• ouighours_syrie2

    Syrie: « La colonie » des ouïghours chinois dans la province d’Idleb

     

    Rédaction du site

    Les chinois ouïghours chinois disposent d’un bastion en Syrie. Il se trouve dans la province d’Idleb et plus précisément dans la localité Al-Zanbaki, proche de la ville Darakouche, à  Jisr al-Choghour.

    Selon l’agence russe Sputnik, c’est à partir de 2015 que 5.000 miliciens chinois musulmans ont franchi la frontière turque pour débarquer  dans ce village, dont les habitants en ont été chassés.
    Après l’avènement des membres  de leurs familles, ils ont installé des colonies et des camps dans une région qui s’étend entre la province nord-est de Lattaquié, en passant par la province sud d’Idleb et jusqu’à la province nord de Hama.

    Leur nombre s’élèverait aujourd’hui à 18.000. Ils ont transformé le village al-Zanbaki   en une colonie, où personne ne peut entrer sans autorisation préalable. Un mur, des camps d’entrainement et des bâtiments logistiques ont été bâtis autour de lui.

    Des sources ont assuré pour Sputnik que ces ouïghours jouissent d’une attention particulière de la part des autorités turques. En raison entre autre du fait qu’ils sont d’origine turcomane. De leur côté, ils vouent à Ankara une grande fidélité, car ils se considèrent comme étant les restes de l’Etat turc en Asie centrale et à l’est de la chine.

    Il se trouve aussi qu’ils ont été installés dans les zones de présence traditionnelle des turcomans syriens dont les milices, brigades turcomane du Littoral 1 et 2 et « les loups gris »  ont été le fer de lance pour envahir le nord de Lattaquié en 2014.

    Selon certaines sources, ils ont leurs propres milices mais combattent parfois aux côtés du front al-Nosra qui mène la coalition de milices jihadistes takfiristes Hayat Tahrir al-Cham.

    La tour de surveillance turque frontalière se situe à 200 mètres du village. Depuis le déploiement turc au nord de la province d’Idleb, des responsables turcs ont multiplié leurs visites vers ses  camps d’entrainement.

    C’est vers là-bas que des tonneaux de chlore liquide ont été récemment acheminés « pour y désinfecter l’eau », depuis l’usine d’Atamah, située dans la région frontalière turque. Raison pour laquelle, les autorités syriennes craignent une attaque chimique contre la province nord-est de Lattaquié et celle sud-ouest d’Idleb, à partir desquelles l’armée syrienne devrait lancer son offensive pour récupérer la province d’Idleb.

     

    Sources : Sputnik, Cham Times,

    http://french.almanar.com.lb/1011078


    votre commentaire
  • ,

    Trois Corporations dirigent le monde: la ville de Londres, Washington DC et le Vatican

    Trois Corporations dirigent le monde: la ville de Londres, Washington DC et le Vatican

    par Algarath

     

    Je déteste la critiquable habitude de certains de voir des conspirations partout. Dites vous bien qu’il n’y en a pas, si ce n’est une lutte des dominants pour conserver leur domination sur nous, dominés, et l’accroître comme en ce moment.

    Je suis persuadé qu’ils sont arrivés à 95% de leur projet, et nous on est une poignée ridicule d’auteurs et de commentateurs, qui passent une partie de notre temps à propulser nos egos, moi y compris.

    Ils avancent à visage découvert, mais se foutent bien qu’une minorité microscopique comprenne ce qu’ils font.

    Les événements mondiaux, dont la plupart sont des trésors d’ingéniosité pour nous enfumer, laissent une trace qui mène à leurs architectes, leurs instigateurs directs. C’est ainsi que nous découvrons qu’il y a trois villes sur terre qui existent sans être soumisses à aucune autorité nationale. Elles ont des lois distinctes, ne paient pas d’impôts, ont leur propre force de police, et même possèdent leur propre drapeau de « l’indépendance ». Folklore ou bien plus ?

    Ces 3 villes contrôlent l’économie, mènent parfois des attaques militaires par forces interposées et sont les êtres spirituels de ceux qui ont le réel pouvoir. Les 3 villes sont en fait des sociétés privées, des corporations comme on les appelle en anglais, et elles sont :

    • la ville de Londres,
    • Le District de Columbia
    • et le Vatican.

     

    Ensemble et à elles trois, ces trois entités contrôlent les politiciens, les tribunaux, les établissements d’enseignement, l’approvisionnement alimentaire, les ressources naturelles, les politiques étrangères, les économies, les médias, et le flux d’argent de la plupart des pays, ainsi que 80% de toute la richesse du monde. Pas mal pour seulement trois organisations apparemment anodines.

    Leur but ultime est de construire un régime totalitaire à l’échelle mondiale où les gens seront divisés en gouvernants et gouvernés, après avoir dépeuplé le monde jusqu’à parvenir à un nombre de personnes restreint qu’ils souhaitent gouverner. Ce que nous devons comprendre c’est que le monde ne fonctionne pas selon ce que nous avons été amenés à croire. Nous sommes noyés dans la désinformation.

    Au centre de chaque Etat de la ville se trouvent des géants phalliques, monuments de pierre en forme appelés obélisques.

    À Londres l’obélisque (aussi appelé, Aiguille de Cléopâtre): Situé sur les rives de la Tamise, cet obélisque a été transporté à Londres et érigé en 1878 sous le règne de la reine Victoria. L’obélisque à l’origine se trouvait dans la ville égyptienne de Sur, ou Héliopolis (la ville du Soleil). Les terres des Templiers étendu à ce secteur de la Tamise, où les Templiers avaient leurs propres quais. De chaque côté de l’obélisque, il est entouré d’un sphinx, plus symbolique, datant de l’ancien monde.

    Au District of Columbia l’obélisque est connu comme le monument de Washington et il a été consacré par George Washington aux soins de la confrérie secrète de Freemason (Francs-Maçons), et plus précisément de la Grande Loge du District de Columbia en 1848. Ils ont également contribué à ériger 22 pierres commémoratives maçonniques. 250 loges financées, le monument obélisque de Washington, y compris l’ordre maçonnique des chevaliers.

    L’obélisque du Vatican: Situé sur la place Saint-Pierre, a été déplacé de l’Egypte à son emplacement actuel, en 1586. Le cercle sur le sol représente le vagin de la femme, tandis que l’obélisque lui-même est le pénis. Ceci est généralement connu comme le symbolisme occulte.

    Les lieux suivants sont les 3 corporations de domination:

    La City de Londres Incorporée

    La ville de Londres a été érigée quand les Romains sont arrivés en Grande-Bretagne il y a 2000 ans et ont construit un port sur la rivière Thames, la Tamise. Exactement 1000 ans plus tard Guillaume le Conquérant (le roi Guillaume III) a donné un statut souverain à la ville de Londres après 1066, lui permettant de continuer de jouir de droits et privilèges distincts tant qu’ils le reconnaîtraient comme roi. Les rois qui ont succédé à William cependant ont décidé de construire une nouvelle capitale et l’ont nommé Westminster. Il y a eu de nombreux cas où le roi et le maire de la Ville étaient en désaccord les uns avec les autres.

    Ce qui est particulier est que les lois adoptées par le Parlement britannique ne sont pas applicables à la ville de Londres. Cependant, la Cité de Londres n’est pas une nation indépendante comme le Vatican.

    Aujourd’hui, la Cité de Londres est une ville de superficie d’un mile carré, un mouchoir de poche. Le deux Londres ont des mairies séparées et élisent des maires distincts, qui perçoivent des impôts distincts chacun de leur côté pour financer leur propre police distincte et qui appliquent des lois distinctes. La City of London a son propre drapeau et son écusson distinct (armes), tandis que la ville de Londres ne l’a pas.

    Le maire de la ville de Londres a un titre, « Le très honorable Lord Maire de Londres » et se promène à l’occasion sur un chariot doré pour les cérémonies du Guildhall, tandis que le maire de Londres porte un costume décoré et prend le bus. Apparemment très folklorique tout ça. Ça semble inoffensif.

    Le maire de Londres n’a aucun pouvoir sur le très honorable Lord Maire de Londres (City of London). Ce qui est unique c’est que la City de Londres est une société et bien plus que le Royaume-Uni, mais a un représentant au Parlement du Royaume-Uni en la personne connue sous le nom ‘Remembrancer’, présente pour protéger les intérêts de la «ville.

    La City de Londres abrite en particulier :

    • La « Banque d’Angleterre «  contrôlée par Rothschild
    • Lloyds of London
    • La Bourse de Londres
    • Toutes les banques britanniques
    • Les bureaux de la Direction générale de 384 banques étrangères
    • 70 Banques des USA
    • Les Fleet Streets journaux et les éditions Monopolistiques
    • Le Siège pour le monde de la franc-maçonnerie, j’ai dit pour le monde !
    • Le Siège pour le cartel de l’argent dans le monde entier connu sous le nom de « la Couronne »

    La City de Londres est contrôlée par la Banque d’Angleterre, qui est une société privée appartenant à la famille Rothschild après que Nathan Rothschild ait écrasé le marché boursier anglais en 1812 et a pris le contrôle de la Banque d’Angleterre. Je vais raconter ça dans un autre article détaillé, restez branché.

    La Reine se réfère à la City of London Corporation comme le « cabinet », mais elle est connue comme « la couronne ». Buckingham Palace est à Londres, mais pas dans la City de Londres et la ville ne fait pas partie de l’Angleterre.

    La City of London contrôle directement et indirectement tous les maires, les conseils, les conseils régionaux, les banques multinationales et transnationales, des sociétés, des systèmes judiciaires (par Old Bailey, Temple Bar et la Royal Courts of Justice de Londres), le FMI, la Banque mondiale , la Banque du Vatican (par NM Rothschild & Sons London et sa filiale italienne Torlonia), la Banque centrale européenne, la réserve fédérale américaine (qui est une propriété privée et secrètement contrôlée par huit banques actionnaires britanniques contrôlée), la Banque des règlements internationaux en Suisse (qui est également sous contrôle britannique et supervise l’ensemble des banques de réserve centrales dans le monde entier, y compris la Fed), l’Union européenne et l’Organisation des Nations Unies.

    La Couronne contrôle le système financier mondial et dirige les gouvernements de tous les pays du Commonwealth, et de nombreux pays hors Commonwealth «occidentaux» aussi bien (comme la Grèce). La Couronne remonte au Vatican, qui est dirigé par le pape (qui possède American Express). En substance, la City of London Corporation deviendrait le « One World Earth Corporation », et serait propriétaire privée du monde. Vous en saurez plus dans les jours qui viennent.

    Washington DC (District de Colombie)

    Washington DC ne fait pas partie des Etats-Unis. District of Columbia est situé sur 10 miles carrés. DC a son propre drapeau et sa propre constitution indépendante. Cette constitution opère en vertu d’une loi romaine tyrannique connu sous le nom Lex Fori. La constitution de DC n’a rien à voir avec la Constitution américaine. La loi de 1871 votée par le Congrès a créé une société distincte appelée Etats-Unis, et un gouvernement d’entreprise pour le District de Columbia. Ainsi DC agit à titre de société par la Loi. Le drapeau du district de Washington de Columbia a 3 étoiles rouges (les 3 étoiles dénotant DC, Cité du Vatican et la ville de Londres).

    Un regard sur les différents traités soulève la question de savoir si des États-Unis demeurent une colonie de la Couronne britannique. La base remonte à la première Charte de la Virginie en 1606 qui a accordé la Grande-Bretagne le droit de coloniser l’Amérique et a donné aux Britanniques (Rois / Reine) de tenir une autorité souveraine sur l’Amérique, et sur ses citoyens. La colonie « Amérique » a été créée après avoir volé l’Amérique à des Indiens autochtones. Il paraît que ces sauvages scalpaient et violaient les femmes, ces vilains ! On aurait bien fait de les exterminer et les placer comme il convient dans des réserves. Si l’Amérique a été colonisée par des sujets britanniques ces personnes sont des sujets du gouvernement britannique.

    Pour annuler tout ça  ce fut le traité de 1783 de la déclaration d’indépendance de la Grande-Bretagne. Toutefois, le présent traité identifie le roi / reine d’Angleterre comme le Prince des États-Unis. (S’il vous plaît se référer www.treatyofparis.com) Néanmoins, selon le dictionnaire loi Bouviers dans les « gouvernements » un sujet doit allégeance permanente au monarque dans ce cas, les sujets britanniques en Amérique colonisée doivent allégeance permanente au monarque. L’inverse est applicable en vertu de la loi constitutionnelle où l’allégeance est due au souverain et aux lois d’un gouvernement souverain ainsi qu’aux indigènes que sont les sujets citoyens.

    Note: le 13e amendement qui a été ratifiée en 1810 ne semble plus dans les copies actuelles de la constitution des Etats-Unis. Il porte sur l’abolition de l’esclavage. Les complotistes apprécieront.

    En 1913, la Réserve fédérale a été adoptée par le Congrès américain ce qui a donné le contrôle total de l’économie Américaine aux banksters Rothschild. La Réserve fédérale est un système bancaire privé qui ne fait pas partie de l’Amérique.

    Il semble que la société américaine soit détenue par le même pays qui possède le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, dont les dirigeants sont tous au service de la Reine et les États-Unis ont aussi été et demeurent une colonie de la couronne qui appartiennent à l’Empire des 3 Ville-États – City of London, Cité du Vatican et à Washington DC.

    Le président américain n’est rien de plus qu’une figure de proue, un guignol, pour les banquiers centraux et les sociétés transnationales – qui sont tous deux contrôlés par le Haut Ecclésiastique de la franc-maçonnerie de la City de Londres, qui abrite le système financier mondial.

    Vatican

    La Cité du Vatican ne fait pas partie de l’Italie ou de Rome. Le Vatican est le dernier véritable vestige de l’Empire romain. L’Etat d’Israël est également dit être un avant-poste romain. La richesse du Vatican a des investissements avec les Rothschild en Grande-Bretagne, en France et aux Etats-Unis, avec le pétrole et les armes. Les milliards de milliards de dollars du Vatican sont censés être à Rothschild, qui contrôle la  «Bank of England» et la Réserve fédérale américaine. L’argent possédé par le Vatican est plus important que celui des banques, des sociétés ou même des gouvernements. Donnez à la messe lors de la quête, faites de l’Église votre héritière et surtout allez vous confesser et obtenez l’absolution pour vos vilains péchés.

    La richesse du Vatican a été accumulée au cours des siècles en taxant les indulgences, et certains papes ont vendu des billets pour le ciel. Ne rigolez pas, c’était un big business.

    La Fabian Society (société fabienne)est une entité qui suivant les écrits dès 1887 est un mélange de fascisme, de nazisme, de marxisme et de communisme. Il est difficile d’imaginer maintenant que tous ces «idéologies» aient également été conçues par les mêmes personnes. Il n’est donc pas surprenant de découvrir que la Fabian Society est à l’origine même de la création de la Chine communiste, du fascisme en Italie et en Allemagne, et du socialisme à l’échelle mondiale. « Mon ennemie c’est la finance » qu’il disait Monsieur Hollande. En voilà un qui nous prend pour des billes. Il y a quand même une majorité de Français qui ont votés pour lui, ce qui prouve l’intelligence de la masse désorganisée et augure pour les prochaines élections.

    Dans quelle mesure les gens ont été dupés explique aussi le rôle joué par la Fabian Society dans la formulation des politiques de l’Empire britannique décolonisé. Cela signifierait également que bon nombre d’indigènes instruits comme britanniques étant donné le prétexte de conduire les nouvelles nations indépendantes auraient aussi été membres de la société Fabian. La prise de contrôle communiste de Russie aussi est réputée être le travail de la Fabian Society britannique, financée par les familles bancaires de la Cité de Londres.

    Un examen plus approfondi des entités comme la Banque des règlements internationaux (BRI), le Fonds monétaire international (FMI), le Club de Rome, le Comité des 300, l’Agence ‘Intelligence’ Centrale (CIA), le Conseil sur les relations étrangères (CFR), La Tri- Commission latérale, les Groupes Bilderberg, la réserve «fédérale», l’Internal Revenue service (s) (IRS), Goldman Sachs, Israël et le lobby israélien, le Vatican, la City de Londres, Bruxelles, l’Organisation des Nations Unies, le Mossad israélien, et l’Associated Press (AP) révélera qu’ils font tous partie de la Fabian Society, qui contrôle également l’Union Européenne.

    Devant une telle constatation, on peut penser qu’on est infiltrés jusqu’à l’os, cuits et archi cuits. Il nous reste à nous engueuler pour être sûrs qu’on est inoffensifs et s’occuper de sujets de société pour que la grenouille cuise lentement jusqu’à être ébouillantée. Destinée funeste pour nous.

    Une citation remarquable est celle du sénateur australien Chris Schacht qui a dit en 2001: «Vous n’étiez probablement pas au courant que nous fabiens ont pris le relais de la CIA, du KGB, du MI5, d’ASIO (sécurité Organisation australienne du renseignement), du FMI, de la Banque mondiale et de nombreuses autres organisations ».

    De tout cela, nous devons réaliser que RIEN NE SE PASSE DE FAÇON ISOLÉE. Par conséquent, chaque événement, si petit soit il, est conçu et orchestré par une poignée de personnes qui contrôlent le monde et ce qui se passe dans le monde. Il n’y a pas de conspiration, il y a une monstrueuse machine qui n’a aucun complexe à apparaître au grand jour. Les seuls rétifs sont des imbéciles comme moi qui écrivent des articles et tiennent des blogs pour une archi minorité.

    Ensemble, ces 3 sociétés sont responsables de :

    1. Changement (global Warming) / climatique – En créant une catastrophe environnementale et en gagnant le prix Nobel, ils ont créé une sensibilisation du public pour un « gouvernement mondial »qui leur donne le droit de prendre des mesures sur les gouvernements nationaux. Connu comme l’ordre du jour des Nations Unies 21. En regardant de plus près ses clauses, on révélera comment les gens auront besoin d’obtenir la permission pour tout ce qu’ils font – en d’autres termes, c’est utilisé pour contrôler les gens. Un directeur qui a le titre de Vice Chairman, très important, des Rothschild de la City, Simon Linnett, a imprudemment écrit des choses qui sont de vrais aveux, tant pour les choses liées au réchauffement que pour les banques centrales et le gouvernement mondial. Les as des sites alternatifs n’ayant aucune connaissance de cela cherchent encore les sources ! Espérons qu’ils se réveilleront avant que tout soit fini.
    1. Le système bancaire fédéral – La Fabian Society a créée le Federal Reserve Act en 1913, soit la remise de l’économie américaine à un cartel de financiers internationaux.
    1. Big Pharma – qui est responsable de droguer le Tiers Monde et une bonne partie d’entre nous. Je le sais j’y ai eu droit un temps.
    1. Système de gouvernement local – la promotion de la décentralisation, et le nouveau concept de conseils régionaux dans le but d’élaborer et d’accroître un système de génération de revenus. C’est un plan d’ensemble pour abolir les gouvernements nationaux souverains et indépendants. La Grande-Bretagne est divisée en 9 régions distinctes de l’UE. Les Britanniques seront choqués de découvrir que les lois de l’UE ont préséance sur les lois britanniques et si elles ont des doutes, ils ont besoin de se demander pourquoi les britanniques et la Reine et ont signé des traités pour remettre le pouvoir.
    1. Abolition des droits de propriété – en 1974 à la propriété privée Conférence Habitat a été identifié comme une menace pour la paix et l’égalité de l’environnement. Utilisation de «environnementalisme» comme un stratagème de la quête était de prendre en charge les ressources de la terre et le placer sous une autorité centrale (ONU) et de délivrer des licences pour le paiement. Qui est propriétaire de l’ONU ? les mêmes familles de banquiers. En 1987, le World Wilderness Congress a été organisé par la Banque mondiale de la conservation de s Rothschild, qui a été mis en place la même année. La Banque mondiale est susceptible d’être remplacée par la Banque mondiale pour la nature – le but est de briser les banques et les actifs nationaux seront également déviés vers la nouvelle banque qui est la raison pour laquelle il y a un but de fusionner les monnaies en 2 ou 3 grands groupes de devises et les remplacer par une nouvelle monnaie électronique qui est dit d’être appelé le «dollar du monde», SDR / DTS puis Bancor ou Phenix. La Nouvelle-Zélande a apparemment transféré plus de 34% de sa superficie en aires patrimoniales des Nations Unies et les parcs de conservation et ceux-ci seront tous appartiennent aux mêmes familles de banquiers. En 1992, la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement au Brésil a été présidée par Mikhaïl Gorbatchev responsable de la division de l’Union Soviétique et par Maurice Strong, l’agent Rothschild de Londres. Le sujet était l’Agenda 21 qui a donné les droits de l’homme supérieurs aux animaux, aux poissons, aux plantes, aux arbres et aux forêts. Mon canari m’en parle tous les jours au réveil.
    1. La Loi Patriot, le projet de loi des Droits de l’Homme, la constitution de l’Union Européenne, la sécurité et la prospérité sont tous manipulés pour placer le pouvoir et le garder placé sous le contrôle de quelques mains. Leurs plans sont tracés chaque année par le groupe Bilderberg et leurs agents animent de nombreux think tanks qui orientent la politique du gouvernement qui sont financés par les banksters qui, en termes réels dirigent le monde. Ainsi, les familles bancaires qui dirigent le monde contrôlent les banques centrales du monde qui impriment de l’argent, donnent des prêts sur les intérêts ce qui explique comment la dette nationale ne diminue jamais.

    Les crises économiques, la crise du pétrole (tout simplement contrôler les prix), les conflits arabes sont tous fabriqués, comme les guerres. Il y a un dicton qui dit que toutes les guerres sont des guerres de banquiers. Le danger est quand la nourriture est placée sous le contrôle est de Monsanto avec les OGM. Monsanto est la même société qui a introduit l’agent Orange, donc il vaut prendre la peine de lire le Codex Alimentarius de l’ONU.

    Le tout si on prend tout ça en compte c’est de garder le moral. Moi par exemple il y a des jours où je suis un peu déstabilisé. Le mieux c’est de penser que tout ça ce sont des conneries. Après tout Voltaire a dit que « La métaphysique est vaine et dangereuse ». Chercher à en savoir trop ou comprendre aussi.

    Algarath

    source:http://algarath-phoenix.com/2018/08/15/trois-corporations-dirigent-le-monde-la-ville-de-londres-washington-dc-et-le-vatican/

     

    https://reseauinternational.net/trois-corporations-dirigent-le-monde-la-ville-de-londres-washington-dc-et-le-vatican/

     

    .


    2 commentaires
  •  

    L’été meurtrier d’Emmanuel Macron

    L’été  meurtrier  d’Emmanuel  Macron

     

    par

    Rubrique : parasitisme

    Je partage l’opinion de Jacques Sapir brillant graphomane, sur les dangers que le macronisme en marche fait courir aux institutions et aux libertés publiques. Aussi, vais-je me comporter en mauvais camarade et lui piquer son dernier papier, qui souligne le danger auquel s’exposerait la République si les oppositions au petit roi ne parvenaient pas à se fédérer. Merci à lui de m’éviter de faire le boulot.

    Ceux qui veulent accéder à l’original, c’est là…

    Régis de Castelnau

     ***

    L’été meurtrier d’Emmanuel Macron

    Jacques Sapir

     

    L’été 2018 aura été meurtrier pour la réputation d’Emmanuel Macron. La combinaison de deux affaires, par ailleurs liées, l’affaire Benalla et l’affaire DisinfoLab, expose de manière crue non seulement les méthodes de la Présidence de la République et du parti qui est son principal soutien, La République En Marche (LREM), mais surtout l’atmosphère et l’idéologie qui règnent dans les milieux proches du pouvoir. Au-delà des conséquences judiciaires que ces deux affaires sont susceptibles d’avoir, au-delà des conséquences politiques qu’elles auront très vraisemblablement, se pose désormais la question institutionnelle : est-il possible de laisser « ces gens-là » continuer à gouverner ? Et, si aucune méthode ne peut donc les en empêcher, quel en sera le prix pour l’ensemble des français ?

     

    Le « Benalla-Gate »

    Reprenons depuis le début. L’affaire Benalla ne se réduit pas aux agissements de ce triste personnage. Il y a eu des à l’évidence des manquements graves d’un point de vue judiciaires, dont mon ami Régis de Castelnau a donné la liste non exhaustive[1]. Cette affaire met gravement en cause le directeur de cabinet de l’Elysée, qui gérait les hommes, mais aussi le Secrétaire général, M. Kohler, par ailleurs mis en cause dans deux procédures disjointes par l’association Anticor pour de multiples conflits d’intérêts et une possible affaire de corruption [2]. Dans toute République autre que Bananière, ces deux hommes auraient dû démissionner. Il est patent qu’il n’en a rien été. Benalla, certes mis en examen, a pu partir pour le Maroc ou, aux dernières nouvelles, il coule des jours heureux…[3]

    Mais, ce que l’on a appris, est qu’il y avait une véritable cellule autour d’Alexandre Benalla, pour s’occuper de manière privée, et en conflit quasi permanent avec les instances chargées légalement de la faire, de la sécurité du Président. La présence de Benalla et de ses acolytes de l’Elysée au sein des forces polices lors de la manifestation du 1er mai est maintenant bien établie[4]. Il faut alors mettre cela en parallèle avec la décision, assez inouïe, d’Emmanuel Macron de prendre le contrôle de la lutte antiterroriste. En créant cette semaine le Centre national de contre-terrorisme (CNCT), Emmanuel Macron en a transformé le coordinateur du renseignement, Pierre de Bousquet de Florian, en un véritable patron d’une équipe de 19 agents, chargée d’un pilotage stratégique[5]. On touche ici à la dimension institutionnelle du problème. Emmanuel Macron cherche à constituer l’appareil de la Présidence en un centre de décision autonome, supérieur au gouvernement de la République. Cela ne répond ni à la lettre ni à l’esprit de la Constitution, qui organise en réalité un système ou le Président est un garant mais pas un acteur direct. D’ailleurs, l’irresponsabilité du Président en découle. Par ailleurs, le comportement même d’Emmanuel Macron qui est allé se justifier le 24 juillet au soir devant les députés LREM[6], constitue une seconde entorse au moins aussi grave à sa fonction. Nous avons donc, là, un véritable problème de respect de la Constitution posé par la Président de la République[7].

     

    DisinfoLab ou l’équivalent de « l’affaire des fiches » ?

    A l’affaire Benalla est venue s’ajouter l’affaire DisinfoLab. Au départ, il y a la volonté de certains, téléguidés par l’Elysée ou non, de créer un contrefeu à l’affaire Benalla, en prétendant que l’émotion autour de cette dernière aurait été « gonflée » artificiellement par la « sphère russophile » ou de la « russosphère » sur Twitter[8]. Tout cela est parti de la présentation sur le blog ReputatioLab, tenu par M. Nicolas Vanderbiest, d’une première étude[9]. La méthode de cette étude, en particulier pour définir la soi-disant « sphère russophile » est extrêmement discutable[10]. On peut parler d’une reductio ad Putinem utilisé par certains pour tenter d’étouffer l’affaire Benalla. Mais, au fil de la polémique, la vérité s’est faite jour. L’activité de cette « russosphère » n’est absolument pas la cause de l’émotion provoquée par l’affaire Benalla, ainsi que le démontre, lui très scientifiquement, Damien Liccia[11]. Une enquête ultérieure, menée par Olivier Berruyer, et validé – il convient de le noter – par Checknews[12], démontre que M. Vanderbiest et ses associés, réunis autour d’une drôle de galaxie qui mélange allègrement les genres de l’ONG pseudo-universitaire à l’agence de communication[13], se sont livrés par ailleurs à un fichage politique illégal[14]. On n’est pas loin de « l’affaire des fiches », ce scandale qui marqua le début du XXème siècle et qui fit tomber le ministère Combes[15]. Or, Monsieur Nicolas Vanderbiest fut l’homme qui a rédigé une bonne part de la très contestée « loi anti-Fake news » qui fut rejeté par le Sénat en juillet[16]. La boucle ici se referme. Nous avons donc un militant proche d’Emmanuel Macron faisant un travail (bâclé) pour tenter d’accuser une soi-disant « russosphère » et mettre implicitement sur le dos de Poutine le scandale provoqué par l’affaire Benalla. Ce même militant a clairement enfreint la loi et s’est livré à un fichage politique. La CNIL s’en est émue et s’en est saisie. Signalons que, diffamé par un communiqué de DisinfoLab, Olivier Berruyer a, lui-aussi, porté plainte.

     

    Des allégories du pouvoir macroniste

    A bien y regarder, les deux affaires Benalla et DisinfoLab sont des allégories du pouvoir macroniste. On peut y voir la vérité de la « start-up Nation », cette combinaison de jeunes incompétents auxquels on confie des pouvoirs discrétionnaires (Benalla) ou que l’on charge des besognes digne d’un cabinet noir (Vanderbiest et DisinfoLab). On y retrouve, sous une forme exacerbée, tout ce qui transpire de ce pouvoir depuis un an. On y retrouve le mépris pour les institutions et les pratiques politiques existantes, le mépris pour la population mais aussi ses élus, le sentiment de toute-puissance qui semble avoir saisi Emmanuel Macron depuis son élection, ce qui le conduit lui où les personnes qui le représentent à mentir ou à dissimuler la vérité. S’y ajoutent une vision parfaitement complotiste de la politique (c’est la faute aux russes), et les menaces, plus ou moins voilées, contre l’opposition. Les Français sont en train de vivre, avec ces deux affaires, le « dévoilement » de la réalité du pouvoir macroniste.

    Mais, après une phase de sidération, les réactions seront très dépendantes des stratégies des diverses forces d’opposition. Emmanuel Macron représente un danger pour la République à travers sa volonté de se constituer comme une force politique « en surplomb » par rapport tant à la société qu’aux institutions. Si les oppositions acceptaient de faire front commun, la réalité du système Macron, ce système qui est en fait profondément minoritaire, ne tarderait pas à être révélée et bientôt paralysée. Car, en dépit de toutes ces affaires et de l’opprobre qui grandit, il faut se souvenir que la force d’Emmanuel Macron repose encore et toujours sur la division de ses opposants.

     

    ———————————-

     

    [1] http://www.vududroit.com/2018/07/affaire-benalla-code-penal-quoi-faire/

    [2]https://www.sudouest.fr/2018/06/04/soupcons-de-corruption-enquete-ouverte-contre-le-secretaire-general-de-l-elysee-5114342-4697.php

    [3] https://o.nouvelobs.com/people/20180807.OBS0625/alexandre-benalla-protege-desormais-une-star-de-la-tele-realite.html

    [4] http://www.liberation.fr/france/2018/07/27/1er-mai-benalla-et-crase-impliques-dans-une-autre-interpellation_1669273

    [5] https://www.lejdd.fr/politique/emmanuel-macron-se-nomme-chef-des-services-secrets-3357200

    [6]https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/agression-d-un-manifestant-par-un-collaborateur-de-l-elysee/affaire-benalla-le-responsable-c-est-moi-declare-emmanuel-macron-face-a-la-majorite_2865345.html

    [7] J’ai abordé cette question dans ma note publiée le 25 juillet sur Facebook, qui a été lue par près de 40 000 personnes. https://www.facebook.com/notes/jacques-sapir/les-trois-fautes-demmanuel-macron/1338889326240982/

    [8]https://www.bfmtv.com/tech/l-affaire-benalla-amplifiee-par-un-gonflage-numerique-sur-twitter-1498400.html Voir aussi https://www.lopinion.fr/edition/politique/affaire-benalla-l-activisme-russosphere-twitter-intrigue-158352

    [9] http://www.reputatiolab.com/2018/07/affaire-benalla-reseaux-sociaux-resurrection-partis-de-lopposition/

    [10] Je l’ai analysé dans ma note publiée le 7 aout sur Facebook, https://www.facebook.com/notes/jacques-sapir/la-reductio-ad-putinem-laffaire-benalla-et-le-crétinisme-journalistique/1353721151424466/

    [11] https://medium.com/@Damien_Liccia/affaire-benalla-une-controverse-sous-influence-2e495e6025ec

    [12] https://www.les-crises.fr/checknews-confirme-que-le-dementi-de-disinfolab-etait-errone/

    [13]https://www.les-crises.fr/de-l-agence-de-gestion-de-crise-a-la-reservation-de-chambres-dhotels-l-etonnante-galaxie-disinfolab-saper-vedere/

    [14] https://www.les-crises.fr/dossier/fichagepolitique-eu-disinfo-lab/

    [15] Charlot P., « Péguy contre Jaurès : l’affaire des « fiches » et la « délation aux droits de l’homme » », Revue française d’histoire des idées politiques, no 17,‎ 1er semestre 2003, p. 73-91. Les « fiches » en question concernaient les idées politiques et religieuses des officiers supérieurs, et étaient rédigées par le Grand Orient de France pour transmission au Ministère de la Guerre.

    [16] https://twitter.com/plociniczak/status/1029288918645202945

    source:http://www.vududroit.com/2018/08/lete-meurtrier-demmanuel-macron/

     

    https://reseauinternational.net/lete-meurtrier-demmanuel-macron/

    .


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    merci

    qui m'a adressé ce tweet :

    Twitter censure abusivement en utilisant le Shadow Ban (RT, 13/01/18, 14...

     

     


    votre commentaire
  • On va se passer du FMI : Pakistan

    350622_5692917_updatesLa presse (des dominants occidentaux) n’a eu de cesse de qualifier le nouveau Premier Ministre du Pakistan, de populiste et de play-boy richissime qui flirte avec les Talibans et de surcroît il serait sans expérience politique. Loin d’être un jeune novice, il avait créé un parti politique dès 1996, le Mouvement pour la justice au Pakistan (PTI) dont il a centré le programme sur la lutte contre la corruption et le favoritisme. Imran Khan, d’origine pachtoune, plaide pour le développement des services publics et s’inspire des principes de l’Islam pour faire advenir une social-démocratie à la scandinave.

    Il défend l’idée d’une réconciliation avec le voisin indien et espère ramener la paix en Afghanistan. Il a de tout temps condamné les relations développées avec les Usa et le Royaume Uni et s’est fait connaître par son opposition aux politiques étrangères de ses prédécesseurs qui n’ont pas su empêcher ni limiter l’activité meurtrière des drones étasuniens dans les zones tribales. La dépendance vis-à-vis du FMI pour l’obtention de prêts, plus de onze plans depuis la fin des années1980, explique pour une bonne part cette perte de souveraineté consentie par des dirigeants corrompus sur une partie du territoire national.

    Imran Khan a été élu sur fond d’une nouvelle crise économique avec fonte de la réserve des devises étrangères, une monnaie malmenée, un déficit budgétaire de 10% et des difficultés à payer les dettes et les importations.

    Les Usa ont prévenu d’emblée que les ‘dollars du FMI’ ne seront pas versés pour payer une dette colossale contractée ‘sans transparence’ avec la Chine. Dépités d’être tenus en dehors du très gros programme d’un montant de 55-60 milliards de dollars de construction d’infrastructures, routes, voies ferrées et port en eau profonde de Gwadar. Tous ces travaux permettront l’accès de la Chine à l’entrée du golfe arabo-persique par une route qui culminera à plus de 4500 m et viendra desservir cet ancien port de pêche du Baloutchistan situé à 80 km de l’Iran. Leur financement est en réalité assuré à 80% par la Chine. L’exploitation et la gestion du port, confiées dans un premier temps à un consortium pro-américain le Port of Singapore Authority, sont passées ensuite discrètement entre les mains de la Chine. Peu désireux d’exposer ses intentions et d’irriter l’Inde, le gouvernement chinois insiste pour dire que le  port est à vocation purement commerciale alors que des spéculations vont bon train sur la construction d’une base navale au large de Gwadar.  Cette perspective de l’utilisation militaire de Gwadar répond au souhait émis par le ministre de la défense du Pakistan au lendemain de l’intervention étasunienne à Abbottabad en 2011 qui s’est soldée par l’assassinat de Ben Laden au corps balancé en haute mer. L’armée et les services de renseignements jusque là relai et cheville ouvrière sérieuse des Séoud et des Usa devant cet acte de lèse souveraineté majeur ont commencé à revoir leurs alliances. D’autant que l’implication du Pakistan en Afghanistan devait être récompensée par l’annexion-attribution des provinces adjacentes mais la guerre s’est révélée ingagnable contre les résistants à l’occupation américaine Les Usa ont récemment suspendu leur aide militaire au Pakistan et ce dernier a refusé de participer à la coalition montée par les Séoud contre le Yémen.

    De façon imperceptible, la Chine s’est imposée comme premier investisseur et partenaire commercial avec l’Afghanistan. Engagée dans la construction d’une voie ferrée et dans l’exploitation de minerais du sous-sol afghan, 8 milliards pour contrôler la mine de cuivre d‘Aynak la Chine prétend jouer un rôle dans l’assainissement des relations entre l’Afghanistan et le Pakistan. Destiné à stabiliser la région autonome du Xinjiang peuplé par les Ouïghours qui ont fourni un contingent appréciable à Daesh en Syrie et en Irak, Pékin envisage d’établir une base militaire conjointe avec le gouvernement afghan sur leur frontière commune. Voici un gros œil de pris, ou constitution d’un fermé topologique, selon une stratégie du jeu de go, silencieuse et efficace. Contrôle du wahhabisme arrivé depuis l’époque des moujahiddines de Brzezinski dans cette province, endiguement de la présence américaine aux contours de plus en plus imprécis, autonomisation du gouvernement afghan vis-à-vis de l’aide internationale, intérêt économique pour les gisements afghans, sécurité accrue pour le futur couloir qui débouche sur Gwadar.

    L’ancien champion de cricket est parvenu au pouvoir par les urnes dans tout ce contexte de désinsertion du Pakistan vis-à-vis de l’emprise étasunienne non sans le consentement au moins d’une partie de l’armée et du redoutable service de renseignement, l’ISI. Un attentat est si vite arrivé. Lors des dernières consultations électorales, en 2013, Imran Khan a dû se retirer après un problème de fracture osseuse survenue pendant sa campagne.

    Le FMI conditionne le renflouement de l’Etat pakistanais à l’application par celui-ci de ses programmes habituels d’austérité et de privations des entreprises publiques ce qui est à l’exact opposé du programme du PTI, construire un Etat providence ‘islamique’ ce qui implique une augmentation et non une réduction de l’engagement financier public.

    Outre que près de deux cents compagnies devraient être cédées au secteur privé, en particulier la compagnie aérienne Pakistan International Airlines lourdement déficitaire, le FMI exige de connaître dans ses moindres détails les termes du contrat de prêt chinois pour la construction des infrastructures, ce que Pékin refuse de révéler.

    D’autres possibilités se dessinent pour le futur gouvernement de coalition pour sortir le Pakistan de cette spirale où la balance des paiements ne peut plus assurer que deux mois d’importations. Un fonds privé qui ferait appel à la diaspora pakistanaise pour souscrire à des actions ‘islamiques’ gérerait les firmes publiques qui resteraient ainsi entre les mains de la nation.

    Le Pakistan espère de la Chine un prêt-relai de 8 milliards, également sollicitée pour accepter le paiement en monnaie pakistanaise au lieu du dollar des importations nécessaires au couloir sino-pakistanais. Le nouveau gouvernement propose aux Séoud le renouvellement d’un mécanisme de paiement différé de l’importation des hydrocarbures et la Banque Islamique de Développement basée en Arabie des Séoud  accorde des facilités de 4,5 milliards de dollars sur 3 ans. La Chine a d’emblée ouvert une ligne de secours de 2 milliards de dollars.

    Il suffit d’observer le volume de ventes d’armement étasunien au Pakistan qui ne cesse de diminuer depuis 2010 et celui vendu par la Chine en augmentation constante pour se convaincre que l’alliance sino-pakistanaise est solide, confirmée par les exercices militaires conjoints. Le Pakistan semble définitivement sorti de l’orbite étasunienne.

    Badia Benjelloun

    (*) L’essentiel des données citées ont été prises dans cette étude d’Elsa Lafaye De Michaux.

    source:http://www.dedefensa.org/article/ancrage-a-la-chine-de-lislam-asiatique

     

    Voir aussi sur cet article l'Iran, et la Malaisie

    https://reseauinternational.net/ancrage-a-la-chine-de-lislam-asiatique/

     

    Voir aussi :

     

    https://www.presstv.com/ DetailFr/2018/08/12/570991/ Etats-Unis-Iran-Turquie- Russie-Chine-Pakistan- sanctions-pression- economiques-alliance

     

    https://reseauinternational.net/quels-sont-les-defis-dimran-khan/

     

    .


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique