• L'UE est une entité monstrueuse ! La Grèce victime

    Petite sélection d'articles sur la situation en Grèce. Et par extension, sur la nature monstrueuse de l'UE, appauvrissant toujours plus la Grèce pour enrichir l'Oligarchie financière ! Au point même de l'asservir et de la dépouiller de son patrimoine ancestral... (eva)

    Grece: Cinq choses importantes à savoir

     

    MISE EN PLACE D’UN GOUVERNEMENT DE COLLABORATION

    Cinq choses importantes à savoir :

    1 – Ma fille Lisa et d’autres témoins du départ des incendies (qui habitent aussi en bordure de montagne à Ilioupoli) affirment avoir entendu plusieurs explosions. Au moins pour quatre des nombreux départs de feu. Ils dénoncent également des déploiements de MAT (CRS) en grand nombre, un peu partout, qui auraient dérangé et interrogé à plusieurs reprises les initiatives auto-organisées de la population (les « autorités » sont dépassées) ce qui a énervé beaucoup de gens (plusieurs interpellations, ce qui est vraiment de la provocation).

    2 – Tsipras n’est pas avec Obama, contrairement à ce que racontent certaines rumeurs, il est à Athènes, en train de mettre en place l’accord « Merkollande » (nombreuses mesures d’urgence).

    3 – Ne laissez pas dire que la Grèce va recevoir une aide de sept milliards. C’est complètement faux : toute cette somme n’est qu’un simple tour de passe-passe pour les créanciers, rien de plus. Ce n’est que pour le trou noir d’une dette inique. Du sur mesure. La population n’aura rien. Rien du tout.

    4 – Ne laissez pas dire que la Grèce aura, à terme, 25% d’un fond de 50 milliards. Il ne s’agit, en vérité, que de privatisations massives et délirantes du bien commun à grande échelle (infrastructures, électricité, montagnes, îles, plages, etc.). En réalité, les Grecs seront dépossédés de 75% de tout ce qui sera vendu (qui ira exclusivement à la dette et aux banques). Et, au mieux, il restera 25% qui ne pourront être utilisés que selon la volonté de la troïka qui décide désormais de tout en Grèce : aucune loi ne peut être votée sans son accord. Pour celles/ceux qui n’aurait pas compris, la Grèce est purement et simplement devenue une colonie sous la tutelle de la troïka. Nous venons de vivre un coup d’état. Et le nouveau gouvernement, actuellement mis en place, n’est rien d’autre qu’un gouvernement de collaboration.

    5 – En effet, Tsipras vient à l’instant d’exclure, parmi ses ministres, tous ceux qui ont critiqué l’accord terrible de lundi matin. L’accord de la honte : celui de la soumission politique. Même Panagiotis Lafazanis, ministre de l’écologie et de l’énergie, l’un des principaux fondateurs de Syriza et l’une des figures de l’insurrection de l’Ecole Polytechnique contre la dictature des Colonels est démis de ses fonctions. C’est la chasse aux sorcières. Et apparemment, ce n’est pas fini…

    On est loin, très loin, du référendum du 5 juillet. Les jours semblent des années.

    Yannis Youlountas | 17 Juillet 2015

    Source: http://blogyy.net/2015/07/17/contre-information-vs-desinformation-2/

    http://arretsurinfo.ch/grece-cinq-choses-importantes-a-savoir/

     

    Défaite de la Grèce, défaite de l'UE

    (..) les créanciers ont alors immédiatement compris le message : l'exécutif grec craignait davantage la sortie du pays de la zone euro que l'abandon de son propre programme. On aurait pu s'en douter dès le 22 juin lorsqu'Athènes avait déjà présenté un plan d'austérité. Mais le « non » au référendum avait été une contre-offensive qui, compte tenu du résultat, pouvait donner un mandat implicite au premier ministre pour réaliser le Grexit. Il n'en a pas jugé ainsi. En grande partie parce qu'il a commis l'erreur de ne pas le préparer.

     

    Dès lors, la position grecque était extrêmement fragile. En effet, pur un petit pays aussi affaibli et endetté que la Grèce, la seule force dans les négociations était la menace de la sortie de la zone euro. Menace que, sans doute, il fallait éviter de mettre en oeuvre si c'était possible, mais qu'il fallait brandir assez sérieusement pour faire douter le camp d'en face. Dès lors que cette menace était levée, Athènes n'avait aucun moyen de pression. La position grecque s'était alors entièrement découverte. Et les créanciers ont pu, sans crainte d'une rupture, augmenter leurs exigences. Pour cela, le moyen était fort simple : il suffisait de menacer la Grèce d'une sortie de la zone euro. Comme cette dernière n'en voulait à aucun prix, il était simple de lui faire accepter d'autres conditions et d'annuler ainsi une partie des succès obtenus durant six mois de négociations, notamment le retour des « revues » de la troïka, l'instauration du travail du dimanche et la mise en place d'un fonds de 50 milliards d'euros issus des privatisations pour recapitaliser les banques, rembourser la dette et faire des investissements productifs. Et pour bien faire comprendre à la Grèce qu'elle devait filer droit cette semaine et voter les « réformes » souhaitées, le premier ministre néerlandais Mark Rutte a prévenu que le « Grexitn'était pas encore exclu.

    (..) les créanciers - et Angela Merkel l'a confirmé explicitement - restent attachés au mythe de la viabilité de la dette publique grecque. Un mythe qui va continuer de coûter cher à la Grèce qui va ployer pendant des décennies sous le poids absurde de cette dette, la condamnant à une austérité sans fin et à la méfiance des investisseurs.

    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/la-defaite-de-la-grece-la-defaite-de-l-europe-491792.html

    • Grèce : la vraie nature du troisième mémorandum

      Par Romaric Godin  |  15/07/2015

    Sans accord sur la dette, le "plan d'aide" est voué à l'échec.

    Sans accord sur la dette, le "plan d'aide" est voué à l'échec.(Crédits : Reuters Christian Hartmann) Le nouveau "plan d'aide" endettera encore davantage la Grèce sans lui permettre de réellement sortir de l'ornière. Il n'a pour fonction que de "couvrir" les non-dits sur la dette des dirigeants européens.

    Le rapport du FMI sur la viabilité de la dette grecque a été perçu comme un « soutien » aux demandes de restructuration d'Alexis Tsipras. Mais son mérite n'est pas là. Il met au jour avec une clarté bienvenue le nœud des six derniers mois de négociations, et pourquoi, au final, ces dernières se sont achevées par une reddition de la Grèce. Ce que le FMI répète (il en est convaincu depuis longtemps), c'est que sans travail sérieux sur le poids de l'endettement public grec, aucun accord n'est réellement raisonnable. Or, quoi qu'on en dise ici ou là, rien ne laisse présager que Berlin accepte d'ouvrir sérieusement le dossier dans les prochains mois, bien au contraire. L'accord du 13 juillet sur la dette ressemble aux engagements pris en novembre 2012 : vagues et sans doute faits pour être oubliés rapidement.

    Qui a bloqué ?

    Dès lors, lorsque l'on revient sur le déroulé des négociations, on se rend compte que  les blocages ne sont jamais réellement venus de la Grèce ou du FMI, qui demandaient précisément un accord global intégrant ce travail. Le blocage est venu des seuls partenaires qui refusaient toute discussion sur le stock de dettes grecques : les pays de la zone euro. Ce sont eux qui ont contraint le FMI à durcir sa position en exigeant davantage de garanties pour rembourser une dette délirante et, ainsi, à rejeter la proposition grecque du 22 juin, conduisant Alexis Tsipras à convoquer un référendum. Ce sont eux qui ont amené les Grecs à refuser des « réformes » stériles tant que le poids de la dette était aussi lourd. Autrement dit, à refuser une spirale du surendettement qu'ils ont finalement réussi à imposer.

    La morale pour couvrir un montage de Ponzi

    Les gouvernements de la zone euro, en se cachant derrière des arguments moraux qui ne soutiennent pas l'examen historique et économique (« il faut payer ses dettes »), ont ainsi imposé un nouveau tour de cavalerie financière : la Grèce s'endettera donc auprès du MES (Mécanisme européen de stabilité) pour rembourser les dettes dues à « sa » banque centrale et au FMI. Avec le rapport du FMI, c'est donc l'absurdité du nouveau « plan d'aide » à la Grèce qui éclate au grand jour. Nul besoin de s'interroger longtemps pour le comprendre : ce troisième plan ressemble furieusement aux deux précédents : faire financer ce montage à la Ponzi par des mesures d'austérité qui garantissent avec certitude l'augmentation du poids de la dette grecque et l'incapacité future de rembourser cette dette. Immanquablement, il faudra proposer un quatrième plan qui augurera d'un cinquième...

    Pourquoi le poids de la dette a augmenté

    On l'a souvent oublié sous la montagne de propos moralisateurs qui se sont déversés sur ce débat, mais le problème de la dette grecque, ce n'est pas son stock nominal qui a reculé depuis 2011, notamment après la restructuration de la dette privée en 2011 (le « PSI »), c'est son rapport à la richesse nationale grecque qui s'est effondré plus rapidement. Les créanciers estiment que cette baisse s'explique par un « manque de réformes. » C'est une position intenable au regard de la trajectoire des finances publiques grecques qui se sont redressées très rapidement, le pays dégageant même un excédent primaire structurel record. La réalité, c'est que ce sont ces « réformes » (en réalité des coupes aveugles) qui ont réduit le PIB et rendu insoutenable la dette. Une preuve suffira : toutes les projections d'impact de la consolidation budgétaire sur la croissance depuis 2010 ont été des erreurs grossières. Bref, c'est la logique à l'œuvre en zone euro qui a échoué. Raison de plus, pour les dirigeants européens, de la poursuivre en l'intensifiant.

    Un plan voué à l'échec

    Le nouveau plan échouera donc comme les autres puisqu'on se refuse à tirer les leçons du passé. C'est, pour le moment, la seule certitude dont on dispose. La volonté des créanciers de tenir en laisse le gouvernement grec en laissant les banques fermées jusqu'à la signature d'un accord et, sans doute, en laissant le financement de ses banques sous perfusion jusqu'à la réalisation des réformes, va continuer à peser sur le PIB et à maintenir les investissements et les dépenses non essentielles à l'état de projets. Dans un pays ravagé comme la Grèce, ces retards ne sont pas anodins, ils mettent en péril la croissance future. Viendra ensuite la mise en place des mesures d'austérité dans un pays où la demande intérieure est déjà comprimée, ce qui pèsera lourd sur la croissance. La Grèce, l'expérience l'a montré, affiche des multiplicateurs budgétaires importants. Certes, il y aura les 35 milliards d'euros promis par la Commission. Mais n'oublions pas que ces sommes sont en réalité dues à la Grèce. Ce n'est pas une aide, c'est une régularisation. Le poids de la dette va donc encore augmenter. Le FMI prévoit un « pic » pour cet endettement à 200 % du PIB, sachant que toutes ses prévisions passées étaient beaucoup trop... optimistes.

    Un « fonds » de privatisation absurde

    Sans parler évidemment de ce fameux « fonds » financé par le produit des privatisations que l'on estime à 50 milliards d'euros. Ce chiffre n'est basé sur aucune réalité. Longtemps, le gouvernement grec a demandé à ce que les privatisations soient mieux réalisées, en prenant en compte la valeur réelle des actifs vendus. On a crié au scandale, au manque de volonté. On a demandé d'aller vite. Mais dans un pays à l'économie en lambeaux comme la Grèce, obtenir rapidement des recettes élevées de la privatisation d'actifs ravagés par l'austérité budgétaire et disposant de faibles perspectives (en raison du poids de la dette) relève de l'impossible. Cela relève au mieux d'oeillères idéologiques, au pire d'une inconscience coupable. Entre 2010 et 2015, les privatisations grecques ont rapporté 5,4 milliards d'euros. Ce fonds ne sera donc pas alimenté, c'est un leurre. Mais, à coup sûr, on verra dans la non réalisation des objectifs une nouvelle preuve du manque de volonté hellénique et l'on demandera donc des coupes budgétaires supplémentaires pour compenser le manque à gagner...  Et cela permettra de ne pas évoquer la dette, puisque les Grecs "ne respectent pas les règles". Ce qu'on promet à la Grèce, ce sont, comme le titrait ce mercredi 15 juillet au matin le quotidien conservateur Ta Nea, des « années de plomb. » Le maintien du pays dans la zone euro se fera donc au prix fort.

    L'objectif réel des créanciers : cacher leurs mensonges

    Ce n'est donc pas la « Grèce » qui a été sauvée lundi 13 juillet, ce sont les non-dits des dirigeants européens qui, pour ne pas perdre la face, pour ne pas reconnaître devant leurs électeurs leurs erreurs, sont prêts à placer un pays de la zone euro dans une position sociale, économique et politique désastreuse. L'erreur d'Alexis Tsipras aura été de croire qu'il pouvait obtenir un « accord mutuellement favorable » comme il l'a martelé pendant cinq mois. L'objectif des créanciers n'étaient pas de trouver un tel accord, c'était de dissimuler leur choix d'avoir monté un monstre financier à partir de 2010 derrière un discours moral pour empêcher d'en assumer les conséquences logiques : le renoncement à une partie de la dette grecque. Irréalisme et populisme : ces deux critiques que l'on a tant appliquées à Alexis Tsipras auraient en réalité dû s'adresser aux créanciers.

    Faire payer les générations futures

    Les dirigeants de la zone euro sont comme ces « grands menteurs » qui se créent des vies parallèles et doivent en permanence ajouter de nouveaux mensonges aux anciens pour maintenir la cohérence d'une vie qui, au fil du temps, devient de plus en plus intenable. Ces affaires se terminent toujours mal, car le château de cartes finit par s'effondrer. Dans le cas grec, il faudra immanquablement, d'une façon ou d'une autre, en venir à l'annulation des dettes. Si les créanciers s'y refusent, les Grecs feront défaut unilatéralement. L'irresponsabilité des dirigeants de la zone euro éclatera alors au grand jour, car leurs « plans » continuels n'auront fait qu'augmenter la facture. En attendant, tout se passe comme si ces dirigeants ne poursuivaient qu'un seul but : faire porter la responsabilité de cet inévitable moment à leurs successeurs et le fardeau de ses conséquences aux générations futures. Voici où mèneront les leçons de morale de ces dirigeants inconscients.

    Occasion perdue

    Décidément, la zone euro a raté, durant ce premier semestre 2015, une occasion unique. Dès les premiers moments, Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances d'alors, a proclamé qu'il « ne voulait pas de l'argent des créanciers. » Son but était alors d'ouvrir un vrai débat sur la dette afin que la Grèce puisse rembourser ce qu'elle pouvait rembourser. On comprend alors mieux la haine qui l'a immédiatement entouré : il était celui qui voulait mettre à jour l'immense refoulé qu'il y a sur la dette, celui qu'il s'agit de cacher à tout prix. L'occasion d'en finir avec cette logique a été perdue. Les Grecs et tous les Européens le paieront, au final, très cher.

    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-la-vraie-nature-du-troisieme-memorandum-492098.html
     
     
     

    L’intenable posture de M Tsipras. Par Liliane Held-Khawam

    By Mickael - Fondateur de News360x
     
    (..) L’Union européenne n’est rien d’autre qu’un marché unique qui définit et impose ses normes. Oubliez donc tout raisonnement qui traite d’Etat, de Nation, de décision à la majorité, d’impliquer les petites gens, de besoins sociaux, etc.

    Le marché unique a vocation à s’agrandir et à unifier le monde par sa privatisation grâce et autour de la finance. Le marché européen est un sous-ensemble du marché mondial. Et un marché doit faire de l’argent. Toujours plus, toujours plus vite. Les faibles et les lents n’y ont pas leur place. La performance du marché dépend encore   – mais plus pour très longtemps grâce à la science et la technologie- des performances humaines et se traduit par des normes qui doivent être les mêmes du Nord au Sud de l’Est à l’Ouest de la planète. Elles portent le nom d’homogénéisation, harmonisation, globalisation…

    Cela ne suffit pourtant pas. Des mesures de  surveillance et de contrôle doivent être mises en place pour mesurer la performance et le degré d’atteinte des objectifs. Les législations d’un pays, ses spécificités ou pire l’Autorité étatique, doivent s’effacer face aux normes communautaires.

    Il est impossible de faire cohabiter les besoins d’une nation et de son peuple avec ceux d’un marché mercantile et vorace.

    Pour bien appréhender la tragédie grecque, il faut imaginer une chaîne avec à une extrémité, le peuple grec et à l’autre les patrons de la haute finance internationale qui chapeaute le marché unique et TOUS les processus de sa mondialisation.Au milieu de cette chaîne, on trouve le représentant du peuple grec, M Tsipras et en face de lui, les représentants du marché, les hauts responsables de l’UE. Dernier détail, cette chaîne n’est pas horizontale, mais verticale avec en haut les tenants du marché unique -de la finance internationale-  et en bas le peuple grec. (..)

    http://news360x.fr/lintenable-posture-de-m-tsipras-par-liliane-held-khawam/

     

     
    Les dettes allemandes                                              et la dette grecque

    Les dettes allemandes et la dette grecque

    Deux poids, deux mesures «L'âne vint à son tour et dit: J'ai souvenance Qu'en un pré de Moines passant. La faim, l'occasion, l'herbe tendre.(..). Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net. A ces mots on cria haro sur le baudet. (...) Selon que vous serez puissant ou misérable, …

     

    Europe : On efface tout, on recommence

    Nous y voilà ! Devant l’évident constat que le projet européen ne valait pas tripette bien qu’il existe depuis des décennies, et devant les très fortes critiques acerbes et justifiées qui s’exercent à son encontre et de plus en plus, ce qui commence à chauffer sec pour ses abatis, la réplique des ploutocrates européistes ne s’est pas faite attendre. Y’a qu’à …

     

    Grèce : Que penser de                                              tout ça ? 

    Grèce : Que penser de tout ça ?

    On a tous tellement écrit avant la reddition de Tsipras, on a tous tellement lu sur le combat à mort avec la Troïka, et aussi espéré, que ne rien dire maintenant serait comme si nous nous résignions nous aussi. Ce serait accepter une double défaite car à la débandade de Syriza s’ajouterait notre propre déception, pour ne pas dire une

     
    Grece

    Grèce : Écœurés

    Il n’y a pas d’autres mots pour exprimer sa réaction au déroulement de la crise grecque. On se demande ce qui est pire, la hargne de l’Euro groupe à gagner ou la trahison de Tsipras. Démonstration vient d’être faite qu’un référendum ne sert à rien. On nous avait fait le coup en 2005, et voilà qu’avec plus de 60% du …


     

     
    See you soon, Mr                                              Varoufakis

    See you soon, Mr Varoufakis

    Contre toute attente, Yanis Varoufakis a démissionné à l’issue du référendum qui pourtant lui a donné pleinement raison. Il y a des gens qui ne méritent pas plus un mandat quelconque qu’un commentaire sur leurs propos, et c’est le cas du recyclé Français qui sévit partout où il passe et brille par sa nullité. Écoutons ainsi le verdict stupide d’Harlem …

     

     

     

     


    votre commentaire
  • « Ils veulent transformer l’Algérie en une autre Syrie »

    Publié par Gilles Munier sur 10 Juillet 2015, 17:39pm

    Catégories : #Algérie

    « Ils veulent transformer l’Algérie en une autre Syrie »

    Revue de presse : Algérie Focus. com (10/7/15)*

    Le célèbre journaliste palestinien Abdel Bari Atwan a lancé un véritable pavé dans la mare ce jeudi. Dans son éditorial publié par son média en ligne Rai Alyoum, il est revenu sur les événements tragiques et sanglants qui ont secoué l’Algérie à travers la région de Ghardaïa.

    “Il y a un plan diabolique qui vise à transformer l’Algérie en une autre Syrie”, avertit tout simplement Abdel Bari Atwan qui a dirigé pendant des années le célèbre journal arabophone al-Quds al-Arabi, un prestigieux quotidien basé à Londres.

    “L’Algérie est visée. Et quand nous disons qu’elle est visée, c’est parce que les informations en notre possession sont très fiables. Les promoteurs du scénario sanglant qui est en train de ravager la Syrie veulent l’exporter vers l’Algérie”, détaille encore celui qui est considéré comme l’un des éditorialistes les plus importants de la presse arabe. Un éditorialiste qui a affirmé toute sa solidarité avec l’Algérie et son peuple en ces moments très cruels.

    Photo : Abdel Bari Atwan

    Source et titre original: Abdel Bari Atwan avertit les Algériens/”Ils veulent transformer l’Algérie en une autre Syrie”

     

    Sur la situation en Algérie, lire aussi :

    Algérie - Folie meurtrière au Mzab : 25 morts

    1962- 2015 : Avons-nous un plan B pour sauver l’Algérie ?

    53ème Anniversaire de l’indépendance: 25% des Algériens prêts à quitter le pays…

    Quand le peuple algérien se réveillera

    http://www.france-irak-actualite.com/2015/07/ils-veulent-transformer-l-algerie-en-une-autre-syrie.html

    .

    Ghardaïa : Hassan Nasrallah met en garde l’Algérie contre le danger du “confessionnalisme”

    Publié par Gilles Munier sur 11 Juillet 2015, 19:37pm

    Catégories : #Algérie

    Ghardaïa : Hassan Nasrallah met en garde l’Algérie contre le danger du “confessionnalisme”

    Par Abou Semmar (revue de presse : Algérie Focus.com – 11/7/15)*

    Hassan Nasrallah, le célèbre secrétaire général du parti libanais Hezbollah, a mis en garde vendredi l’Algérie contre le danger du “confessionnalisme” qui risque d’enclencher une véritable “Moussiba” (calamité). Dans son discours prononcé à l’occasion de la traditionnelle “Journée de Jérusalem”, Hassan Nasrallah a abordé les tragiques événements qui ont secoué la vallée du M’zab.

    “Je n’ai pas d’informations très détaillées, je ne vais pas prétendre que je maîtrise ce dossier, mais l’Algérie risque de sombrer dans une lutte confessionnelle”, indique le leader du Hezbollah selon lequel la propagande médiatique menée tambour battant par les chaînes de télévision arabes autour des événements de Ghardaïa démontre que l’Occident tente de donner une dimension confessionnelle aux affrontements intercommunautaires à Ghardaïa. Des affrontements qui exposent l’Algérie au danger des “violences confessionnelles”. Un fléau alimenté, d’après lui, en partie par les puissances occidentales et Israël pour semer le chaos dans le monde arabe.

    Photo : Hassan Nasrallah

    *Source : Vidéo. Fitna à Ghardaïa/ Le leader du Hezbollah met en garde l’Algérie contre le danger du “confessionnalisme”

     

    Sur la situation en Algérie, lire aussi :

    « Ils veulent transformer l’Algérie en une autre Syrie »

    Algérie - Folie meurtrière au Mzab : 25 morts

    1962- 2015 : Avons-nous un plan B pour sauver l’Algérie ?

    53ème Anniversaire de l’indépendance: 25% des Algériens prêts à quitter le pays…

    Quand le peuple algérien se réveillera

    http://www.france-irak-actualite.com/2015/07/ghardaia-hassan-nasrallah-met-en-garde-l-algerie-contre-le-danger-du-confessionnalisme.html

     

    .

    Qui est derrière les fausses images des victimes des événements de Ghardaïa ?

     
    Rafik Meddour

    La manipulation médiatique bat son plein à Ghardaïa. Archives/New Press
    Depuis les affrontements meurtriers qui ont endeuillé, mercredi dernier, la Vallée du M’zab, de nombreuses photos circulent sur les réseaux sociaux. Des photos de personnes mortes ou gravement blessées présentées comme celles des victimes de Ghardaïa. Mais ces images ont été, en réalité, prises ailleurs, en dehors de l’Algérie, en Irak, en Syrie ou encore au Yémen. Ceux qui les ont postées ont pris le soin de les légender en arabe pour tenter de faire croire qu’effectivement il s’agissait de photos de massacres commis à Ghardaïa. «Regarde ce que font les “Khaouaridj” ibadites Ben M’zab… de nos frères malékites à Guerrara, Berriane et Ghardaïa. 13 martyres ont été tués par des lâches criminels… », peut-on lire sur l’une des nombreuses vidéos en circulation sur les réseaux sociaux ou disponibles sur YouTube. On voit bien des corps sans âme allongés dans une pièce, pleins de sang. Pas plus. Rien n’indique que ce sont des Algériens. Une telle image peut être filmée dans n’importe quel endroit de la planète. Le plus grave est le texte venimeux qui l’accompagne. Un texte qui vise à attiser la haine dans la Vallée du M’zab et accentuer les tensions entre les habitants de la région au moment où tous les corps de l’Etat s’attellent à ramener la paix dans cette partie du pays. S’il y a des personnes vigilantes qui ont tenté d’attirer l’attention des internautes sur ces fausses images, cela n’a pas empêché que d’autres usagers des réseaux sociaux les partagent et les diffusent largement, en tombant dans le piège de la manipulation. Ces images ont même été reprises par des médias étrangers, à l’instar de ceux du voisin de l’Ouest, le Maroc, qui se livrent à des traitements tendancieux et bien orientés des événements tragiques de Ghardaïa. Loin de la rigueur et de l’objectivité que nous dicte la profession, ces médias à la solde du Makhzen font dans l’amplification, en dénaturant la réalité et en diffusant des images prises en Syrie ou au Yémen qu’ils présentent comme celles de Ghardaïa. Mais la question qui mérite d’être posée : qui sont derrière ces fausses images des victimes des événements de Ghardaïa ? Qui cherche à attiser les tensions ? Les auteurs de cette manipulation ont-ils agi de l’intérieur du pays ou de l’étranger ? Les services de sécurité doivent s’intéresser à ces pyromanes qui cherchent à aggraver la situation à Ghardaïa. Il ne faut pas sous-estimer l’impact de ce genre de propagande déjà utilisée efficacement en Libye, où on a réussi à faire croire à des massacres commis par le régime de Mouammar El Kadhafi. La bataille sécuritaire n'est pas uniquement sur le terrain à Ghardaïa. Elle est aussi sur les réseaux sociaux. Car, ceux qui véhiculent la haine sur le web sont aussi responsables de la dégénérescence de la situation dans cette région.

    Rafik Meddour

     
     
    .
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    votre commentaire
  •  

    La Grèce, nouveau laboratoire de la stratégie du choc
    par Nicolas Bourgoin

    mardi 7 juillet 2015, par Comité Valmy

     

    La Grèce, nouveau laboratoire de la stratégie du choc

    La «  stratégie du choc  » est une politique de démantèlement des biens publics et de réduction drastique des libertés menée après une grave crise économique, politique ou environnementale, un attentat ou une guerre. Elle s’inspire des techniques de lavage de cerveau et de privation sensorielle employées par la CIA visant à détruire la mémoire du sujet, briser ses capacités de résistance et obtenir une « page blanche » sur laquelle écrire une nouvelle personnalité. A l’échelle d’une population, il s’agit de faire « table rase » du passé en réduisant à zéro le patrimoine public d’un pays, ses structures sociales et économiques pour y construire une nouvelle société. Privées de leurs points de repères, littéralement en état de choc, les populations victimes de ce traitement se sont vues spoliées de leurs biens publics (éducation, santé, retraites) et de leurs libertés par l’oligarchie et ses élites sans même pouvoir et vouloir se défendre. Les Chiliens sous la dictature de Pinochet ou les Argentins sous celle de Videla, les Russes victimes de la « thérapie de choc » de Boris Elstine, les Irakiens victimes de la campagne de bombardements intensifs américains de mars 2003 baptisée Shock and Awe (choc et effroi), le peuple de Louisiane victime du cyclone Katrina, les Américains victimes de l’escroquerie du 11 septembre et ses dérives liberticides, les Lybiens ou les Syriens en proie au terrorisme international, les Ukrainiens victimes du coup d’Etat made in CIA, les Sud-Africains, les Chinois ou les Polonais victimes de la contre-révolution néo-libérale,… la liste est encore longue de tous ceux qui ont servi de cobayes à cette doctrine insensée née dans le laboratoire de l’Université Mac Gill à Montréal. Elle a provisoirement épargné l’Europe de l’Ouest… jusqu’à la crise des subprimes de 2007-2008.

     

    Bienvenue en Grèce, laboratoire européen du « capitalisme du désastre » où sont testées les limites de la résistance humaine : un taux de chômage (officiel) à 25 % (plus de 50 % chez les jeunes), un tiers de la population vivant sous le seuil de pauvreté, plus d’un tiers sans couverture maladie, des services publics en déliquescence laminés par des cures d’austérité draconiennes, un patrimoine public (sites archéologiques, îles, forêts, aéroports, compagnie de gaz ou d’électricité, …) bradé pour une bouchée de pain à des sociétés privées… et une population à bout de souffle, devenue incapable de se défendre. La raison de cette capitulation ? le traumatisme provoqué par la violence de la crise imposée au peuple grec par l’oligarchie bancaire, sapant toute velléité de résistance à la destruction systématique de la sphère publique : « Attendre une crise de grande envergure, puis, pendant que les citoyens sont encore sous le choc, vendre l’État morceau par morceau, à des intérêts privés avant de s’arranger pour pérenniser les « réformes » à la hâte[1] » est un bon résumé de ce qu’ont subi les Grecs. Ce véritable coup d’État financier a nécessité plusieurs phases de préparation dont la menace actuelle de faillite imminente du pays, prélude à sa mise sous tutelle financière, est l’aboutissement. Récit d’une tragédie (grecque) en 5 actes.

     

    1er acte : créer les conditions d’une crise du crédit (2000-2007)

    Au début de la décennie 2000, les USA se lancent dans la folie du crédit sans limites. Les emprunteurs, même non solvables, contractent des formules de prêts immobiliers de plus en plus risquées, et le plus souvent à taux variable. Dans les premières années, les taux sont bas et les emprunteurs peuvent rembourser facilement mais au fur et à mesure qu’ils augmentent un nombre croissant de personnes ne peuvent plus rembourser leur emprunt immobilier et sont contraintes de vendre leur bien, faisant ainsi chuter les prix du marché, première étape de la crise. Ces emprunts « toxiques » (car ayant des risques élevés d’être non-remboursés) sont compilés avec d’autres produits financiers bénéficiant artificiellement de la meilleure note (AAA) des agences de notation pour être ensuite échangés sur les places boursières du monde. La banque d’affaires américaine Goldman Sachs est l’une des pionnières dans la création de ces « subprimes ». Coup d’arrêt au printemps 2008 : les ménages emprunteurs ne peuvent plus rembourser leurs prêts à cause de la montée des taux d’intérêts, la bulle de l’endettement privée éclate et le système se grippe. Le système financier est contaminé par ces titres pourris et la contagion est rapide : leur valeur s’effondre, la confiance des investisseurs chute et le système du prêt interbancaire est vite gelé.

     

    Le bénéfice est triple pour l’oligarchie bancaire : après avoir tiré profit du crédit facile dans la première phase, elle fabrique les conditions d’une crise artificielle qui obligera les États (donc l’argent public) à les renflouer dans la seconde phase et elle décuplera ses gains en plaçant des pays entiers sous sa dépendance grâce au creusement des dettes souveraines et au gonflement des taux d’intérêt de leur financement, dans la troisième.

     

    2ème acte : déclencher une crise de la dette (automne 2008)

    Le déclencheur de la crise dite des « subprimes » est connu. L’administration Bush nationalise AIG et Bank of America, rachète Merril Lynch … mais refuse de sauver la banque d’investissement Lehman Brothers qui se déclare en faillite le 15 septembre, faisant alors chuter toutes les places boursières mondiales. Par cette décision, le secrétaire au Trésor Henry Paulson fait d’une pierre trois coups : il sacrifie un concurrent direct de Goldman Sachs – banque qu’il a présidé entre 1998 et 2006 et dont il continue en sous-main de défendre les intérêts –, et il fabrique les conditions d’une crise providentielle pour la finance tout en raflant l’argent public aux seuls bénéfices des banques privées grâce au « plan Paulson ».

     

    3ème : fabriquer une crise bancaire en Europe (2008-2009)

    Conjointement présenté par la Réserve fédérale et le Trésor, le « plan Paulson » de rachat des actifs toxiques américains, d’un montant de 700 milliards de dollars, est voté au Congrès américain mais sans toutefois convaincre les investisseurs. Le CAC40 et le Dow Jones connaissent une chute historique le « lundi noir » (6 octobre 2008). Il faudra, pour calmer les marchés, que 7 banques centrales mondiales (États-Unis, Europe, Royaume-Uni, Canada, Suède, Suisse et Chine) s’accordent pour baisser leurs taux directeurs d’un demi-point.

     

    4ème acte : la transformer en crise économique (à partir de 2009)

    La crise financière devient rapidement une crise économique. De nombreux pays rentrent en récession, la consommation des ménages chute, les entreprises accusent des pertes énormes et sont obligées de réduire leurs effectifs salariés ou font faillite, le chômage explose : de l’automne 2008 à fin 2009, le taux passe en France de 7,9% à 10%, aux USA il double de 5 % à près de 10 % et il triple en Grèce de 8 % à plus de 24 %. Le secteur automobile est particulièrement touché. Aux États-Unis, le géant américain General Motors se déclare en faillite en juin 2009, seulement trois mois après Chrysler.

     

    5ème acte : Goldman Sachs peut alors placer ses pions en Europe…

    La Grèce a joué le rôle du cheval de Troie d’une gouvernance bancaire européenne. Première étape, la faire entrer dans la zone euro. C’est ce à quoi s’est employée activement la banque Goldman Sachs en maquillant ses comptes pour sous-estimer ses dettes et ses déficits déjà élevés, notamment par la levée de fonds hors bilan.

     

    Deuxième étape : provoquer une crise de la dette européenne en étranglant financièrement la Grèce par une montée des taux d’intérêt et attendre la contagion à d’autres États.

     

    Troisième étape, placer ses pions dans les États les plus sévèrement touchés par la crise de la dette qui débute au printemps 2010 : Lucas Papadémos, nouveau Premier ministre grec, Mario Monti, nouveau président du Conseil des ministres italien (nommé et non élu), et Mario Draghi, nouveau président de la Banque centrale européenne sont tous les trois des cadres de Goldman Sachs. Lucas Papadémos fut gouverneur de la Banque de Grèce entre 1994 et 2002, et à ce titre a activement participé aux opérations de malversations perpétrées par Goldman Sachs. Mario Monti est conseiller international de Goldman Sachs depuis 2005, et nommé à la Commission Européenne. Il est également le président pour l’Europe de la Commission Trilatérale et membre du groupe Bilderberg, deux organisations mondialistes. Il est aussi l’un des membres fondateurs du groupe Spineilli, un think tank qui veut promouvoir un fédéralisme européen. Mario Draghi fut vice-président de Goldman Sachs pour l’Europe entre 2002 et 2005 et, à ce titre, est soupçonné d’avoir permis la dissimulation d’une partie de la dette souveraine des comptes grecs en les embellissant.

     

    Quatrième étape : faire plier les États les plus fragiles en leur octroyant des aides irremboursables à des taux prohibitifs. Face au risque de défaut souverain, les investisseurs imposent des taux d’emprunt impraticables aux Etats en difficulté, qui ne peuvent alors plus se financer. Ces plans successifs sont assortis de conditions drastiques d’austérité, mettant en péril l’équilibre social des pays. En Grèce, la sécurité sociale part en lambeaux, le ramassage des ordures n’est plus assuré, les musées ferment les uns après les autres, la télévision publique n’émet plus, les livres disparaissent peu à peu des écoles, les enfants tombent d’inanition… Les salaires du privé ont baissé de 25% en 2011, le SMIC est ramené à 586 euros bruts, faisant tomber le salaire moyen à 803 euros en 2012 puis en 2013 à 580 euros, soit l’équivalent du salaire moyen chinois. La Grèce est désormais considérée comme un pays du Tiers-Monde.

     

    Tous les prêts octroyés à la Grèce sont d’autant moins susceptibles de faire redémarrer son économie qu’ils sonten grande partie captés par l’oligarchie financière  : les banques grecques (pour 58 milliards), les créanciers de l’État grec (pour 101 milliards), la plupart des banques et fonds d’investissement ont reçu l’essentiel des aides débloquées par l’UE et le FMI depuis 2010, soit 207 milliards d’euros. Les trois-quarts de l’aide attribuée n’ont pas bénéficié aux citoyens mais, directement ou indirectement, au secteur financier. Une étude d’Attac Autriche montre ainsi que seuls 46 milliards ont servi à renflouer les comptes publics – et toujours sous forme de prêts, tandis que dans le même temps 34 milliards ont été versés par l’État à ses créanciers en intérêt de la dette. Ou comment transformer la dette privée détenue par les banques et les créanciers, en dette publique.

     

    Le caractère illégitime de la dette et l’incapacité du pays à la rembourser ne dissuade pas la Troïka d’imposer au peuple grec de nouvelles mesures d’austérité dont certaines sont tout bonnement anticonstitutionnelles. Et pour cause : les vraies raisons de cet acharnement sont ailleurs. Faire échouer le gouvernement Syriza, principal obstacle au projet d’asphyxie puis de mise sous tutelle financière de la Grèce, est un enjeu de taille car il a valeur d’exemple pour les autres pays de l’Union Européenne, en particulier pour l’Espagne tentée de suivre la même voie. Il explique notamment pourquoi les créanciers de la Grèce sont encore plus exigeants avec le gouvernement Tsipras qu’avec les précédents.

     

    … prélude à une dictature mondiale de la finance

    Les politiques d’austérité de la Troïka seront-elles bientôt étendues à tout le continent ? Et de là, au monde entier ?

     

    Ce véritable racket imposés aux États (et donc aux populations) a été rendu possible par les différents traités européens : celui de Maastricht qui fait de la BCE le garant de la monnaie commune et le maître d’œuvre de la politique monétaire (article 105) et celui de Lisbonne qui grave dans le marbre l’interdiction faite aux Banques nationales des États membres ainsi qu’à la BCE de financer directement les dettes souveraines et soumet ainsi les États aux appétits des banques privées[2] (article 123). Dans le viseur de ces traités : la souveraineté nationale et populaire, principal frein à la gouvernance mondiale de la finance. Le vote de refus aux consultations référendaires sur la constitution Européenne, que ce soit en France, aux Pays-bas ou en Irlande, n’a pas empêché la commission Européenne de les imposer. De plus en plus de décisions importantes en Europe sont prises par des fonctionnaires et lobbyistes non élus, au mépris des choix clairement exprimés par les citoyens… les rares fois où ils sont consultés.

     

    La souveraineté populaire ou nationale sont des obstacles directs à la prédation financière ? Il suffit alors de les liquider purement et simplement ! Pour rendre acceptable la baisse d’un tiers de nos salaires comme le préconise Goldman Sachs , l’oligarchie veut mettre en place des régimes autoritaires en Europe. JP Morgan considère sans rire que des réformes politiques d’ampleur abrogeant les constitutions démocratiques bourgeoises protectrices de l’après-guerre seront nécessaires pour supprimer l’opposition aux mesures d’austérité massivement impopulaires qui s’annoncent. L’anxiété sociale provoquée par la crise a bien joué un rôle de frein aux revendications – 2011 première année de la crise de la dette a vu une baisse spectaculaire du nombre de journées de grèves en France et les réformes les plus dévastatrices pour le monde du travail, l’Accord National Interprofessionnel, le Pacte de responsabilité et les lois Macron sont passées comme une lettre à la poste alors qu’elles auraient provoqué avant la crise une levée massive de boucliers – mais l’oligarchie veut aller plus loin et plus vite et elle est prête à utiliser tous les moyens pour casser les résistances populaires. On comprend mieux le sens des efforts déployés par le gouvernement Hollande pour déstabiliser le modèle familial traditionnel : en s’attaquant à la notion même de filiation on fabrique des individus fragilisés, sans histoire et sans mémoire, en remettant en cause l’identité sexuée on efface un point de repère structurant, en détruisant les solidarités familiales on facilite l’avènement des dictatures de demain qui serviront les intérêts de la finance mondialisée. Faire table rase du passé en coupant les individus de leurs racines sociales, familiales, nationales ou religieuses pour obtenir une « page blanche » sur laquelle écrire une nouvelle histoire, est l’objectif de la « stratégie du choc ». La Grèce et son patrimoine public dévasté aura bien été le laboratoire d’une nouvelle forme de dictature particulièrement destructrice que l’oligarchie bancaire va imposer à l’Europe entière.

     

    Nicolas Bourgoin
    21 juin 2016


    [1] Naomi Klein, La stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre, 2007.

    [2] Cette situation est celle que connaît la France depuis la loi Pompidou-Giscard de janvier 1973 qui interdit à l’État de se financer auprès de la Banque de France.

     

    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6118
     
    *
     
     

    Les 10 vérités du peuple grec au monde

      
    campagne referendum

    Lors du référendum historique du 5 juillet 2015, les Grecs ont envoyé un message de rejet à l’oligarchie politique et financière de l’Europe et un message d’espoir aux peuples du monde.

    1. NON à l’Europe de l’austérité, à l’Europe des banques et de l’oligarchie et à l’Europe égoïste. Les politiques d’austérité sont politiquement coûteuses, économiquement inefficaces et socialement désastreuses. Loin de relancer la croissance, la réduction des dépenses, la diminution des salaires et des pensions de retraite, le démantèlement des services publics, y compris d’éducation et de santé, la destruction du code du travail et des acquis sociaux conduisent inévitablement à une contraction de la consommation.

    2. OUI à l’Europe sociale, à l’Europe des peuples et à l’Europe du partage. En temps de crise, les Etats doivent adopter une politique de New Deal et réaliser des investissements massifs afin de relancer l’économie. Les mesures de protection sociale doivent être renforcées afin de protéger les catégories les plus vulnérables de la population. De la même manière, une hausse du salaire minimum enclenchera un cercle vertueux car elle relancera la consommation, remplira le carnet de commandes des entreprises, lesquelles embaucheront de nouveaux salariés pour répondre à cette demande, ce qui permettra à l’Etat d’augmenter ses recettes fiscales grâce à ces nouveaux contribuables et de diminuer ses dépenses d’allocations-chômage grâce à la baisse du nombre de personnes sans emploi. Ces nouvelles sources de revenus pour la nation permettront de renforcer les services publics à destination du peuple.

    3. NON à la dictature de la finance, aux ultimatums, au chantage de la Troïka, au terrorisme politique, économique, financier et médiatique et aux menaces en tout genre. Il est inadmissible que la Commission européenne, composée de technocrates non élus – donc sans aucune légitimité populaire – décide de la politique économique et sociale d’une nation souveraine. Il s’agit là d’une atteinte à la démocratie et une remise en cause du droit inaliénable des peuples à l’autodétermination.

    4. OUI à l’indépendance, à la volonté sacrée des peuples, à la liberté et à la dignité. En portant au pouvoir un gouvernement progressiste mené par Alexis Tsipras de SYRIZA, les Grecs ont voté pour un programme de relance économique anti-austérité et un renforcement de la protection sociale. Aucune entité ne peut interférer dans cette décision souveraine d’un peuple libre.

    5. NON à la dette inique, mathématiquement impayable, destinée à asservir les peuples et à satisfaire l’appétit de la finance internationale. Il est temps de mettre fin au système actuel qui interdit à la Banque centrale européenne de prêter directement aux Etats aux mêmes taux que ceux réservés aux banques privées, c’est-à-dire entre 0 et 1%. La Grèce pourrait résoudre le problème de la dette si une telle réforme était adoptée. Aujourd’hui, lorsque la Grèce a besoin d’un financement, elle est obligée de passer par les banques privées qui lui prêtent à des taux usuraires pouvant atteindre les 18%, des emprunts qu’elles ont-elles-mêmes souscrits à des taux inférieurs à 1% !

    6. OUI à un audit international des dettes publiques, à la renégociation et à l’annulation des emprunts illégitimes. Selon la Commission pour la Vérité sur la Dette publique grecque, « la dette issue des mesures de la Troïka constitue une violation caractérisée des droits humains fondamentaux des résidents de la Grèce. Ainsi, nous sommes parvenus à la conclusion que la Grèce ne doit pas payer cette dette, du fait de son caractère illégal, illégitime et odieux. […] Le caractère insoutenable de la dette publique grecque était évident depuis l’origine pour les créanciers internationaux, les autorités grecques et les grands médias. Pourtant, les autorités grecques et certains gouvernements de l’Union Européenne se sont ligués pour rejeter une restructuration de la dette publique en 2010, dans le seul but de protéger les institutions financières privées. Les grands médias officiels ont dissimulé la vérité au public en soutenant que le plan de sauvetage allait être bénéfique pour la Grèce, tout en passant en boucle le récit selon lequel la population ne faisait que payer pour ses propres turpitudes ».

    7. NON à l’accumulation des richesses, à l’égoïsme et à l’individualisme. L’Europe actuelle est le paradis des nantis et l’enfer des peuples. Elle est l’illustration parfaite de la célèbre maxime voltairienne selon laquelle « une société bien organisée est celle où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne ».

    8. OUI à la répartition des richesses, à la solidarité et à la défense de l’intérêt général. La crise actuelle n’est pas due à une question de ressources car l’Europe n’a jamais été aussi riche de son histoire. Il est donc urgent de procéder à une répartition équitable des richesses et de placer la dignité humaine au centre du projet européen.

    9. NON à la dictature des puissants. La Grèce, berceau de la démocratie, rappelle à l’Europe et au monde le fameux avertissement de Maximilien Robespierre. Le Héros de la Révolution française qui, dès le départ, avait choisi le camp des pauvres, avait dénoncé « le joug de l’aristocratie des riches, la plus insupportable de toutes » : « Les riches prétendent à tout, ils veulent tout envahir et tout dominer. Les abus sont l’ouvrage et le domaine des riches, ils sont les fléaux du peuple : l’intérêt du peuple est l’intérêt général, celui des riches est l’intérêt particulier ».

    10. OUI à la révolte des peuples contre toutes les injustices, à l’insurrection civique et pacifique et à la résistance à l’oppression. Les peuples ne sont pas condamnés à l’indifférence et à l’humiliation et ont le pouvoir de prendre en main leur propre destin. La misère n’est pas une fatalité mais une décision politique imposée par les élites rapaces et insatiables. L’heure est à la révolte de la plèbe, des écrasés et des révoqués contre la brutalité de la finance mondiale.

    Salim Lamrani

     

    Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

    Son nouvel ouvrage s’intitule Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité, Paris, Editions Estrella, 2013 et comporte une préface d’Eduardo Galeano.

    Contact : lamranisalim@yahoo.fr ; Salim.Lamrani@univ-reunion.fr

    Page Facebook : https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel

    http://www.mondialisation.ca/les-10-verites-du-peuple-grec-au-monde/5460761

     

     

    « C'était comment la Grèce avant l'UE?

    Je suis la Grèce

    Le niveau inouï de violence démontré par la troïka envers le gouvernement grec atteint aujourd'hui des sommets exceptionnels.

    En effet, l'Eurogroupe, une espèce d'institution informelle qui a encore moins de légitimité démocratique que ladite troïka a exclu manu militari les négociateurs grecs des négociations samedi dernier, la date du 27 juin 2015 sera une autre date à marquer du sceau de l'ignominie pour l'oligarchie au pouvoir.

    La raison pour laquelle ils furent exclus est liée à la stratégie de Tsipras de demander au peuple grec de décider si oui ou non il accepte l'ultimatum de la troïka.

    Rappelons la phrase maintenant célèbre de Junker The Drunker :
    « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

    Tout est dit, il faut absolument aujourd'hui soutenir le peuple grec brillamment défendu par son gouvernement pour qui la démocratie n'est pas un mot vide de sens, lorsque d'autres l'utilisent pour justifier des frappes aériennes !

    Comme le résume très bien Jacques Sapir, Tsipras se bat avec :
    "Le courage d’Achille et la ruse d’Ulysse"

    JE SUIS LA GRECE

    Mise à jour du 07/07/2015
    La victoire écrasante du non au référendum grec du 05 juillet renforce d'une manière drastique la position de Mr Tsipras.
    Par une ironie du sort, ce référendum en Grèce a lieu lors du 10e anniversaire d'un autre référendum de triste mémoire ayant eu lien en France.
    En effet, après que les français se furent prononcés négativement sur la ratification du traité de Lisbonne, Sarkozy dans un élan totalitaire était passé outre la démocratie française et avait ratifié ce traité 2 ans après.

    Personne ne l'a oublié.

    Aujourd'hui, la troïka pilotée par l'intransigeance des allemands durcit encore sa positions vis à vis de la Grèce. En effet, la BCE poursuit -d'une manière parfaitement illégale- sa politique de quasi coupure des liquidités d'urgence (ELA) à la banque centrale grecque.
    Les traités indiquent que l'un des mandats de la BCE consiste à assurer la stabilité monétaire de la zone Euro, or cette dernière organise sciemment l'asphyxie de l'un de ses membres.

    Cette situation est inacceptable, et il est proprement scandaleux que Mr Hollande qui se prétend président de la seconde économie de la zone Euro reste sans réagir, d'autant que ce sont ses prédécesseurs qui ont créé cette situation....

    Le pire est très probablement à venir.

    Mise à jour du 08/07/2015
    La question des véritables motivations des acteurs d'une négociation est toujours fondamentale. En effet, ces dernières sont en général inavouables et on fournit toujours des explications politiquement correctes pour la galerie.
    L'excellent Romaric Godin de la Tribune semble avoir percé celles d'Angela Merkel pour expliquer son intransigeance dans les négociations avec Tsipras.
    Depuis 2010, cette dernière a vendu aux allemands la garantie que le dossier grec ne leur coutera pas un euro.

    Rappelons que la dette privée des créanciers de la Grèce a très "habilement" été transférée en 2012 aux états de la zone euro afin de sauver les banques allemandes et françaises à l'époque gavées de cette dette pourrie.
    Tout le monde savait déjà à l'époque que la Grèce ne pourrait jamais la rembourser, c'est bien pour cette raison qu'elle fut transférée aux con-tribuables.
    Depuis lors, on impose des mesures de plus en plus dures à la Grèce sans autre résultat qu'une baisse de 25% de son PIB, et notons le tout de même, un excédent primaire.
    Le volume de la dette devient donc le problème principal de la Grèce, ce qui explique l'insistance de Tsipras à négocier sur ce point.

    Cependant, si Merkel rentre dans cette logique, alors les allemands verront qu'elle a menti en 2012, risquant alors son éjection du pouvoir !

    C'est donc bien une raison de pure politique qui induit toutes ces souffrances sur le peuple grec, situation qui est en fait une véritable crise humanitaire au sein de l'UE.

    Liens
    L’οχι grec, par Jacques Sapir (Sur le blog les-crises.fr)

    http://french-revolution-2.blog.fr/2015/06/30/je-suis-la-grece-20619060/

     


     


    votre commentaire
  • ,

    Grèce : Le petit grain de sable qui fait dérailler l’Union Européenne

    Grèce : Le petit grain de sable qui fait dérailler l’Union Européenne

    Après l’annonce du référendum grec, l’Europe a réagi comme un enfant capricieux, faisant fi de tous ses principes. L’Union Européenne se trouve maintenant devant un choix. Ou ses dirigeants politiques reprennent les choses en main et reviennent sur la bonne voie, ou elle explose. Malheureusement, il n’est pas certain que les dirigeants soient capables de prendre les bonnes décisions. RI

    ***

    Tyrannie européenne ?

    Alexis Tsipras avait décidé de convoquer un référendum le 5 juillet, demandant au peuple souverain de trancher dans le différent qui l’oppose aux créanciers de la Grèce. Il avait pris cette décision devant les menaces, les pressions, et les ultimatums auxquels il avait été confronté durant les derniers jours de la négociation avec ce que l’on appelle la « Troïka », soit la Banque Centrale Européenne, la Commission Européenne et le Fond Monétaire International. Ce faisant, et dans un geste que l’on peut qualifier de « gaullien », il avait délibérément renvoyé au domaine politique une négociation que les partenaires de la « Troïka » voulaient maintenir dans le domaine technique et comptable. Ce geste à provoqué une réaction de l’Eurogroupe d’une extrême gravité. Nous sommes en présence d’un véritable abus de pouvoir qui a été commis ce 27 juin dans l’après-midi, quand l’Eurogroupe a décidé de tenir une réunion sans la Grèce. Ce qui se joue désormais n’est plus seulement la question du devenir économique de la Grèce. C’est la question de l’Union Européenne, et de la tyrannie de la Commission et du Conseil, qui est ouvertement posée.

    La déclaration d’Alexis Tsipras

    Le texte de la déclaration faite par Alexis Tsipras dans la nuit du 26 au 27 juin sur la télévision d’Etat grecque (ERT), est de ce point de vue extrêmement clair :

    « Après cinq mois de négociations, nos partenaires en sont venus à nous poser un ultimatum, ce qui contrevient aux principes de l’UE et sape la relance de la société et de l’économie grecque. Ces propositions violent absolument les acquis européens. Leur but est l’humiliation de tout un peuple, et elles manifestent avant tout l’obsession du FMI pour une politique d’extrême austérité. (…) Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec. J’ai proposé au conseil des ministres l’organisation d’un référendum, et cette proposition a été adoptée à l’unanimité »[1].

    Ce texte court, empli de gravité et de détermination, entrera vraisemblablement dans l’Histoire. Ce texte est prononcé par un homme jeune, qui a été confronté à la mauvaise fois, aux manipulations, à ce qu’il faut bien appeler toutes les bassesses de la politique, depuis 5 mois. Il dit aussi sa colère, froide et déterminée. Et c’est peut-être là l’échec principal de l’Eurogroupe et des institutions européennes : avoir transformé un partisan de l’Europe en un adversaire résolu des institutions européennes. Tsipras n’était pas il y a cinq mois de cela un opposant à l’idée européenne. Mais, la multiplication des humiliations, des tentatives de coup de force, l’ont obligé à réviser nombre de ses positions, qui pour certaines d’entre-elles relevaient de l’illusion. Tsipras et Varoufakis sont aujourd’hui sur une trajectoire de collision avec l’Eurogroupe et l’UE non pas de leur fait, mais de celui des « institutions européennes ». Ceci est d’une immense importance pour la suite.

    Les leçons de la déclaration de Tsipras

    On peut découvrir dans cette courte déclaration trois points importants.

    Le premier est que le désaccord entre le gouvernement grec et ses partenaires a été d’emblée politique. La BCE et la Commission Européenne n’ont eu de cesse que de rechercher une capitulation du gouvernement grec, ce que Tsipras appelle «l’humiliation de tout un peuple ». Ce qu’a cherché l’Union Européenne, par le biais de l’Eurogroupe, c’est à cautériser le précédent ouvert par l’élection de janvier 2015 en Grèce. Il s’agit de faire la démonstration non seulement en Grèce, mais ce qui est en fait bien plus important en Espagne, en Italie et en France, qu’on ne peut « sortir du cadre de l’austérité » tel qu’il a été organisé par les traités. Il faut ici se souvenir de la déclaration de Jean-Claude Juncker pour qui il ne peut y avoir de choix démocratique allant contre les traités.

    Le deuxième point important de cette déclaration est que, pour la première fois un dirigeant légalement élu et en fonction déclare que les institutions européennes font des propositions qui, dans leur fond comme dans leur forme «violent absolument les acquis européens ». C’est une accusation très grave. Elle revient à dire que les institutions européennes qui sont censées être des garants de la démocratie agissent au contraire de celle-ci. Elle revient aussi à dire que ces mêmes institutions, dont la légitimité n’existe que par délégation de la légitimité des Etats membres ont des comportements qui violent la légitimité et la souveraineté de l’un des dits Etats membres. Cela revient donc à dire que les institutions de l’Union Européenne se sont constituées en Tyrannus ab exercitio soit en un pouvoir qui, quoi qu’issu de procédures légitimes, se conduit néanmoins en Tyran. Cela revient à contester radicalement toute légitimité aux instances de l’Union Européenne.

    Le troisième point se déduit des deux premiers. Il est contenu dans la partie du texte qui dit : «Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec ». Il place désormais les enjeux non plus au niveau de la dette mais à celui des principes, de la démocratie comme de la souveraineté nationale. Et c’est en cela que l’on peut parler d’un véritable « moment gaullien » chez Alexis Tsipras. Si l’on veut pousser l’analogie historique jusqu’à son terme, alors que Paul Raynaud en 1940 ne soumet pas au Conseil des Ministres la question de « faut-il continuer la guerre », Alexis Tsipras a osé poser la question de l’austérité et du référendum, et a reçu un soutien unanime, y compris des membres de l’ANEL, le petit parti souverainiste allié à SYRIZA. Il s’est ainsi réellement hissé à la stature d’un dirigeant historique de son pays.

    La réaction de l’Eurogroupe, qui avait qualifié de nouvelle « triste » (sad) ce référendum[2], confirme bien les options antidémocratiques qui ont cours aujourd’hui au sein de l’Union Européenne. Mais, cette réaction a elle-même était dépassée par une décision d’une importance réellement dramatique.

     Le coup de force de l’Eurogroupe et la Tyrannie européenne

    La réaction de l’Eurogroupe, qui se réunissait ce samedi à Bruxelles, a en effet consisté en un acte qui conjugue l’illégalité la plus criante avec la volonté d’imposer ses vues à un Etat souverain. En décidant de tenir une réunion en l’absence d’un représentant de l’Etat grec l’Eurogroupe vient de décider d’exclure de fait la Grèce de l’Euro. Ceci constitue à l’évidence un abus de pouvoir. Et il faut ici rappeler plusieurs points qui ne sont pas sans conséquences tant juridiquement que politiquement.

    1. Aucune procédure permettant d’exclure un pays de l’Union Economique et Monétaire (non réel de la « zone Euro ») n’existe actuellement. S’il peut y avoir une séparation, elle ne peut avoir lieu que d’un commun accord et à l’amiable.
    2. L’Eurogroupe n’a pas d’existence légale. Ce n’est qu’un « club » qui opère sous couvert de la Commission Européenne et du Conseil européen. Cela signifie que si l’Eurogroupe a commis un acte illégal – et il semble bien qu’il en soit ainsi – la responsabilité en incombe à ces deux institutions. Le gouvernement grec serait donc fondé d’attaquer la Commission et le Conseil à la fois devant la Cour Européenne de Justice mais aussi devant la Cour Internationale siégeant à La Haye. En effet, l’Union Européenne est à la base une organisation internationale. On le constate par exemple dans le statut, et les exemptions fiscales, des fonctionnaires européens. Or, la règle dans toute organisation internationale est celle de l’unanimité. Le traité de Lisbonne a bien prévu des mécanismes de majorité qualifiée, mais ces mécanismes ne s’appliquent pas à l’Euro ni aux questions des relations fondamentales entre les Etats.
    3. Le coup de force, car il faut l’appeler par son nom, que vient de faire l’Eurogroupe ne concerne pas seulement la Grèce. D’autres pays membres de l’Union Européenne, et l’on pense au Royaume-Uni ou à l’Autriche, pourraient eux-aussi attaquer devant la justice tant européenne qu’internationale la décision de fait prise par l’Eurogroupe. En effet, l’Union Européenne repose sur des règles de droit qui s’appliquent à tous. Toute décision de violer ces règles contre un pays particulier constitue une menace pour l’ensemble des membres de l’Union Européenne.
    4. Il faut donc ici être clair. La décision prise par l’Eurogroupe pourrait bien signifier, à terme, la mort de l’Union Européenne. Soit les dirigeants européens, mesurant l’abus de pouvoir qui vient d’être commis, se décident à l’annuler soit, s’ils persévèrent dans cette direction ils doivent s’attendre à une insurrection des peuples mais aussi des gouvernants de certains Etats contre l’Union Européenne. On voit ainsi mal comment des Etats qui ont juste recouvré leur souveraineté, comme la Hongrie, la République Tchèque ou la Slovaquie, vont accepter de telles pratiques.

    Il est alors symptomatique que la crise induite par un pays ne représentant pas plus de 2% du PIB de l’UE ait pris cette tournure. En fait, cela révèle au grand jour la nature fondamentalement antidémocratique des institutions de l’UE et le fait que cette dernière soit en train de se constituer en Tyrannie.

    Le spectre de la démocratie dans les couloirs de Bruxelles

    On ne peut, et on ne doit, préjuger du résultat de ce référendum. Il est même possible que, devenu sans objet, il ne se tienne pas. Mais on doit souligner qu’il représente le retour de la démocratie dans un espace européen dont elle était absente. De ce point de vue, l’initiative prise par Alexis Tsipras représentait la dernière chance d’introduire de la démocratie dans le système européen.

    Il est aussi probable que les partis d’opposition, que ce soit Nouvelle Démocratie ainsi que le Parti de centre-gauche La Rivière (To Potami) protestent et cherchent à empêcher par divers recours légaux ce référendum d’avoir lieu. On ne peut plus exclure le fait que ces partis, avec l’aide des nervis fascistes d’Aube Dorée, ne tentent de déstabiliser le gouvernement grec. Ces réactions sont exemplaires des comportements antidémocratiques qui s’épanouissent aujourd’hui en Europe. Ils apportent de l’eau au moulin d’Alexis Tsipras. On sent comment les acteurs européistes de ce drame sont aujourd’hui terrorisés par le spectre de la démocratie.

    En France même, on ressent très distinctement le malaise que provoque l’initiative d’Alexis Tsipras. Que ce soit au Parti Socialiste ou chez les « Républicains », on ne peut ouvertement s’opposer à une telle décision sans contredire immédiatement et brutalement tous les discours qui ont été tenus sur la démocratie. Mais, en réalité, le référendum grec fait planer le spectre d’un autre référendum, celui de 2005 sur le projet de traité constitutionnel en Europe. La manière dont la classe politique française, dans sa large majorité, de Nicolas Sarkozy à François Hollande, de l’UMP au PS, avait été désavouée par la victoire du « Non », mais avait fait passer en contrebande à peu de choses près le même texte lors du Traité de Lisbonne qui fut ratifié par le Congrès à Versailles, est l’un des épisodes les plus honteux et les plus infamants de la vie politique française. Les acteurs de cette tragique mascarade sont toujours parmi nous. Il y a une continuité de projet, si ce n’est une continuité d’action, entre la décision de ne pas respecter un vote, celui des électeurs français mais aussi néerlandais, et le coup de force inouï de l’exclusion de la Grèce de l’Eurogroupe.

    Tsipras ne doit ainsi pas s’attendre à un quelconque soutien de la part de François Hollande, renvoyé sans ménagement à sa propre médiocrité et à ses basses compromissions, ni de celle d’Angela Merkel dont la politique est la véritable cause de cette crise. Mais il peut s’attendre au soutien de tous ceux qui, en Europe, se battent pour la démocratie et la souveraineté.

    [1] Traduction de Vassiliki Papadaki, sur le site de SYRIZA-France, http://syriza-fr.org/2015/06/27/allocution-du-premier-ministre-a-tsipras-au-peuple-grec-la-choix-au-peuple-souverain-referendum/

    [2] Déclaration du Président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, samedi 27 juin, http://www.france24.com/en/20150627-eurogroup-says-sad-greece-referendum-closes-door-talks?ns_campaign=reseaux_sociaux&ns_source=twitter&ns_mchannel=social&ns_linkname=editorial&aef_campaign_ref=partage_aef&aef_campaign_date=2015-06-27&dlvrit=66745

    http://russeurope.hypotheses.org/4019

    http://reseauinternational.net/grece-le-petit-grain-de-sable-qui-fait-derailler-lunion-europeenne/

     

    VOIR :

     

     

     

     .

    Tsipras mène le jeu en Europe. Référendum annoncé en Grèce.

     

    La proposition de la Troïka et la réponse du gouvernement grec

    29.6.2015

    11665607_708934592567909_8933420662067059946_n

    La Commission européenne a rendue publique la proposition des institutions, dans l’optique du référendum du dimanche 5 juillet.

    En effet, son président Jean-Claude Juncker, renvoie, via Twitter, au communiqué de la

    Commission, afin que le peuple grec soit informé avec « une plus grande transparence ».

    Voici en détails le communiqué de la Commission européenne au sujet de la Grèce:

    « Information de la Commission européenne relative aux dernières propositions dans le cadre des négociations avec la Grèce

    Bruxelles, le 28 Juin 2015


    Pour l’information du peuple grec et dans un esprit de transparence, la Commission européenne publie ses dernières propositions en accord avec les institutions (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international), lesquelles prennent en compte les propositions des autorités grecques des 8, 14, 22 et 25 Juin 2015 ,mais aussi les négociations au niveau politique et technique tout au long de la semaine.

    Les discussions sur ces propositions ont continué avec les autorités grecques dans la soirée de vendredi soir en vue de l’Eurogroupe du 27 Juin 2015. Il y a eu une compréhension commune, de la part de toutes les parties concernées, que cette réunion de l’Eurogroupe pouvait permettre d’atteindre un accord global pour la Grèce, qui aurait contenu non seulement des mesures en vue d’un commun accord, mais aurait couvert les besoins futurs de financement ainsi que la viabilité de la dette grecque. Elle comprenait également le soutien d’un paquet pour un nouveau départ pour la croissance et l’emploi à l’initiative de la Commission soutennant la reconstruction et l’investissement dans l’économie réelle, comme cela a été discuté et adopté lors de la réunion du Collège des commissaires le mercredi 24 Juin 2015.


    Malgré cela, il n’a pas été possible de finaliser formellement et de présenter à l’Eurogroupe la version finale de ce document, ni le résumé d’un accord global, en raison de la décision unilatérale des autorités grecques d’abandonner la procédure le soir du 26 Juin, 2015″.

    La proposition publiée par la Commission européenne (PDF)

    De la part du bureau du premier ministre grec : La proposition de la Commission européenne met fin aux arguments des partisans du « oui à tout »

    Le texte rendu public la Commission européenne met fin à la para-littérature, comme il met fin aussi aux arguments des partisans du « oui à tout », lesquels affirmaient jusqu’ici qu’il n’y avait pas de texte des institutions, selon des sources gouvernementales.

    Comme il est mentionné, dans le texte d’aujourd’hui et celui du 25 juin, posé comme un ultimatum, les institutions exigent, entre autres:

    – l’imposition d’une TVA à 23% sur la restauration collective

    – l’abolition de la baisse de la TVA dans les îles

    – l’application d’une avance d’impôt de 100% sur les sociétés et les travailleurs indépendants

    – l’abolition des réductions pour les agriculteurs (pétrole, impôt sur le revenu)

    – que soient baissées de 900 millions € (0,5% du PIB) les dépenses de l’aide sociale (subventions, etc.).

    – la limitation immédiate des pré-retraites

    – l’abolition progressive de la retraite complémentaire.

    – l’application complète de la loi de mémorandum 3863/2010 sur la sécurité sociale

    – l’application de la clause de déficit zéro et que le financement des caisses complémentaires soit réalisé uniquement par des fonds particuliers
    – l’abolition de toutes les participations en faveur de tiers qui financent les caisses de sécurité sociale, qui a pour conséquence une baisse de leurs recettes de plus de 700 millions €

    – l’augmentation des prélèvements pour soins de santé sur les pensions de 4% à 6%

    – le gel des retraites jusqu’en 2021

    – une législation sur les licenciements collectifs et la non-réintroduction des conventions collectives, si les institutions ne le permettent pas

    -la diminution à 1500€ du montant des dépôts non saisissable

    – l’augmentation du taux en vigueur pour le règlement des dettes

    – la réduction des salaires dans le secteur public

    – la mise en oeuvre complète des boîtes à outils de l’OCDE (lait, pain, pâtisseries, dimanches, …)

    – (des coupes écrasantes dans les pharmacies grecques) Un coup important contre les médicaments grecs

    – la poursuite de la privatisation du secteur de l’éléctricité.

    -la vente des actions de l’OTE(Compagnie du téléphone) détenues par l’État

    – la non-application d’une taxe spéciale de 12% sur les bénéfices supérieurs de 500.000 pour l’exercice 2014

    – le non-retour des cotisations sociales patronales au niveau de l’année 2014

    Tout ceci constitue un ensemble de propositions qui s’inscrivent dans la conception du Fonds monétaire international, qui ont été posées comme ultimatum à la Grèce, ce qui ressort aussi de l’Eurogroupe, rapporte Mégaro Maximou* qui ajoute: la seule différence concerne la TVA sur les hôtels dont le taux, dans le texte actuel posté sur le site Web de la Commission européenne, est passé de 13% à 23% pour le 25 Juin

    Mégaro Maximou= résidence officielle et bureau du Premier ministre

    http://syriza-fr.org/2015/06/29/la-proposition-de-la-troika-et-la-reponse-du-gouvernement-grec/

     

    .

    Qui a peur des référendums ?

    Démocratie, Souveraineté

    Laissons passer les commentaires plus ou moins officiels sur la Grèce et sur les conséquences de la décision du gouvernement d’Athènes d’organiser un référendum. Non pas que la question soit sans intérêt, mais ces communiqués s’apparentent trop à de la propagande. Il est donc nécessaire de prendre du recul.

    En fait, depuis plus d’une décennie, les instances européennes et le FMI mènent un coup d’État permanent contre la démocratie et, conséquemment, contre la souveraineté nationale et populaire. Ce fut le non-respect des volontés des Français et des Néerlandais, puis des Irlandais lors des référendums de 2005. Ce furent les déclarations de Jean-Claude Junker considérant qu’il n’y avait pas de démocratie contre les traités. C’est maintenant l’offensive contre le gouvernement grec.

    L’Union européenne et ses institutions montrent enfin leur vrai visage. Le roi est nu et personne ne peut désormais feindre d’ignorer ce que chacun sait depuis plusieurs années : ceux qui osent encore se prétendre nos représentants vouent en réalité une hostilité épidermique à l’idée même de démocratie. Lorsqu’elle est convoquée par les élites politico-médiatiques sous une autre forme que la masse bêlante de l’électorat ou l’icône consensuelle de l’opinion, la figure du peuple est invariablement représentée comme une foule irrationnelle et dangereuse, instinctivement rétive aux politiques « douloureuses mais réalistes » menées par les gouvernants.

    Toutefois, il ne faut pas se méprendre sur le sens de cette défiance et ce mépris. Si les dirigeants politiques et autres éditocrates ne prennent même plus la peine de les dissimuler, c’est qu’ils trahissent désormais bien plus que leur inépuisable fatuité. C’est en vérité une peur panique qui a saisi nos élites. Non point la peur des débordements violents et autres mouvements d’humeur d’un peuple ignorant mais, bien au contraire, la peur de voir le plus grand nombre prendre conscience de leur parfaite incompétence… et en tirer toutes les conséquences.

    Cela fait maintenant des années que le niveau de compréhension du monde et de volontarisme politique du citoyen concerné excède de loin celui du politicien ou du scriptomane moyen. Des années que nous disposons de toutes les ressources intellectuelles, économiques et culturelles pour faire société sans céder aux diktats d’un minuscule aéropage de technocrates, d’experts autoproclamés et de financiers dont la puissance ne tient qu’à notre aveuglement. Voilà ce qui, en dernière analyse, terrifie nos contempteurs de l’exercice référendaire : qu’après avoir démasqué l’imposture parasitaire des classes dirigeantes et pris conscience de l’inépuisable ressource de la coopération, le citoyen, encore tout étonné de sa puissance, soit désormais au seuil de réaffirmer sa souveraineté dans toute sa plénitude. En un mot, que la démocratie cesse d’être un slogan pour devenir enfin une réalité.

    Ainsi, au-delà de toute autre considération, le soutien au peuple grec se confond avec la défense de la démocratie, avec le respect des principes humanistes dont la France fut autrefois porteuse par la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Le combat des grecs est aussi celui des républicains français.

    http://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article1074

     

    Référendum Grec : nouveau moment totalitaire de Sarkozy et Juncker

    Posted: 29 Jun 2015 10:55

    L’annonce gaullienne d’Alexis Tsipras d’un référendum sur la proposition indécente de ses créanciers a été accueillie par une volée de bois vert de la part des eurobéats, au premier rang desquels Nicolas Sarkozy et Jean-Claude Juncker. Une attitude révélatrice du fond totalitaire des euro-élites.
     
     

    Apprentis autocrates critiquent méchants Grecs
     
    La ligne de défense des eurobéats est risible. Ils peignent les Grecs comme les méchants de l’affaire alors que la dernière proposition des créanciers était aussi indigne sur le fond que sur la forme. Puis, ils parlent d’une catastrophe pour les Grecs s’ils votent non (Jean-Claude Juncker gagnant le prix du plus ridicule avec « il ne faut pas se suicider parce qu’on a peur de la mort »), alors que l’histoire économique démontre l’exact contraire. Mais surtout, beaucoup d’entre eux dénient aux Grecs le droit de s’exprimer sur les négociations en cours. Le président de la Commission a dénoncé « les égoïsmes, les jeux tacticiens, voir populistes », avant de se dire « trahi »… par le recours à la démocratie.
     
    Mais le comble de l’indécence a sans doute été atteint par Nicolas Sarkozy qui a rappelé que « lors du G20 de Cannes, en 2011, M. Papandreou nous a aussi menacés d’un référendum et nous l’avons dissuadé avec Angela ». Faire du refus de faire voter démocratiquement les citoyens un fait d’arme, tout en se prétendant l’héritier du gaullisme ! Sarkozy ose tout. Il faut dire que toute sa carrière démontre une capacité à défendre tout et son contraire. Pour être républicain, il faut aussi être démocrate, et quelqu’un qui n’a pas respecté le vote de son peuple en 2005, puis qui se vante d’avoir imposé à un premier ministre de ne pas consulter son peuple est tout sauf un républicain, ou un gaulliste.
     
    L’UE est bien un projet autoritaire
     
     
    Hervé Nathan, de Marianne, a souligné que « quand l’oligarchie européenne n’aimait pas le résultat d’une consultation électorale, elle faisait revoter le peuple. Ou bien, pour le contourner, se tourner vers les élus plus dociles et conciliants. Désormais, quand est prononcé le mot ‘référendum’, c’est tout un pays qui est exclu ». La seule chose qu’ils réussiront à faire, c’est faire détester l’Europe et accélérer le renvoi de ces dirigeants qui soutiennent ces politiques. Régis Soubrouillard, toujours dans Marianne, a dénoncé « les éditorialistes de la presse parisienne sont tous d’accord pour dire que la Grèce n’a qu’une voie pour s’en sortir : celle de la soumission, bien évidemment ».
     
    Ce faisant, les dirigeants européens font preuve d’un despotisme mal avisé puisque ce qu’ils réclament est une poursuite des politiques qui ont totalement échoué depuis cinq ans, envoyant une grande partie de la population Grecque dans la misère. Cette Union Européenne est profondément intolérante à l’égard de la volonté populaire et devient de plus en plus despotique dans son mode de fonctionnement, comme on peut le voir avec tous ces traités qui ligotent les dirigeants de l’UE(certes, souvent de leur plein grès). Tout ce qu’Emmanuel Todd avait dénoncé dans « Après la démocratie » est illustré dans cette crise Grecque, du refus de la démocratie aux actes autoritaires de l’Eurogroupe.
     

    Le seul avantage de cette séquence, c’est qu’elle devrait pousser les Grecs à voter contre le plan proposé par la troïka, alors qu’à l’origine, une majorité voulait voter « oui », car, comme le dit Panagiotis Grigoriou, « voter ‘non’ est désormais une question de dignité ».
     

    La sortie de l’euro, c’est possible, et pas difficile…

    Posted: 29 Jun 2015 10:50

     

    Des charlatans cherchent à faire peur en prévoyant une catastrophe pour la Grèce. Mais la catastrophe, c’était le maintien dans la zone euro depuis 5 ans, comme l’a souligné François Lenglet hier matin. Car l’histoire économique révèle que les sorties d’union monétaire sont courantes et profitent largement aux pays qui le font, comme l’a montré Jean-Pierre Robin dans un papier sur le FigaroVox, ou Jonathan Tepper dans une étude fouillée, dont j’avais fait le résumé en février 2012 :
     
     
    C’est aujourd’hui la dernière ligne de défense des partisans de l’euro : la fin de la tour de Babel monétaire édifiée à Maastricht provoquerait un cataclysme économique. Pourtant, d’innombrables économistes, dont des prix Nobel, affirment le contraire, comme Jonathan Tepper dans une étude passionnante.
     
    La peur, dernier rempart de défense de l’euro
     
     
    Il est proprement incroyable d’écouter les éditorialistes ou les politiques évoquer une sortie de la monnaie unique. Au Grand Journal, Nicolas Dupont-Aignan a eu droit à une mise en scène scandaleuse où l’image passait en noir et blanc, histoire de bien signifier que cela serait « passéiste ». D’autres vous regardent comme si vous étiez à moitié fou et n’hésitent pas à prendre à témoin le monde des économistes, pour qui les conséquences seraient catastrophiques.
     
    Pourtant, une étude sérieuse démontre que cela est faux. Si on ne peut nier que des économistes sont partisans de la monnaie unique, les critiques de l’euro présentent des rangs suffisamment prestigieux, divers et nombreux pour mériter un vrai débat de fond. Pas moins de quatre « prix Nobel » (Krugman, Stiglitz, Sen, Allais), des dizaines d’autres, de tous les bords (libéraux – Gréau - ou progressistes – Sapir, Lordon) dont quelques uns prophétiques (Lafay, Cotta, Rosa, Todd).
     
    D’ailleurs les partisans de l’euro ont trouvé en Marine Le Pen l’avocate idéale de la sortie de l’euro. Ses approximations et son manque impressionnant de culture économique en font une adversaire facile à tourner en dérision tant il est facile de la mettre en difficulté. Tout ceci contribue malheureusement à la stagnation de l’idée de la sortie de l’euro malgré les carences toujours plus évidentes de la monnaie unique, qui pousse l’Europe dans la dépression.
     
    Les unions monétaires finissent bien
     
    Comme d’autres, j’ai déjà fait un dossier assez fouillé sur la fin de l’euro avec les exemples de l’Argentineou de la Tchécoslovaquie. Mais j’ai reçu récemment une étude très fouillée de Jonathan Tepper, un économiste anglais. Il a étudié pas moins de soixante-neuf pays qui ont quitté une union monétaire au 20èmesiècle, « avec un impact économique négatif limité », rendant la sortie de l’euro « faisable », et nous donnant un plan clair pour sa réalisation.
     
    Bien sûr, une majorité de ces sorties correspondent à la décolonisation, mais d’autres cas se rapprochent davantage de la zone euro : la fin de l’Empire Austro-Hongrois en 1919, la séparation de l’Inde et du Pakistan en 1947, celle du Pakistan et du Bangladesh en 1971, la séparation de la Tchécoslovaquie ou de l’ancienne URSS en 1992, ou enfin l’Argentine en 2002. Mieux, dans le cas de la zone euro, il s’agit de revenir à une situation existante auparavant, ce qui est plus simple.
     
    Pour l’auteur, l’histoire nous donne des réponses à toutes les questions relatives à la fin d’une union monétaire. Le processus pratique est bien connu : surimpression des anciens billets et remplacement par de nouveaux, contrôle des capitaux. Il souligne que « dans presque tous les cas, la transition a été douce », même s’il y a une restructuration des dettes. Pour lui « la sortie est l’outil le plus puissant pour rééquilibrer l’Europe et créer de la croissance ».
     
    Selon l’auteur, les pays du Sud sont déjà condamnés du fait de leur endettement et de leur perte de compétitivité. Et il souligne que le défaut est une solution partielle : il faut corriger la surévaluation de la monnaie car l’euro fait peser l’ajustement sur les plus faibles. Et même s’il y a un défaut, l’expérience montre que « les inconvénients de la dévaluation sont brefs et qu’une croissance rapide suivrait » évoquant la crise des pays émergents en 1997-1998 ou l’Argentine.
     
    De la banalité de la sortie d’une union monétaire
     
    L’auteur cite également l’économiste Andrew Rose, professeur à Berkley, qui a étudié une base de données de 130 pays de 1946 à 2005 et pour « le plus frappant, c’est qu’il y a remarquablement peu de mouvements économiques au moment de la dissolution d’une union monétaire ». Selon Volker Nitsch, de l’université de Berlin, « historiquement, les dissolutions d’unions monétaires ne sont pas inhabituelles » et il chiffre le nombre d’unions dissoutes à 128 de 1948 à 1997.
     
    Deux économistes de Princeton, Peter Garber et Michael Spencer, qui ont étudié spécifiquement le cas austro-hongrois, soutiennent que « en conclusion, la plupart des sorties d’une union monétaire n’ont provoqué qu’une faible volatilité économique, que leurs dissolutions sont fréquentes et qu’elles peuvent être réalisées rapidement, contrairement à ce qui est avancé par certains ». Le Pakistan et le Bangladesh ont mis fin à leur union monétaire aisément en pleine guerre civile !
     

    Il y a un an, les défenseurs de l’euro soutenaient qu’une sortie serait catastrophique, entrainant défaut et effondrement du pouvoir d’achat. La Grèce démontre que c’est le maintien dans cette prison monétaire qui provoque une catastrophe. Mieux, l’histoire montre que la sortie n’est pas si compliquée…

     .

    Je suis la Grèce

    Le niveau inouï de violence démontré par la troïka envers le gouvernement grec atteint aujourd'hui des sommets exceptionnels.

    En effet, l'Eurogroupe, une espèce d'institution informelle qui a encore moins de légitimité démocratique que ladite troïka a exclu manu militari les négociateurs grecs des négociations samedi dernier, la date du 27 juin 2015 sera une autre date à marquer du sceau de l'ignominie pour l'oligarchie au pouvoir.

    La raison pour laquelle ils furent exclus est liée à la stratégie de Tsipras de demander au peuple grec de décider si oui ou non il accepte l'ultimatum de la troïka.

    Rappelons la phrase maintenant célèbre de Junker The Drunker :
    « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

    Tout est dit, il faut absolument aujourd'hui soutenir le peuple grec brillamment défendu par son gouvernement pour qui la démocratie n'est pas un mot vide de sens, lorsque d'autres l'utilisent pour justifier des frappes aériennes !

    Comme le résume très bien Jacques Sapir, Tsipras se bat avec :
    "Le courage d’Achille et la ruse d’Ulysse"

    JE SUIS LA GRECE

    .

    Grèce: Les jours prochains seront riches de montagnes russes (et chinoises)

     

    Europe 2015: L’année de tous les dangers

     

    Sans être aucunement un Cassandre et un oiseau de mauvais augure, jamais les risques n’avaient été à ce point de rupture sur ce continent. Bourse, Euro et obligations font face aussi à d’autres périls en vue. Podemos en Espagne d’ici la fin de l’Année, l’Italie surtout, prochaine sur la liste à vouloir, eux, carrément sortir de l’Euro et de l’Europe. En Ukraine, la reprise exacerbée des combats et aussi un défaut massif auraient une influence dévastatrice sur les marchés financiers. Un référendum britannique sur une sortie de l’Europe en 2016 va nous apporter du piment. Bref comme dirait Chirac, les emmerdements ça vole en escadrille, ça se vérifie une fois de plus. - See more at: http://www.oulala.info/2015/06/europe-2015-lannee-de-tous-les-dangers/#sthash.WjU8GRlf.dpuf
    Sans être aucunement un Cassandre et un oiseau de mauvais augure, jamais les risques n’avaient été à ce point de rupture sur ce continent. Bourse, Euro et obligations font face aussi à d’autres périls en vue. Podemos en Espagne d’ici la fin de l’Année, l’Italie surtout, prochaine sur la liste à vouloir, eux, carrément sortir de l’Euro et de l’Europe. En Ukraine, la reprise exacerbée des combats et aussi un défaut massif auraient une influence dévastatrice sur les marchés financiers. Un référendum britannique sur une sortie de l’Europe en 2016 va nous apporter du piment. Bref comme dirait Chirac, les emmerdements ça vole en escadrille, ça se vérifie une fois de plus. - See more at: http://www.oulala.info/2015/06/europe-2015-lannee-de-tous-les-dangers/#sthash.WjU8GRlf.dpuf (..

    1 commentaire
  •  

    Syriza, le pillage et l’effondrement: Quand la « gauche dure » épouse les politiques de la droite dure

     
    greece-euro-crisis

    La Grèce a fait les manchettes de la presse financière internationale durant les cinq derniers mois, alors qu’un parti de gauche nouvellement élu, « Syriza », s’oppose ostensiblement aux soi-disant « mesures d’austérité » en confrontant la troïka (le Fonds monétaire international, la Commission européenne et la Banque centrale européenne).

    Dès le début, les dirigeants de Syriza, mené par Alexis Tsipras, ont adopté plusieurs positions stratégiques aux conséquences fatales relativement à la mise en œuvre de leurs promesses électorales d’élever le niveau de vie, de mettre fin à la vassalité envers la « troïka » et de se doter d’une politique étrangère indépendante.

    Nous allons procéder en décrivant les échecs systémiques initiaux de Syriza et les concessions ultérieures érodant davantage le niveau de vie grec, tout en accentuant le rôle de la Grèce comme collaborateur actif de l’impérialisme étasunien et israélien.

    Gagner les élections et céder le pouvoir

    La gauche européenne et nord-américaine a célébré la victoire électorale de Syriza comme une rupture avec les programmes d’austérité néolibérale et le lancement d’une alternative radicale, laquelle mettrait en place des initiatives populaires en faveur de changements sociaux fondamentaux. Ces initiatives comprendraient des mesures pour créer des emplois, restaurer les pensions, annuler les privatisations et réorganiser les priorités du gouvernement en favorisant le paiement des salariés avant le remboursement des banques étrangères. La « preuve » de l’existence du programme de réforme radicale se trouvait dans le « Manifeste de Thessalonique », lequel, promettait Syriza, serait le programme guidant ses nouveaux élus.

    Toutefois, avant d’avoir été élu et immédiatement après, les dirigeants de Syriza ont pris trois décisions fondamentales empêchant toute modification profonde. En effet, ces décisions ont établi un parcours réactionnaire.

    En premier lieu, Syriza a accepté la dette extérieure de plus de 350 milliards de dollars comme légitime, bien qu’elle ait été approuvée par les kleptocrates du gouvernement précédent, des banques corrompues et des intérêts commerciaux, immobiliers et financiers. Pratiquement aucune partie de cette dette n’a été utilisée pour financer des activités productives ou des services cruciaux qui renforceraient l’économie et la future capacité de la Grèce à rembourser les prêts.

    Des centaines de milliards d’euros ont été planqués dans des comptes bancaires et des biens immobiliers à l’étranger ou investis dans des actions et des obligations à l’étranger. Après avoir d’abord affirmé la « légitimité » de la dette illicite, Syriza a ensuite déclaré sa « volonté » de payer cette dette. La « troïka » a immédiatement compris que le nouveau gouvernement Syriza serait un otage volontaire se soumettant à plus de coercition, de chantage et de paiements de la dette.

    Deuxièmement, en lien avec ce qui précède, Syriza a déclaré sa détermination à demeurer au sein de l’Union européenne et de la zone euro, renonçant ainsi à sa souveraineté et à sa capacité d’élaborer une politique indépendante. Le parti a exprimé sa volonté de se soumettre aux exigences de la troïka. Une fois sous l’emprise de celle-ci, la seule politique de Syriza consisterait à « négocier », « renégocier » et faire de nouvelles concessions aux banques étrangères de l’UE dans un processus totalement unilatéral. La soumission rapide de Syriza à la troïka était la deuxième trahison stratégique de son programme électoral, mais pas la dernière.

    Une fois que Syriza eut démontré à la troïka sa volonté de trahir son programme populaire, cette dernière s’est montrée plus exigeante et plus intransigeante. Bruxelles a considéré la rhétorique gauchiste de Syriza et ses gestes théâtraux radicaux comme de la poudre aux yeux de l’électorat grec. Les banquiers européens savaient que lorsqu’il serait temps de négocier de nouveaux accords de prêt, les dirigeants de Syriza capituleraient. Pendant ce temps, la gauche euro-étasunienne a complètement avalé la rhétorique radicale de Syriza sans regarder ses pratiques.

    Troisièmement, dès son entrée en fonction, Syriza a négocié une coalition avec les Grecs indépendants, un parti d’extrême-droite, pro-OTAN, xénophobe et anti-immigration, garantissant que la Grèce continuerait à soutenir les politiques militaires de l’OTAN au Moyen-Orient, la campagne brutale de l’Ukraine et Israël contre la Palestine.

    Quatrièmement, la majeure partie du Cabinet nommée par le premier ministre Tsipras n’avait aucune expérience dans la lutte des classes. Pire encore, la plupart étaient des universitaires et d’anciens conseillers du PASOK, sans aucune capacité ou volonté de rompre avec les diktats de la troïka. Leur « pratique » académique était constituée en grande partie de « combats » théoriques mal adaptés à de réelles confrontations avec des puissances impériales agressives.

    De l’égratignure à la gangrène

    En capitulant devant l’UE dès le début, en acceptant, entre autres, de payer la dette illégitime, en s’alliant à l’extrême droite et en se soumettant aux diktats de la troïka, la table était mise pour que SYRIZA trahisse toutes ses promesses et alourdisse le fardeau économique de ses partisans. Les pires trahisons comprennent : (1) ne pas avoir rétabli le paiement des pensions (2) ne pas avoir réinstauré le salaire minimum; (3) ne pas avoir annulé les privatisations; (4) ne pas avoir mis fin aux programmes d’austérité; et (5) ne pas avoir augmenté les fonds pour l’éducation, la santé, le logement et le développement local.

    La troïka et ses publicistes de la presse financière exigent que Syriza fasse davantage de compression dans le régime de retraite grec, appauvrissant ainsi plus de 1,5 million de travailleurs retraités. Contrairement aux « exemples » bidons des médias sur les pensions généreuses dont jouissent moins de 5 % des retraités, les Grecs ont subi les plus importantes réductions de fonds de retraite en Europe au cours du dernier siècle. La troïka a réduit les pensions grecques huit fois au cours des quatre dernières années seulement. La grande majorité des pensions ont été réduites de près de 50 % depuis 2010. La pension moyenne est de 700 euros par mois, mais 45% des retraités grecs reçoivent moins de 665 euros par mois, un revenu se situant sous le seuil de pauvreté. Toutefois, la troïka exige des réductions encore plus importantes.

    Celles-ci comprennent la fin des subventions budgétaires pour les retraités vivant dans l’extrême pauvreté, une augmentation de l’âge de la retraite à 67 ans, l’abolition des dispositions des plans de retraite liées aux travaux dangereux et favorisant les mères au travail. Les mesures régressives antérieures, imposées par la Troïka et mises en œuvre par le régime de coalition d’extrême droite précédent, ont sérieusement épuisé la caisse de retraite grecque. En 2012, le programme de « restructuration de la dette » de la troïka a mené à la perte de 25 milliards d’euros en réserves détenues par le gouvernement grec dans des obligations gouvernementales.

    Les politiques d’austérité de la troïka ont veillé à ce que les réserves de la caisse de retraite ne soient pas renouvelées. Les contributions ont chuté lorsque le chômage a grimpé à près de 30 % (Financial Times, 05-06-15, p4). Malgré l’assaut frontal de la troïka sur le régime de retraite grec, l’« équipe économique » de Syriza a exprimé sa volonté d’augmenter l’âge de la retraite, de réduire les pensions de 5 % et de négocier pour trahir à nouveau les retraités qui font face à la misère. Syriza a non seulement manqué à sa promesse de campagne consistant à annuler les politiques régressives précédentes, mais s’est aussi engagé dans ses propres traîtrises « pragmatiques » avec la troïka.

    Pire encore, Syriza a intensifié les politiques de ses prédécesseurs réactionnaires. Syriza (1) a promis de geler les privatisations, mais le parti s’engage maintenant à les accroître de 3,2 milliards d’euros et de privatiser d’autres secteurs publics; (2) a accepté de transférer des ressources publiques limitées à l’armée, dont un investissement de 500 millions d’euros pour mettre à jour l’Armée de l’Air grecque; (3) a pillé la caisse nationale de retraite et les trésoreries municipales pour plus d’un milliard d’euros afin de payer la dette à la troïka; (4) a réduit les investissements publics pour la création d’emplois dans des projets d’infrastructure afin de respecter les délais de la troïka; (5) a accepté un excédent budgétaire de 0,6 % au moment où la Grèce a un déficit de 0,7 % cette année, ce qui signifie davantage de réductions plus tard cette année; (6) a promis de réduire la TVA sur les éléments essentiels comme la nourriture, mais accepte aujourd’hui un taux de taxation de 23 %.

    La politique étrangère de Syriza imite celle de ses prédécesseurs. Le ministre de la Défense de Syriza, Panos Kammenos, issu de l’extrême droite, était un fervent partisan des sanctions étasuniennes et européennes contre la Russie. Malgré la vague habituelle de fausse « dissidence » face aux politiques de l’OTAN, Syriza a totalement capitulé par la suite, afin de maintenir une bonne réputation au sein de l’OTAN. Le régime de Syriza a permis à tous les kleptocrates et fraudeurs fiscaux bien connus de conserver leur richesse illicite et d’augmenter leurs avoirs à l’étranger grâce au transfert massif de leurs «économies » à l’extérieur du pays. À la fin mai 2015, le Premier ministre et le ministre des Finances, Tsipras Varofakis, ont vidé le trésor public pour effectuer des paiements sur la dette, augmentant ainsi les perspectives que les retraités et les travailleurs du secteur public ne reçoivent pas leurs prestations. Après avoir vidé le Trésor grec, Syriza va maintenant imposer la « solution de la troïka » à la masse grecque appauvrie : ou vous acceptez un nouveau plan d’« austérité », réduisant les pensions, augmentant l’âge de la retraite, éliminant les lois du travail protégeant la sécurité d’emploi et les droits de négociation des travailleurs ou les caisses de l’État seront vides, vous n’aurez pas de pensions, le chômage augmentera et la crise économique s’aggravera. Syriza a délibérément vidé le trésor public, pillé les fonds de pension et les fonds municipaux pour faire du chantage à la population et la pousser à accepter comme un « fait accompli » les politiques régressives de banquiers intransigeants de l’UE, les soi-disant « programmes d’austérité ».

    Dès le tout début, Syriza s’est plié aux diktats de la troïka, même lorsqu’il simulait leur « résistance de principe ». Ils ont d’abord menti à l’opinion publique grecque, qualifiant la troïka de « partenaires internationaux ». Ensuite, ils ont menti à nouveau en qualifiant le mémorandum de la troïka pour une plus grande austérité de « document de négociation ». Les tromperies de Syriza étaient destinées à dissimuler le fait qu’il maintenait le « cadre » très impopulaire imposé par le précédent régime discrédité de la droite dure.

    Alors qu’il pillait les ressources du pays pour payer les banquiers, Syriza s’est davantage soumis aux puissances étrangères. Son ministre de la Défense a offert de nouvelles bases militaires pour l’OTAN, dont une base aérienne-maritime sur l’île grecque de Karpathos. Le parti a accru l’appui politique et militaire de la Grèce à l’intervention militaire des États-Unis et de l’UE au Moyen-Orient, ainsi que son soutien aux « terroriste modérés », invoquant le prétexte ridicule de « protéger les chrétiens ». Syriza, s’attirant les bonne grâces des sionistes européens et étasuniens, a renforcé ses liens avec Israël, évoquant une « alliance stratégique » avec l’État terroriste pratiquant l’apartheid. Dès les premiers jours de son mandat, Kammenos, le ministre de la Défense de la droite dure, a proposé la création d’un « espace de défense commun » incluant Chypre et Israël, appuyant ainsi le blocus aérien et maritime de Gaza par l’État hébreu.

    Conclusion

    La décision politique de Syriza d’« intégrer » à tout prix l’UE et la zone euro, signale que la Grèce continuera d’être un État vassal, trahissant son programme et adoptant des politiques profondément réactionnaires, tout en claironnant sa fausse rhétorique gauchiste et en feignant de « résister » à la troïka. Bien que Syriza ait pillé la caisse de retraite nationale et les trésoreries locales, de nombreux gauchistes égarés en Europe et aux États-Unis continuent d’accepter et de rationaliser les décisions du parti qu’ils choisissent de qualifier de « compromis réalistes et pragmatiques ».

    Syriza aurait pu confisquer et utiliser 32 milliards de dollars d’actifs immobiliers détenus par les Forces armées grecques afin de mettre en œuvre un plan d’investissement et de développement différent, soit louer ces propriétés à des ports maritimes commerciaux, des aéroports et des installations touristiques.

    Syriza a enfoncé la Grèce encore plus profondément dans la hiérarchie dominée par la finance allemande en abandonnant son pouvoir souverain d’imposer un moratoire sur la dette, de quitter la zone euro, gérer les ressources financières, rétablir une monnaie nationale, d’imposer des contrôles de capitaux, de confisquer des milliards d’euros dans les comptes illicites à l’étranger, mobiliser des fonds locaux pour financer la reprise économique et réactiver le secteur public et privé. À plusieurs reprises, le faux « secteur gauche » au sein de Syriza a formulé d’impuissantes « objections », pendant que la mascarade Tsipras -Varofakis procédait à la capitulation ultime.

    En fin de compte, Syriza a aggravé la pauvreté et le chômage, augmenté le contrôle étranger sur l’économie, érodé davantage le secteur public, facilité le licenciement des travailleurs et réduit les indemnités de départ, tout en augmentant le rôle de l’armée grecque en resserrant ses liens avec l’OTAN et Israël.

    Autre fait tout aussi important, Syriza a totalement vidé la phraséologie gauchiste de toute signification cognitive : pour ses membres, la souveraineté nationale se traduit par la vassalité aux puissances étrangères, et l’anti-austérité consiste à capituler de façon pragmatique devant une nouvelle forme d’austérité. Lorsque l’accord Tsipras-troïka sera finalement signé et que l’opinion publique grecque prendra conscience des ravages que fera l’austérité dans les prochaines décennies, nous espérons que les trahisons susciteront une répulsion massive. Peut-être qu Syriza se divisera et que la « gauche » abandonnera enfin ses postes ministériels tranquilles pour aller rejoindre les millions de mécontents afin de former un autre parti.

    James Petras

    Article original en anglais: Syriza: Plunder, Pillage and Prostration: How the ‘Hard Left’ Embraces the Policies of the Hard Right, publié le 15 juin 2015.

    Traduction: Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

     

    http://www.mondialisation.ca/syriza-le-pillage-et-leffondrement-quand-la-gauche-dure-epouse-les-politiques-de-la-droite-dure/5457775


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique