pouvoir qui professe la liberté, y compris celle de mourir de faim si l’on n’a pas cotisé comme tout le monde (scandaleuse affaire des pensions de réversion, dont on saura le fin mot dans les mois à venir), plutôt que de prôner un sain et bénéfique retour du politique dans sa mission d’autorité, consistant à définir avec impartialité les buts de long terme de la société dont il a la charge ? Que penser d’un personnel politique qui a adopté les codes managériaux, le lexique consternant issu du déplorable business du développement personnel, et les mêmes horizons temporels, que ceux d’un vulgaire gestionnaire de hedge fund ? Que peut-on attendre d’un pays, la France, dont la plupart des traditions socio-économiques, au premier rang desquelles son système de protection sociale – ne  dites plus Sécurité, ce mot détestable est en cours de suppression de notre Constitution – ne sont plus considérées, par ses propres dirigeants, que sous l’angle de leurs effets plus ou moins négatifs sur la compétitivité et la croissance de son économie ?

     Macron quintessence du conformisme politico-économique

    Plus que tout autre, Emmanuel Macron incarne un consensus, ce fameux consensus du cercle de la Raison cher à Alain Minc, grand esprit s’il en est, et qui s’accorde sur une conclusion : l’unique argument de toute politique doit être le mouvement, perpétuel, effréné. Il faut détruire les statuts, fracasser cet affreux sentiment de sécurité qui condamne tout être humain à la fainéantise et à la sclérose. Il faut libérer les énergies. Il faut arrêter d’étouffer les entreprises sous les charges. Et tant pis pour tous ces pays qui nous enseignent qu’avec une vraie stratégie industrielle, un vrai pilotage des politiques publiques, un modèle social protecteur est viable, voire prospère.

    La présidence d’Emmanuel Macron, et c’est en réalité cela qui interroge le plus le bon sens, est bâtie sur un discours soi-disant transgressif qui incarne en fait la quintessence du conformisme politico-économique qui s’est construit depuis trente ans. C’est un concentré issu du Consensus de Washington, mais aussi des rapports d’industriels zélés, de l’OCDE, du FMI, ces rapports qui nous disent tous, depuis des décennies, la même chose : détruisez vos services publics, détruisez vos amortisseurs sociaux, détruisez tout lien humain qui ne soit pas uniquement défini par une logique contractuelle. Détruisez vos vieux totems, détruisez vos archaïques orgueils nationaux, qui ne sont que de vieux jouets hors d’âge dans ce village mondial si festif, si mouvant, si ouvert. Refusez le repli !

    L’idée d’un nationalisme raisonné,

    On aurait donc tort de plaider pour un retour de l’Histoire. Certains le font, et avec talent, comme le philosophe Wolfgang Streeck, un vieux fou certainement, qui défend l’idée d’un nationalisme raisonné, idée qui n’a jamais semblé aussi révolutionnaire qu’en ces temps de nihilisme politique absolu.

    Cette classe politique mondiale, dont Emmanuel Macron est le représentant le plus pur, en ce qu’il arrive à faire passer son absolu conformisme pour le comble du chic révolutionnaire, a renoncé à tout autre chose qu’au constat journalistique bavard, sur fond de délégation croissante de ses pouvoirs, régaliens ou non, aux cercles économiques. Les faits importent peu à celui qui méprise toute réalité échappant à son biais analytique. Il nous faut, de concert, admettre que la Grèce est sauvée, alors que la totalité des indicateurs officiels nous affirment qu’elle est exsangue, simplement parce qu’un morceau de papier, sur lequel c’est écrit, a été signé par un collège de technocrates européens fatigués ; il nous faut croire que l’accord européen sur la question migratoire, qui renvoie en réalité chaque Etat membre à ses propres solutions, incarne le triomphe d’une solution européenne ; il nous faut croire que l’Allemagne acceptera, enfin, un budget européen, au mépris des faits, au mépris de toute connaissance historique de ce pays et de ses principes économiques et budgétaires. Refuser de penser le réel à travers ce prisme hallucinant, c’est être le pire des trouble-fêtes.

    La contestation méthodique et inlassable de ce Progrès, dans l’acception suicidaire et totalisante que nos propres gouvernants nous en proposent depuis quelques décennies, est sans doute la plus nécessaire besogne à laquelle devraient s’astreindre les vrais progressistes, c’est-à-dire ceux qui pensent encore que l’humanité se distingue du règne animal et de ses rapports de force bruts.

    Sous peine de devoir subir encore, pendant de longues et pénibles années, la vente au détail de tout ce qui nous rend capables, en tant que peuple, de définir collectivement le visage que nous souhaitons donner au réel.

    source:http://www.vududroit.com/2018/07/macron-demissionnaire-triomphant/

    https://reseauinternational.net/macron-demissionnaire-triomphant/

     

    Il y a tant d'analyses intéressantes sur Macron ! Celle-ci, par exemple, très originale :

    Le macronisme est avant tout un sarkozysme

    extrait :

    On retrouve également les mêmes dérapages, moins vulgaires, mais bien plus violent dans le propos : ces Français qui « ne sont rien », ses propos sur les « illettrés » de Gad, « l’alcoolisme et le tabagisme » du bassin minier. Peut-être pire encore, son discours de défense de l’oligarchie, ces « premiers de cordée » qui doivent tirer « le reste de la cordée », affirmant qu’il n’est « pas vrai qu’on est juste si on empêche les gens de réussir », osant même affirmant que « les riches n’ont pas besoin d’un président. Ils se débrouillent très bien tous seuls ». Ce faisant, Macron est bien plus violent socialement que Sarkozy, qui semble, a posteriori et de manière bien étonnante, avoir bien plus de mesure

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Thierry Theller
    Lundi 9 Juillet à 07:41

    Les ors de la France ne sont pas ceux de la république maçonnique. Ni ceux des strass et des paillettes.

    Un chef d'État, un vrai, se distingue d'abord par la quantité d'inepties et de discours qu'il ne prononce jamais.

    En revanche, avec le blabla élyséen,  la cacophonie démagogique et les nuisances verbales de la petite « chefferie » macronaniste, c’est l’incohérence étatique absolue. Aux premières loges.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :