• Angela et sa coalition-zombie en cours de désintégration
    http://lucien-pons.over-blog.com/2018/02/angela-et-sa-coalition-zombie-en-cours-de-desintegration.html

    Angela et sa coalition-zombie en cours de désintégration

     

    Il y a eu un accord entre le SPD et la CDU/CSU pour un gouvernement allemand dite de “Grande Coalition”(laquelle n’a plus la majorité dans les sondages, mais passons puisque les sondages ne sont que des photographies d’un instant) ; c’est-à-dire qu’il y a eu un accord d’abord entre Martin Schulz et Angela Merkel, les deux dirigeants des deux partis et comme deux bois morts de la forêt dévastée qu’est la politique allemande ; puis, aussitôt après cet accord déjà des protestations très vives dans les “parties” prenantes, surtout au SPD, jusqu’à un coup de théâtre. Schulz, l’ancien et insupportable président du Parlement Européen fameux pour ses menaces méprisantes à l’encontre des Grecs et des Polonais, a dû en rabattre. Sorti de la salle de négociation en annonçant triomphalement qu’il prenait le poste convoité de ministre des affaires étrangères, il a dû reculer, pressé par la fureur qui a parcouru la direction de son propre parti devant lequel il s’était engagé à ne jamais faire partie d’un nouveau gouvernement Merkel, et renoncer à ce poste au profit du titulaire actuel, le SPD Sigmar Gabriel qui a mené la fronde. Ce qu’Alexander Mercouris nommait déjà “la Grande Coalition-fantôme” est devenue instantanément la “Grande Coalition-zombie” quasiment unijambiste sinon hémiplégique.

    Mercouris, grand connaisseur de l’Allemagne et jugeant la crise allemande actuelle particulièrement grave, avait commencé son article de fond sur l’accord Schulz-Merkel avec la situation initiale (Schultz ministre des affaires étrangères). Il l’a terminé par un “postcript” relatant par le biais du Financial Times les dernières péripéties :

    « M. Schulz a fait face à une vague de colère de la part du SPD après avoir accepté le poste, bien qu'il ait juré de ne jamais servir dans un cabinet dirigé par Angela Merkel :

    » “Les sociaux-démocrates ont déclaré que la volte-face [de Schulz] a laissé le parti avec un énorme problème de crédibilité alors qu'il lance un sondage national de ses 460 000 membres sur l'accord de coalition conclu cette semaine avec les conservateurs de Mme Merkel.

    » Dans une déclaration vendredi, M. Schulz a déclaré que la discussion de son rôle “mettait en danger le succès de l’accord” et qu’il espérait qu’en abandonnant le ministère des Affaires étrangères, il pourrait mettre fin aux “discussions sur les questions de personne au sein du SPD”. “Nous faisons tous de la politique pour les gens de ce pays”, a-t-il dit, “il est donc approprié que mes ambitions personnelles soient reléguées au second plan des intérêts du parti“.

    » Son retrait inattendu intervient après qu'il ait été l’objet d’une attaque furieuse du ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, qui l'a accusé d'avoir trahi ses engagements en acceptant son poste. M. Gabriel a déclaré au groupe de presse Funke qu'il avait été un ministre des Affaires étrangères efficace et populaire, mais que ‘les nouveaux dirigeants du SPD se fichent clairement de cette appréciation publique de mon travail’.

    » Berlin a été secoué de tumulte depuis que les conservateurs d'Angela Merkel et le SPD de M. Schulz ont dévoilé mercredi leur nouvel accord de coalition, au milieu d'une fureur généralisée sur la façon dont les postes ministériels étaient répartis entre les deux partis.

    » L'accord de 177 pages est conçu pour mettre fin à l'impasse politique laissée par les élections peu concluantes de septembre, au cours desquelles les deux partis ont perdu des voix en faveur de l'Alternative d'extrême droite pour l'Allemagne. Mais l’affaire a été éclipsée par la dispute sur quelles personnalités ont obtenu quels ministères.

    » De leur côté, les conservateurs sont absolument déchaînés : le SPD, qui n'a remporté que 20,5% des suffrages – son pire résultat dans l'histoire de l'Allemagne d'après-guerre – s’est vu également confier le ministère des Finances, qui depuis huit ans est le fief de la CDU de Mme Merkel. Au SPD, la colère à propos de la nomination de M. Schulz au ministère des Affaires étrangères était encore plus grande ...” »

    Cela conduit Mercouris à sa conclusion finale qui laisse ouverte, sinon grande ouverte la porte à de nouveaux rebondissements dans ce qui est désormais, et de loin, la crise politique la plus grave de l’Allemagne d’après-guerre : « Cette révolte et la décision de Schulz d’abandonner le ministère des Affaires étrangères soulignent le fait qu’essayer de perpétuer le gouvernement de la ‘Grande Coalition’ qui a perdu tant de soutien en septembre est une très mauvaise idée. Le fait que Schulz ait été obligé de partir, et la réaction également furieuse à propos de cet accord de la part de nombreux membres du SPD et de la CDU/CSU, semblent signaler que l’accord pourrait bien être en train de se désintégrer... »

    L’épisode laisse effectivement présager d’autres tribulations pour cette “Grande Coalition” qui semble être rien de moins que mort-née ; qui, si elle se met tout de même en place, n’aura guère d’autorité ni de latitude d’action, comme un gouvernement de crise perpétuant l’apparence d’une sauvegarde... L’accord avec ses péripéties permettent d’avoir une vision impressionnante des ravages causés au système politique allemand, aussi bien par la politique de Merkel de ces dernières années que par la décrépitude de l’establishment, le vieillissement et l’inanité du personnel de direction, et notamment des dirigeants les plus en vue, le désordre interne des deux principaux partis, etc. Quelle différence avec l’Allemagne d’il y a trois ans, qui dictait sa loi à la Grèce comme si elle était le IVème Reich et faisait marcher l’Europe au pas de l’oie ! L’Europe justement : alors que Macron commence à rencontrer des difficultés sérieuses après l’hébétude fascinée qui suivit sa victoire, son attente des retrouvailles d’un “partenaire” allemand solide pour relancer une dynamique européenne selon la vision conventionnelle se trouve confrontée à de très sérieux obstacles. D’ores et déjà, l’élimination de Schulz du poste des affaires étrangères représente un sérieux revers pour Macron, Schulz étant un partisan acharnée d’une intégration européenne au forceps, selon ses habitudes ; au contraire, Gabriel est plus tenté par un équilibrage de la politique allemande, passant par une amélioration des relations avec la Russie, à laquelle une Merkel extraordinairement affaiblie ne pourra guère s’opposer.

    Encore tout cela reste-t-il de la spéculation du meilleur des cas, celui où l’accord SPD-CDU/CSU de mercredi dernier serait accepté sans autre remous, et le nouveau gouvernement mis en place dans les mêmes conditions. Après l’épisode Schulz et le constat d’un si fort mécontentement des cadres des deux partis pour un accord qui ne satisfait personne, l’hypothèse d’une désintégration de cet accord est loin d’être hors de propos. On se trouverait alors dans une impasse, après avoir essayé toutes les formules, avec la possible nécessité de nouvelles élections qui pourraient être catastrophiques, – en fait, une autre sorte d’impasse pour les partis dominant, ou ex-dominant. (Actuellement, le SPD est à 17%, presque rejoint par l’AfD eurosceptique d’extrême-droite avec 15%, et il est probable que les dernières péripéties ont encore réduit cette marge minimaliste. D’autres déplacements de voix sont probables et ces divers facteurs font que de nouvelles élections pourraient réserver des surprises catastrophiques pour l’establishment.)

    Il se confirme par conséquent que l’Allemagne se trouve dans une crise politique profonde, qui ébranle le régime lui-même. L’Allemagne suit la tendance crisique très forte qui affecte tous les pays du bloc-BAO, d’une façon ou l’autre, spécifiquement selon les pays, alors que les crises extérieures (en Syrie et au Moyen-Orient avec la “folie-compulsive” US, à “D.C.-la-folle” où se poursuit l’affrontement autour du pouvoir, etc.) continuent à se développer au rythme du “tourbillon crisique”. C’est un des derniers pôle d’une stabilité-Système qui tend à se dissoudre, tandis que le partenaire français de l’Allemagne, incapable de se dégager des engagements extérieurs catastrophiques de ces dix dernières années, continue à cultiver une exceptionnelle absence d’influence par rapport à ce que ce pays pourrait prétendre, – contribution française à la Crise Générale de l’Effondrement.

    Avec la quasi-sécession en cours des pays d’Europe de l’Est (“les quatre de Visegrad”), l’Europe est sur la voie d’une sorte de désintégration par délitement et par dissolution de l’intérieur (autre approche du même processus que risque de suivre la “Grande Coalition” de la pauvre Merkel). Tout semble donc fonctionner, avec une quasi-parfaite coordination, pour poursuivre le processus de l’effondrement. Ce qui est remarquable, c’est la diversité des approches, et combien, les divers dangers identifiés (la montée du populisme, identifiée depuis 4-5 ans) ne se manifestent pas comme on les attend mais s’adaptent aux diverses situations. C’est qu’en vérité, il n’y a pas à craindre un danger ou l’autre qui attaquerait le Système puisque le seul danger est le délitement et le processus d’autodestruction alimentés par le Système lui-même. C’est de plus en plus une affaire qui roule...

    http://www.dedefensa.org/article/angela-et-sa-coalition-zombie-en-cours-de-desintegration

    .

     

     


    votre commentaire
  •  

    Très courte vidéo où tout est dit sur ce qui nous attend...

    Si nous ne réagissons pas, toute notre vie est menacée !

     

     

    Merci à Ariane  Walter

    https://www.facebook.com/ariane.walter/posts/10156057558413610

     

     

    .

     


    votre commentaire
  • Loi d'obligation vaccinale annulée

    par la Cour Suprême

    du Conseil de Transition

     

    Cour Suprême, décision réf.: 2017/1.

     
    COUR SUPRÊME
    Ministère Public
     
     OBJET: Loi d’obligation vaccinale.DEMANDEUR: Conseil National de Transition.Réf. 2017/1.
     

    DÉCISION
     
    - Considérant qu’un enfant est incapable d’assurer seul sa propre survie, ce sont les parents qui sont responsables d’assumer ses nécessités vitales jusqu’à l’âge où il devient autonome. Toutes les cultures du monde ont adopté leurs règles sociales sur ces «Droits et Devoirs Parentaux», base du droit familial et des libertés individuelles qui exige que les parents «ont aussi le devoir absolu et indiscutable de les défendre contre tout ce qui peut leur faire du mal, cela rentrant dans le cadre de la légitime défense» (Dr Paul Chavanon, Louis Pommier).
     
    - Considérant qu’au mépris de ce droit millénaire, la caste qui s’est arrogé le pouvoir en France souhaite annuler ce droit familial en imposant par une «loi vaccinale»  l’injection de produits chimiques aux jeunes enfants malgré les milliers de professionnels de la santé ayant démontré leur nocivité et les conséquences dramatiques que subiront un grand nombre de ces enfants, sachant que selon une étude sur 800.000 enfants ayant reçu des vaccins, plus de 600.000 en subissent les séquelles, soit physiques, soit psychiques, parfois les deux, que pour la plupart ils auront à supporter toute leur vie («Pr Boyd Haley et Elke Arod – « Les racines de nos maladies » ed. Dauphin).
     
    - Considérant que le danger ne réside pas seulement dans les vaccins, mais surtout dans la suppression du «droit parental naturel» qui permettrait par la suite à cette caste d‘imposer l’implant «RFID» afin de «pucer» les bébés, comme on le fait déjà pour les animaux de compagnie, voire par la suite de les soumettre aux règles du  «transhumanisme».
     
    - Sachant enfin que toutes les études indépendantes ont révélé que les doses d’aluminium contenues dans ces vaccins allaient irrémédiablement bloquer le processus de développement intellectuel (ce que l’on constate déjà chez un grand nombre d’enfants vaccinés), ce qui produirait une génération d’êtres amoindris dans leurs facultés mentales et physiques, et donc une humanité en dégénérescence.
     
     
    Le Ministère public de cette Cour Suprême, saisi par les représentants du peuple français constitués en  Conseil National de Transition, seule autorité légitime de la nation française conformément au droit international, considérant,
    • · Que la «liberté» fait partie des «droits sacrés et imprescriptibles de l’Homme», selon la plus haute juridiction française.
    • Que ces droits sont nommés «sacrés» et «imprescriptibles» parce qu’ils sont à la base de la loi d’harmonie naturelle et universelle, qui serait détruite si l’enfant n’avait plus droit à la protection et à la sécurité offerte par le droit parental et la société responsable.
    • Qu’en faveur ou opposés au concept de «vaccination», les parents doivent conserver le pouvoir de changer d’opinion. Ils ne peuvent donc abandonner leurs droits, ni tolérer que d’autres (personne ou institution) se substituent sans leur consentement à leur responsabilité parentale.
    • Que la menace d’emprisonnement et d’amende pour les parents refusant d’abandonner leurs droits «sacrés et imprescriptibles» est anticonstitutionnelle.
    • Que l’imposition d’une loi aussi illégitime risque de provoquer de graves troubles à l’ordre public en générant des frais sanitaires de très longue durée que toute la nation devrait supporter.
     
    DÉCLARE,
    La nullité de cette loi en raison de son inconstitutionnalité.
     
    ET DILIGENTE,
    Une enquête concernant les personnes, d’Agnès Buzyn, d’Edouard Philippe et d’Emmanuel Macron, pour leur prise d’intérêts au profit (non exclusif) des fabricants de ces vaccins qui est manifestement à l’origine de cette tentative de retirer aux parents un droit pourtant protégé par la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, la plus haute autorité dans la hiérarchie des normes de la constitution française.
     
    Cette décision du «Conseil d’éthique» est adoptée à l’unanimité des 23 membres, le 09 décembre 2017 pour valoir ce que de droit.
     
    Le Président
    Pierre Guillemot
     
     
     
    La France bientôt démantelée, dénaturée,
    et une humanité totalement spoliée, asservie, écrasée, ligotée
     
     

     
    Mes tweets :
     
     ALERTE,vidéo à voir par TOUS! 30 mn,Tout est bouleversé,de France soumise à OTAN sous Sarkozy à destruction PME ou sexe violence drogue devenant des normalités. Future humanité dégénérée en préparation, dictature.. Cf CENSURE N°1 en FRANCE, Police gestapo..
     
     
    2) En quelques années,nous allons TOUT perdre ! Par ex,TOUS nos droits parentaux; TOUTES nos libertés,comme le dénoncent des syndicats de magistrats; déjà la parole est censurée,et SEULE la Pensée Unique sera tolérée, nous devrons TOUS nous plier à la politique (macron), ou gare !
     
    Les bons voeux de macron aux Français sont ceux de Satan ! Retenons qu'il VEUT et fera TOUT pour faire ce qu'il veut, conduisant à la fin de tout ce qui fait la France,démantelée,dénaturée,et à une humanité totalement spoliée,asservie,écrasée,ligotée. Effrayant ! Réagissons vite
     
    Pour info,c'est moi (après qu'il ait lu mes analyses depuis 10 ans sur mon 1er blog qui m'a fait connaître R-sistons à l'intolérable,dénaturé par over-blog en 2015,abandonné depuis) qu'il avait choisi pour le représenter en France.J'avais refusé,me contentant d'analyser,d'alerter
     
    RT Satan a un nom : Attali 
     

     


    votre commentaire
  •  <p>Alain Borer chez lui &#224; Chambon (Indre-et-Loire) le 22&#160;octobre 2017. &#160;&#160;</p>

    « La fin du passé simple, c'est la perte d'une nuance de l'esprit »

     

    ENTRETIEN. Alors que le passé simple disparaît peu à peu des manuels scolaires et des romans, l'essayiste Alain Borer tire la sonnette d'alarme.

     

    Propos recueillis par
    Publié le 19/12/2017 à 06:14 | Le Point.fr

    Le passé simple serait-il un temps en voie de disparition ? Affirmatif, selon l'amoureux de la langue française Alain Borer, auteur en 2014 de De quel amour blessée, Réflexions sur la langue française (Gallimard). Après la perte du subjonctif, qu'il date des années cinquante, le passé simple serait lui aussi en train de disparaître de la langue française. Loin d'être une querelle de linguistes, la mort programmée de ce temps aura, selon le spécialiste d'Arthur Rimbaud, des conséquences dramatiques, dont la difficulté d'accès aux grands textes pour les plus jeunes.

    Le Point : Le passé simple ne s'apprend plus qu'aux troisièmes personnes du singulier et du pluriel en début de collège, la littérature jeunesse se lit de plus en plus au présent et au passé composé… Vous-même, qui êtes juré dans cinq prix littéraires, vous constatez ce recul du passé simple dans la littérature contemporaine. Comment expliquer ce désamour ? Est-ce dû à la complexité de ce temps dit « simple » ?

    Alain Borer : Comme le russe ou l'arabe, la plupart des langues du monde, en effet, ne distinguent que trois temps : le passé, le présent, le futur. À leur différence, la temporalité des langues romanes, et notamment celle de la langue française, s'attache à situer le sujet parlant dans des situations temporelles de haute précision, comme le futur antérieur ou le plus-que-parfait, qui permettent des nuances, des fictions, des analyses, d'une subtilité précieuse. Telle est la grande découverte – la grande difficulté, aussi, pour les enfants comme pour les étrangers qui apprennent notre langue – que font par exemple les Asiatiques en apprenant le français : qu'il y a DES passés différents, alors que le passé dans les langues idéogrammatiques ne se déduit que du contexte.

    La Chanson de Roland, écrite en l'an mille, rapporte des faits qui ont eu lieu deux siècles auparavant : le passé simple permet de fournir, même dans un récit au présent un imparfait à l'intérieur du passé : « Alors pleurèrent cent mille chevaliers » ! Ou Flaubert : « Il partit. Il voyagea. Il revint. » Tel est le temps par excellence du récit (qui n'a rien de commun avec le passé composé : il est parti, il a voyagé, il est revenu), qui constitue par conséquent un trésor pour la littérature.

    Le passé simple traîne une réputation de temps élitiste, bourgeois voire aristocratique. Pourtant, on l'employait autrefois à l'oral et encore aujourd'hui dans les langues régionales.

    Le passé simple se lisait dans des millions de lettres de poilus entre 1914 et 1918, s'entendait dans les campagnes à l'époque de Racine, et se trouvait encore dans les colonnes du journal L'Équipe jusqu'à ces temps récents ! Il s'agit d'une pensée de la temporalité par une communauté de représentations, élaborée pendant mille ans (datation du grammairien belge Hanse), c'est-à-dire d'une vision anthropologique particulière, et par extension, d'une question de civilisation. En ce sens, le disparition en cours du passé simple n'est pas dissociable de la disparition des autres temps de la conjugaison, plus-que-parfait et futur antérieur, à l'indicatif et totalement au subjonctif.

    Vous dites que la disparition du passé simple s'inscrit dans un mouvement plus large : celui de la disparition du vidimus. Qu'est-ce donc ?

    J'ai identifié le vidimus comme étant la caractéristique principale de la langue française. Vidimus signifie la vérification par l'écrit (les accords, qui ne se prononcent pas ou bien se font entendre et ont valeur sémantique). Par exemple : « ils entrent ». Nous faisons entendre le S de la conjugaison (ilZ) et ne prononçons pas ENT. C'est une des difficultés de la langue française, alors que dans toutes les autres langues, tout se prononce. Cesser de transmettre le vidimus : rien n'est plus grave. La ministre Vallaud-Belkacem, en déclarant que « la grammaire est négociable », est assurée de casser le logiciel même de la langue française en deux générations.

    L'Éducation nationale serait une des responsables de la disparition du passé simple ?

    Oui, pour des raisons politiques, l'Éducation nationale, depuis le collège unique, avec des ministres idéologues, comme Jospin et Vallaud-Belkacem, ignorants militants de la langue française, y a participé. De plusieurs façons : en n'enseignant plus la langue française à travers sa littérature (mais par des articles de presse, de la littérature jeunesse, voire du rap) et en réduisant le nombre d'heures d'enseignement de français. L'association Sauver les lettres a montré qu'un enfant scolarisé aujourd'hui reçoit, rien qu'en primaire, 630 heures de français de moins qu'un enfant des années 1960. Presque deux ans !

    À l'heure d'Internet et des intelligences artificielles, le passé simple a-t-il encore sa place ?

    Le monde numérique implique la rapidité des échanges et la réduction des messages. Et la dimension virtuelle confond par principe le fait et l'hypothèse, c'est-à-dire ne distingue plus entre le fait et l'hypothèse, entre l'indicatif et le subjonctif. Cette temporalité approximative se substitue à la précision des temps de langue française évoqués, de même que l'imparfait et le passé composé écrasent les autres nuances temporelles. Cela relève de ce que j'appelle le réchauffement sémantique – le passage d'une langue « froide », analytique, précise, à une langue « chaude », approximative et supposée plus « rapide » : phénomène par lequel la langue française tend à imiter l'anglais.

    Las, le passé simple comme l'imparfait du subjonctif : (« Lola n'avait plus qu'à goûter les beignets avant qu'on les expédiât… », Céline, Voyage au bout de la nuit) paraissent des nuances trop compliquées pour des sociétés saisies de rapidité et dépourvues de précision.

    Quelles seraient les conséquences d'une disparition totale du passé simple ?

    La perte du passé simple, dans l'usage comme dans l'apprentissage, coupe les générations à venir de leur histoire littéraire, en l'occurrence du plus grand trésor de littérature que constitue la littérature française ; elle oralise la langue au détriment du vidimus, c'est-à-dire qu'elle prépare la langue française à devenir une langue comme toutes les autres : dans laquelle tout se prononce. Et donc, moins attractive : on apprenait la langue de Molière pour lire Rimbaud ou Proust, pas pour dire bouster, checker, liker…

    Plus grave encore, la perte du passé simple, après celle du subjonctif, c'est surtout pour chaque locuteur la perte d'une nuance de l'esprit, d'une précision fine, la perte de ce que l'on appelle l'heuristique : la capacité de mettre au point sa propre pensée.

     

    http://www.lepoint.fr/societe/la-fin-du-passe-simple-c-est-la-perte-d-une-nuance-de-l-esprit-19-12-2017-2181037_23.php

     

    ;


    5 commentaires
  • ,

     “ Je parle Hébreu et ma patrie c’est la Palestine.

    Contrairement à Israël, une organisation politique raciste et nationaliste, la Palestine est une entité géographique.

    La Palestine est authentique et vraie ; Israël est artificiel et imposé.” (1)

    Gilad Atzmon  (2)

     

    Noël...

    Commémoration de la naissance de Jésus à Bethléem, en Palestine.

     

    Célébrée dans le monde entier, malgré les virulentes attaques des fanatiques athées... Comme on vient de le voir aujourd'hui même, au Vatican, où trois Femen, les seins nus et assurées de leur impunité, se sont précipitées pour saccager la crèche et enlever la statuette de Jésus nouveau-né...

     

    Noël : Ma Palestine ...

     

    Tous les Chrétiens, à commencer par les Chrétiens Palestiniens encore dans leur pays ou en exil, portent en leur cœur cette Lumière de fraternité, de courage, d'honnêteté, de compassion,  et de tolérance. Même s'ils n'ont pas toujours la force de caractère de parvenir à pratiquer, sans défaillance, ces valeurs au quotidien.

     

    Les musulmans, aussi.

     

    Pour eux, Jésus, Aïssa en arabe, est le dernier des grands Prophètes avant Celui qui prêcha l'Islam. Sa mère Marie, Maryam ou Myriam en arabe, est considérée comme une sainte. Une sourate du Coran, la 19° aux 98 versets, porte son nom.

     

    Le Président Iranien dans ses félicitations adressées au Pape, pour cette fête de Noël, n'a pas manqué de faire référence au message de Jésus dans sa lutte contre la pauvreté, dans tous les sens du terme ; et contre la discrimination, dans ce monde où une oligarchie paranoïaque s'estime appartenir à une race supérieure et détenir le droit d'imposer sa loi au reste de l'humanité...

     

    Jésus, Homme de Paix, qui ne cessait d'exhorter les "Hommes de Bonne Volonté" : "Aime ton Prochain comme Toi-même"...   Voir Bethléem, en ces jours de célébration, envahi par la soldatesque coloniale, matraquant, pourchassant, dans les grenades et balles, toute contestation de sa sauvagerie. A l'exemple de l'ensemble de la Palestine, survivant sous le joug d'une dictature aussi sanguinaire que psychopathe, spoliant ce pays et ravageant sa région... Erigeant Jérusalem en capitale.

     

    "Tenir compte de la réalité", ânonnent-ils... Evidemment, ces illuminés prenant leurs désirs pour la réalité...

     

    Femmes et enfants ne suffisent plus... Jusqu'à tuer des handicapés en chaise roulante manifestant sans violence...

     

    Regardez la photo...

     

    Ce Palestinien s'appelait Thuraya. Il était amputé des deux jambes suite à un bombardement des troupes d'occupation en 2008. Il participait à toute les manifestations pacifiques dans sa chaise roulante. Ayant expérimenté le sadisme de ces massacreurs de populations sans défense s'acharnant à donner coups de crosse et de matraque sur ses moignons, il les protégeait dans un seau de peinture en plastique.

     

    Ces salopards l'ont tiré, ces jours derniers, comme un pigeon.

    Noël : Ma Palestine ...

    Ma Palestine...

     

    J'admire ton courage, ta ténacité. Tu sais, nous savons, qu'un jour tu trouveras ta Liberté et ta Dignité, comme tes pays frères et voisins.

     

    Depuis des décennies, cette région subit pillages, dévastations, et chaos imposés par une coalition d'une soixantaine de pays barbares. Des pays de l'hémisphère sud y envoient même leurs avions la bombarder : l'Australie, entre autres... Au nom de la lutte contre le terrorisme, qu'ils organisent eux-mêmes...

     

    Tout cela aura un terme...

     

    L'Espoir !

     

    Je te dédie cette chanson d'Adriano Celentano, Preghero, qui est en fait une prière adressée à Jésus. Une prière d'espoir. Ne jamais désespérer.

     

    "Tu verras, tu verras...", sont les derniers mots de sa chanson.

    Oui, tu verras...

     

    Ô Ma Palestine ...

     

     

     

     

    1.    “I do speak Hebrew and my homeland is Palestine. Unlike Israel, a racist and nationalist political apparatus, Palestine is a piece of geography. Palestine is authentic and genuine; Israel is artificial and imposed.”
    In : Entretien avec Manuel Talens. Entretien paru, sous le titre “La belleza como arma politica”, dans la revue mensuelle mexicaine Memoria, n° 202, décembre 2005.

    2.  Georges Stanechy, Gilad Atzmon : Le Jazz et le Juste..., 8 février 2008, http://stanechy.over-blog.com/article-16427694.html

     

    http://stanechy.over-blog.com/2017/12/noel-ma-palestine.html

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique